Publié dans Chronique

Big Hero 6: preuve que Disney s’en fout.

BH6_Team_Transparent (1)

Big Hero 6, ou encore « Les Nouveaux Héros » comme on le dira très bientôt par chez nous, c’est le dernier « chef-d’œuvre d’animation » de Disney. J’ai eu le plaisir de le regarder il y a quelques jours maintenant, et j’en suis venue à me poser la question suivante: est-ce que Disney en a encore quelque chose à foutre de ses films ? Pour moi, c’est tout vu: ça fait un bon bout de temps que chez Mickey, on ne prend plus la peine d’écrire une histoire correcte, on est juste là pour se remplir les poches. Pas qu’il y ait quelque chose de mal à ça, c’est même plutôt normal: ce qu’on cherche, quand on réalise un film, c’est quand même qu’il marche, qu’il soit rentable. Mais les objectifs peuvent être multiples: on peut vouloir se faire de l’argent mais aussi offrir une production de qualité à ses spectateurs, leur procurer de l’émotion, leur proposer des personnages attachants, une histoire qui tient la route, quelque chose qui les marque,… Quelque chose ! On peut aussi vouloir prendre des risques, faire quelque chose de nouveau, de progressif, briser les codes, faire du jamais vu,… Disney… non, Disney a mis quelque chose au clair ces dernières années: eux, ils sont là juste pour l’argent. Ca devient de plus en plus flagrant. Et plus le temps passe, moins ils se fatiguent à sortir des films décemment écrits. Ils savent qu’ils n’ont plus besoin de faire des efforts pour vendre, la réputation de Disney n’est plus à refaire, et ils savent très bien qu’il suffit de mettre le logo du studio sur l’affiche d’un film pour qu’il marche (d’ailleurs, je continue à croire que le désastre qu’est Frozen n’aurait jamais marché s’il était sorti d’un autre studio). Et tout ça, je le dis en tant que fan de Disney. Mais vient un moment où il faut arrêter de se voiler la face. Vient un moment où c’est tellement mauvais qu’on ne peut même pas prétendre ne pas le remarquer.

Je pourrais vous écrire des lignes, et des lignes, et encore des centaines et des centaines de lignes sur à quel point Frozen était mauvais. Je pourrais aussi vous parler de Maleficient, un autre film vraiment minable. Et si l’envie m’en prenait, je pourrais même vous lister les biens nombreux défauts de Tangled. Mais aujourd’hui, je vais vous parler de Big Hero 6, le plus récent, qui ne tardera pas à rejoindre les films que j’ai précédemment cité dans la liste des navets que personne ne considère comme des navets parce que ça sort de chez Disney et que ça a tendance à aveugler tous ces gens qui considèrent Disney comme leur enfance! et qui n’arrive pas à imaginer que ce dernier se plante. De plus en plus souvent. Donc, Big Hero 6. Mauvais. Il est sorti en novembre dernier aux Etats-Unis, et sortira ce mois-ci dans nos salles françaises. Et il est mauvais. Je vais vous dire pourquoi.

(Si vous comptez voir le film, ne craignez rien !! Oui, cet article contiendra des spoils, mais je vais les limiter dans la mesure du possible, il y en aura seulement vers la toute fin de l’article, et je préviendrai toujours avant de révéler l’un ou l’autre détail croustillant. )

Vous pensiez que cette nouvelle plateforme allait me rendre plus professionnelle? que nenni. Voici un résumé tout fraichement copié-collé de Wikipédia: « Hiro Hamada, un génie de la robotique, va apprendre à maîtriser et exploiter son talent grâce à son frère, le brillant Tadashi, et à leurs amis GoGo Tamago, accro à l’adrénaline, Wasabi, un maniaque de la propreté, Honey Lemon, une chimiste surdouée, et Fred, un fanboy convaincu. Lorsqu’ils se retrouvent embarqués dans un complot criminel qui menace de détruire la ville de San Fransokyo (une ville hybride entre San Francisco et de Tokyo), Hiro se tourne vers son plus proche compagnon, le robot Baymax, et transforme la petite bande en un groupe de super-héros high-tech déterminés à résoudre le mystère et à sauver San Fransokyo. »

