Publié dans Chronique

Mes nombreux problèmes avec le yaoi.

vlcsnap-2014-07-21-23h52m27s95

La dernière fois, j’avais parlé des gens qui n’aimaient pas le yaoi, au point de rejeter les couples homosexuels fictifs, même s’ils n’avaient rien à voir avec ce genre de manga. Aujourd’hui, je vais parler de l’autre extrême: les gens qui aiment un peu trop le yaoi.

Et croyez-moi, j’ai hésité un long moment avant de faire cet article, parce que j’avais un peu peur des réactions qu’il allait engendrer. S’il y a une chose que j’ai appris avec mes articles concernant Disney, c’est qu’il vaut mieux ne pas trop toucher à ce qui plait à la grande majorité. Mais j’ai aussi retenu que je n’étais pas en tort pour pointer du doigt les défauts de ce que j’aimais. Parce que oui!, j’adore Disney, et d’ailleurs, j’aime aussi le yaoi ! C’est justement pour ça que j’essaie de ne pas en ignorer les défauts, parce que je ne veux pas être le genre de « fan » qui dit amen à tout ce que j’aime. Aucun média n’est parfait, et par conséquent, aucun média ne devrait échapper à la critique.

Ce que je veux dire, c’est que je lis du yaoi, et que j’aime ça. Mais c’est un genre de manga qui présente une tonne d’aspects problématiques, et je ne veux pas être de ceux qui font mine de ne pas les voir. C’est important de savoir porter un regard critique sur ce qu’on consomme, sur ce qu’on aime. On peut aimer le yaoi, et malgré tout, en reconnaître les défauts, et ne pas essayer de les excuser.

Mais c’est quoi ces fameux problèmes dont je parle depuis tout à l’heure ? Avant toute chose, penchons-nous un peu sur la définition-même du yaoi.

39014e7e3c411d13c97408a0f3b5531a

Le yaoi est un genre de manga où l’histoire tourne autour d’une relation homosexuelle entre deux hommes; et souvent, les yaoi sont à caractère pornographique. Même si en Occident, on utilise beaucoup le terme « yaoi », au Japon, on parle plutôt de « Boy’s Love »; « BL » pour faire court. Contrairement au manga gay, parfois aussi appelé Men’s Love, qui est un genre proposant des manga réalisés par des hommes homosexuels, pour des hommes homosexuels, le Boy’s Love est un genre qui vise un public féminin, et les œuvres lui appartenant sont écrites par des femmes. Et la majorité du temps, ces femmes sont hétérosexuelles.

Et déjà là, on a un problème.

Vous savez comment les hommes fantasment parfois sur les lesbiennes ? Et comment ces dernières sont sexualisées à mort, juste pour plaire à un public masculin ? N’importe quelle lesbienne vous dira que les scènes de sexe qu’on voit dans les pornos lesbiens sont à des bornes de la réalité. Bah le yaoi, c’est un peu pareil. C’est des femmes hétérosexuelles, qui connaissent pas grand chose aux relations sexuelles que peuvent entretenir deux hommes, mais qui fantasment à cette seule idée. Du coup, le yaoi, c’est beaucoup de stéréotypes, et ça a une délicieuse odeur d’hétéronormativité. Par exemple, c’est rare de trouver un yaoi qui ne reprend pas le modèle du « seme », le type viril qui prend toujours l’initiative, et du « uke », le gringalet, forcément celui qui se fait dominé, parce que… « il faut bien quelqu’un fasse la femme dans le couple » n’est-ce pas ?

Et autant vous dire que je suis pas du tout fan du concept consistant à traiter l’homosexualité comme un fantasme. C’est une orientation sexuelle, pas un fantasme. Les hommes homosexuels sont des humains, pas des fétiches. Mais dans le yaoi, c’est tout comme. Dans ces œuvres, les homosexuels sont fétichisés, dans le sens où ils sont déshumanisés (pas traités comme des humains, mais quasiment comme des objets, juste là dans le but de satisfaire les fantasmes des lectrices). Les personnages n’existent pas en dehors de leur relation; les homosexuels sont sexualisés, réduits à leurs parties de jambes en l’air. Vous voyez où je veux en venir. Et c’est plutôt dégradant pour les hommes homosexuels, on ne peut pas dire que ça leur rend justice…

Les relations représentées dans les yaoi ne reflètent pas la réalité, et en plus, elles sont pas très souvent saines. Exemple; le viol est présent dans une bonne partie des œuvres yaoi; c’est presque la norme. C’est le fameux « Non » veut dire « Oui »; l’une des caractéristiques du uke, c’est que la plupart du temps, il est pas consentant…

Loveless.600.111839

On peut reprocher exactement les mêmes choses au yuri; mais heureusement, dans ce genre-là, on retrouve encore beaucoup de femmes lesbiennes, dont les manga sont destinés à des femmes lesbiennes. Je pense qu’il faut quand même noter ça, parce que c’est plutôt chouette !