BH6_BattleBulgeForward_B1

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce film, c’est la relation entre Hiro, et son frère Tadashi (elle n’est pas forcément très travaillée mais je pense qu’on peut déjà plus s’y retrouver que dans la relation entre Elsa et Anna). Aussi, c’est un film qui met la santé mentale sur un pied d’égalité avec la santé physique; ça m’a fait vraiment plaisir de voir ça. Le film traite très bien du deuil. Oh, et il y avait des scènes plutôt chouettes, des combats bien animés, là-dessus je n’ai pas grand chose à redire.

Voilà. C’est fini. C’est toutes les choses que j’ai aimé à propos de Big Hero 6 ! On peut passer aux aspects  négatifs ! (et attachez vos ceintures parce que là, ça va faire plus de cinq misérables lignes)

  •  Avant de vraiment parler du film, il faut savoir qu’avant même la sortie de BH6, on savait déjà que ça allait être de la merde. On pouvait le prédire, ça partait sur de mauvaises bases. Voyez-vous, Big Hero 6, ce n’est pas une idée qui sort de chez Disney; le film est inspiré d’un comic éponyme qui vient tout droit de chez Marvel. Le Big Hero 6 de Marvel avait déjà son lot de problèmes, mais Disney aurait pu (aurait dû) ne reprendre que les aspects positifs!, de toute façon leurs adaptations sont toujours très libres. Un de ces aspects positifs, c’est que le cast de Big Hero 6 est entièrement japonais, et l’histoire se déroule à Tokyo ! Imaginez, un film de Disney qui met en scène des personnages asiatiques ! Ca aurait été un grand pas en avant pour le studio qui rame un peu niveau diversité: on a pas vu de personnages de couleur dans un de leur film depuis la Princesse et la Grenouille ! L’air de rien, ça date déjà de 2009 (et en plus, l’héroïne est une grenouille pendant les trois quarts du film…) Disney était visiblement moins emballé que moi par l’idée, vu qu’on est passé d’un cast japonais à un cast où il n’y a pas un seul personnage japonais… Il faut croire que Disney part du principe qu’il n’y a pas de japonais ailleurs qu’au Japon: dans les autres pays où ils distribuent leurs films, il n’y a pas d’asiatiques, et encore moins des japonais. Donc, pour que tout le monde puisse se reconnaître dans le film, et s’identifier aux personnages, le studio s’est senti obligé de modifier les origines de tout le cast. « Fred » était d’abord aïnou (c’est un groupe aborigène vivant au Japon, extrêmement oppressé, pas du tout représenté dans les médias), puis il est devenu blanc. Go Go Tamago n’est plus japonaise, mais coréenne. Pareil pour Wasabi no Ginger, qui est maintenant noir. Les légendes racontent que Honey Lemon est latino-américaine. Quant à Hiro et Tadashi, ils sont métisses, nippo-américains (évidemment). Je n’aurais pas été aussi sceptique au niveau de ces changements si ça n’avait pas été signé Disney. Il y a quelque chose de louche dans le fait qu’on efface tout un cast japonais, en faveur d’un cast soi-disant plus « divers » mais… En plus, on va le dire franchement maintenant, on sait que Disney est un studio raciste, ce n’est plus un secret pour personne, ça a toujours été le cas, et! en plus², pour être sûr qu’on ne voit surtout pas de japonais dans leur film, les parents d’Hiro et Tadashi sont morts, et ils vivent avec leur tante américaine (et blanche), Cass. Ca ne s’arrête pas là!, l’histoire ne se déroule même plus à Tokyo mais à « San Fransokyo »; pourquoi avoir eu besoin de tout américaniser à ce point ? et qui a décidé des prénoms et du nom de cette ville et a conclu que ça sonnait bien, que c’était une bonne idée, que oui on allait garder ça pour le film ? Le film n’était même pas encore sorti, et déjà tant de mystères !
  • On était plus d’un à être dubitatifs devant « San Fransokyo » et on avait raison!, cette ville est une catastrophe et je ne dis pas seulement ça à cause de son nom. Maintenant, je ne vais pas prétendre m’y connaître en architecture japonaise, ou en architecture tout court, c’est pas mon domaine donc je ne m’étendrai pas. En revanche, je dois quand même faire remarquer que la culture japonaise est grossièrement vulgarisée et utilisée comme un bête accessoire tout au long du film. Hiro et Tadashi, qui sont quand même censés être japonais, « n’interagissent » tout simplement pas avec leur culture ! Ils ne sont pas proche de cette culture, on ne dirait pas que c’est une part de leur identité. Elle est omniprésente dans la maison, mais juste pour faire joli. D’ailleurs, on entend pas un mot de japonais de tout le film, c’est tout juste si on voit des japonais dans Big Hero 6; c’est supposé se passer à San FransOKYO mais à part deux grossières caricatures au début du film, on ne voit pas beaucoup de personnages japonais, pas mêmes parmi les background characters !

    big-hero-6-prod-4
    J’avais dit que je parlerais pas architecture mais, honnêtement, ça vous fait penser à Tokyo ? Ca me rappelle les quartiers asiatiques qu’on retrouve aux Etats-Unis (créés pour isoler ces derniers), designés par les américains pour attirer les touristes.
  • Passons maintenant à un tout autre problème: les personnages. Je vous le dis cash: ils ne servent à rien. Strictement à rien. Ca aurait tout aussi bien pu être l’histoire d’Hiro, Tadashi et Baymax, et seulement ces trois personnages là, ça n’aurait rien changé, ça aurait même été mieux, parce que là c’est juste le bordel. On sent qu’ils sont là juste pour les produits dérivés, parce que dans le film ils n’ont absolument aucune utilité. C’est même pas de la mauvaise foi, je ne dis pas ça parce que je ne les aime pas, au contraire, j’aurais aimé faire leur connaissance, les découvrir, les voir évoluer,… Rien. On ne les a même pas un tout petit peu exploités, pas même le minimum strict. On nous dit que ce sont les meilleurs amis de Tadashi… Gogo le mentionne une fois, et tout le reste du film, on en entend jamais parlé, ils ne l’évoquent pas une seule fois, on ne les voit même pas interagir avec Tadashi, lui parler,… On a même pas l’impression qu’ils sont amis entre eux, c’est pas un groupe « qui marche », c’est pas une bonne équipe soudée, aucun lien n’est tissé, peu de paroles sont échangées,… Et c’est même pas comme s’ils avaient une influence sur l’histoire, comme si leur absence aurait changé ne serait-ce qu’un tout petit détail sur la narration: ils n’auraient pas été là, ça aurait été pareil. Sauf que, malheureusement, ils sont là, et ils sont inutiles, bam!, quatre mauvais personnages d’un seul coup. (Que Disney n’ose même pas se vanter d’avoir un cast qui brille par sa diversité parce qu’ils n’ont même pas pris la peine de faire quelque chose de ces personnages, ils n’ont pas un semblant de profondeur, ni même un simple rôle dans l’histoire, ou alors un prénom!!, alors que c’est le minimum strict.)
  • Autre détail que je veux rapidement pointer du doigt sans trop m’étaler dessus: Disney nous ressort encore des personnages féminins avec exactement le même visage ! Je développerai peut-être le problème une autre fois, mais notons-le quand même.

    Bon, je ne mets pas Gogo dans le même sac, mais Raiponce, Elsa, Anna, Honey Lemon et Tante Cass ? Le même visage, un copié-collé.
    Bon, je ne mets pas Gogo dans le même sac, mais Raiponce, Elsa, Anna, Honey Lemon et Tante Cass ? Le même visage, un copié-collé.
  • Le méchant était vraiment nul. Je critiquais Hans, mais ce méchant-là… On essaie de nous piéger avec une diversion pas du tout efficace, on tente de créer un « effet de surprise », mais l’identité du méchant est clair dès le début du film.
  • [SPOILER ALERT !!] D’ailleurs, puisqu’on parle de ça… la morale de cette histoire, c’est que lorsqu’on perd un être cher, même si c’est dur, il faut faire son deuil, et continuer à avancer dans la vie. Accepter que cette personne n’est plus parmi nous, accepter qu’on ne peut rien y changer, et avancer. Une belle leçon, je le reconnais. Hiro et Callaghan ont un point en commun: ils ont tous les deux perdu quelqu’un de leur famille. Hiro montre le bon exemple, c’est lui qui illustre la morale à la fin du film: il a du mal à accepter la mort de son frère, il dérive même du droit chemin en essayant de le venger, mais il parvient finalement à faire son deuil. Callaghan, lui, c’est tout le contraire. Il n’accepte pas la mort de sa fille, il en veut à la Terre entière, plus particulièrement à celui qu’il considère comme responsable de cette mort, et qu’il veut tuer en espérant que ça fasse « revenir sa fille » ou au moins que ça lui rende justice. Logiquement, on nous montre bien que le comportement à adopter est celui d’Hiro, le gentil ! Et que Callaghan, c’est le méchant ! Mauvais exemple ! Pas bien ! Pas faire pareil ! Et pourtant. Et pourtant, à la fin, Abigail, sa fille, est vivante. Elle est vivante. Il a fait tout ce qu’il ne fallait pas faire, et il obtient ce qu’il veut, il retrouve sa fille. Hiro a eu la bonne réaction, et Tadashi est toujours mort. Je n’ai pas compris, j’ai hurlé à la trahison: ce retournement de situation est stupide, et fout littéralement en l’air toute la morale de l’histoire. C’est une injustice qu’on doit à une scénario très mal écrit. C’est une des fins les plus mal écrites que j’ai jamais vu.

Une seule conclusion possible: Disney s’en fout (et de manière raciste en plus). Force est de constater que de faire des films un minimum correct ne les intéresse plus, et depuis longtemps. Big Hero 6 n’est qu’une preuve de plus. Ce film est mauvais, et il est truffé de plein de choses illogiques et mal écrites que je n’ai pas pris la peine de relever (je pense avoir listé l’essentiel). Malgré tout, je continue d’avoir de l’espoir. J’ai de l’espoir pour Moana, qui sortira en 2016 et qui, espérons-le, remontera un peu le niveau. En attendant, Big Hero 6 n’est plus à sauver, mon seul conseil pour vous est de ne pas gaspiller votre argent à aller le voir au cinéma.

7 commentaires sur « Big Hero 6: preuve que Disney s’en fout. »

  1. Salut ! Alors je n’ai pas vu ce Disney mais il ne m’attire pas des masses de toute façon. De plus, ce que tu as cité dans ton article me donne encore moins envie. Cependant, je te trouve quand même un peu dur avec le design des personnages… Ils ont certes des traits similaires, mais… C’est tellement pas nouveau. Même chez les studios d’animations japonaises les personnages se ressemblent (comme dans les Ghibli par exemple, et la kyoto animation) donc je pense que ça devient inévitable, surtout que Big Hero 6 a été fait par les créateurs de Raiponce et la Reine des neiges…
    Par contre, chaud « l’américanisation » de l’œuvre… c’est très perturbant. Mais je connais pas assez l’œuvre d’origine pour faire une comparaison. La fin me semble tout aussi décevante.
    Je reviendrai poster un avis plus concret quand j’aurais vu le film dans quelques mois !

    J'aime

    1. Hi there ! Alors alors
      je savais qu’on allait me faire cette remarque à propos des visages, j’aurais même pu prédire les comparaisons qu’on allait me faire, haha. Dans mon article, j’ai dit vouloir développer une autre fois; je vais rapidement le faire ici et maintenant.

      Oui, les héroïnes de Ghibli se ressemblent (au niveau du visage), c’est le style qui veut ça. On retrouve certains éléments, le « style de Ghibli », sur tous les visages des héroïnes; il n’empêche qu’on peut parfaitement les distinguer les unes des autres, et qu’elles n’en restent pas moins différentes les unes des autres.
      Je devrais presque faire un article sur ça, c’est plus facile quand je peux illustrer avec des images haha.
      Les héroïnes de Disney, elles, ont exactement le même visage et ne sont ni plus ni moins que des versions retouchées les unes des autres. HISTOIRE VRAIE!!: quand les chara-design d’Elsa et Anna ont été révélés, quasiment TOUT LE MONDE était persuadé que c’était des « fakes », que c’était quelqu’un avec beaucoup de temps à perdre qui s’était amusé à modifier des images de Raiponce.
      Aussi, la différence entre Disney, et Ghibli (/Kyoto Animation), c’est que l’un utilise des CGI, alors que l’autre s’en tient à l’animation traditionnelle. Quand on travaille avec des CGI, c’est très facile de faire des copié/collé, comme ça a été le cas avec Elsa, Anna, leur mère, Honey Lemon et Tante Cass.
      Ce qui est LOUCHE aussi chez Disney, c’est que leurs héroïnes ont toutes le même visage, mais les personnages masculins, eux, ont des visages bien différents, des carrures différentes, ils ne se ressemblent en rien. A côté de ça, Elsa, Anna et leur mère se ressemblent comme deux gouttes d’eau.
      Alors que chez Ghibli et KyoAni, on peut dire la même chose des filles et des garçons!, ils ont tous des caractéristiques faciales relativement similaires, c’est le « style » du studio qui veut ça, mais on arrive quand même à les distinguer, ce ne sont pas des copié/collé les uns des autres. On voit des similitudes, des ressemblances, un « air », mais ce ne sont pas exactement les mêmes visages; chez Ghibli, les parents ont toujours un chara-design différent de celui de leurs enfants, mais on retrouve un « air de famille », c’est des familles réalistes, alors que Elsa, Anna et leur mère ont pratiquement l’air de triplées…
      https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/e0/f5/31/e0f5317b34dd8fc515b34b5be7f5aef6.jpg la famille chez Disney / http://screencaps.us/198/8-neighbor-totoro/full/neighbor-totoro-disneyscreencaps.com-2515.jpg la famille chez Ghibli

      J’en ai déjà trop dit, mais en résumé, Disney ne fait pas d’effort quand il s’agit de ses personnages féminins, plus maintenant en tout cas.
      Merci pour ton commentaire en tout cas, j’ai hâte d’avoir ton avis là-dessus quand tu auras vu le film !

      J'aime

    1. TOLD YOU SO bon là tout de suite j’ai pas la source mais je crois bien que le réalisateur de Frozen a ouvertement dit qu’Anna et Elsa étaient ni plus ni moins que deux versions légèrement différentes du même modèle?? what the heck le fait qu’elles soient soeurs n’est pas une excuse, de même pour leur mère
      ET OUI !! elle lui ressemble un peu trop mais c’est toujours chouette d’avoir un peu de diversité, juste… dommage qu’elle ait pas son propre film et tout ça, elle sera probablement pas dans la line up..

      J'aime

  2. L’américanisation dans ce film est incroyablement désagréable et perturbante,c’est à se demander si disney n’a pas gardé le prénom Hiro rien que parce que la sonorité est proche de Hero.J’ai l’impression depuis un moment déjà que le studio fait de la médiocrité des succès commerciaux en se servant de sa réputation d’autrefois.En tout cas,c’est un très bon article,comme d’habitude !

    J'aime

    1. Mais c’est exactement ça ! Ils savent qu’avec la réputation qu’ils ont, ils n’ont pas besoin de trop se fouler, donc ils font MOINS que le minimum strict, (et le pire, c’est que ça marche? les gens adorent) (des fois je pense au succès de Frozen et je suis obligée de m’assoir, ça me dépasse) Bref, merci beaucoup, c’est très très gentil, j’apprécie que tu prennes le temps de m’écrire un petit commentaire héhé, nice to see you there !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s