Alors maintenant, je ne reprocherais à personne d’aimer le yaoi. Du moment que la personne en question admet que le yaoi a son lot de problèmes. Mais le fait est que c’est un genre de manga qui s’adresse aux filles, et je ne vais pas leur en vouloir d’aimer ça; si je devais pointer quelqu’un du doigt, ça serait plutôt les auteures et les maisons d’édition qui leur vendent ça, qui se font de l’argent en vendant cette homosexualité aussi stéréotypées qu’idéalisée.

Mais j’ai quand même un souci avec les fans qui n’arrivent pas à différencier la fiction de la réalité, vous savez, les filles qui…:

– Qualifient n’importe quel couple homosexuel, même ceux irl, de « yaoi ». Et qui pensent que le schéma seme/uke s’applique à la réalité. Et qui vont demander à des homosexuels s’ils sont uke ou seme…

– Qui s’excitent lorsqu’elles voient un couple homosexuel dans la rue; et qui vont parfois même jusqu’à les prendre en photo (sans leur consentement évidemment).

– Qui « ship » des garçons dans leur classe.

– Qui adoooooorent les hommes gays mais qui sont dégoûtées par les lesbiennes.

– Qui descendent les personnages féminins, parce qu’elles pourraient se mettre en travers de leurs pairings « yaoi ».

– Qui se montrent carrément dégoûtées par les couples hétérosexuels…

– Qui trouvent l’homosexualité plus « excitante » que l’hétérosexualité, alors que c’est une orientation sexuelle comme une autre…

Et bref, qui sont un peu obsédées par les homosexuels, et qui perdent de vue que c’est des humains avant d’être leur drôle de fantasme. Vous en avez tous déjà vu des comme ça, vous savez de quoi je parle.

Et voilà pour vous: ce sont mes principaux problèmes avec le yaoi, et ses fans. Les plus importants, en tout cas. Tous les gens qui lisent du yaoi ne sont pas comme ça, et heureusement. Il y a des gens respectueux, qui ne mélangent pas yaoi et réalité, et qui ont parfaitement conscience des défauts du yaoi. Mais force est de constater que la communauté de fans du yaoi est très souvent homophobe, et le yaoi lui-même, qui a beau se focaliser sur les homosexuels, n’est pas très gay-friendly

38 commentaires sur « Mes nombreux problèmes avec le yaoi. »

    1. Je pense que le yaoi n’a absolument rien de malsain si tu gardes en tête que ce n’est que de la pornographie, donc de la fiction.

      J'aime

  1. L’article tant attendu ;))))
    Cela va sans dire que je partage le même avis que toi. Je suis confrontée à ce genre de mentalités sur beaucoup de sites que je côtoie ; je frôle tant la crise de nerfs que j’ai fini par m’isoler complètement. (Le billet Tumblr m’a achevée, tbqh)

    Par contre j’ai relevé quelques fautes inattention, pas grand chose, je te rassure, donc je me permets de t’en faire part !

    « N’importe quelle lesbienne vous dire »
    « ils sont déshumaniser » + « pas traiter »
    « qui a bien se focaliser sur »

    J'aime

    1. Oh, merci ! Je l’ai écrit d’une traite et sans me relire, du coup y’a des petites fautes, mais c’est corrigé maintenant : hésite jamais à me le faire remarquer quand je fais des fautes comme ça !
      BREF. L’article. Le billet Tumblr c’est quelque chose haha, et le pire c’est que y’a plein de gens comme ça!, heureusement, je croise rarement des cas aussi extrêmes sur les sites que je fréquente mais…

      J'aime

  2. Ouah génial cet article, tu m’as devancée je travaillais justement sur un sujet du même type parce que j’en ai marre qu’on fétichise les personnes homosexuels, les hommes dans le cas là, parce qu’on lit du yaoi ou de la romance gay, c’est absolument pas pareil dans la fiction et dans la réalité. Et limite, le fait de placer une personne sur un pied d’éstale parce qu’elle est gay et qu’on la fétichise, je trouve que c’est aussi une sorte de discrimination. C’est genre « t’es pas une personne, t’es juste l’objet de mes fantasmes ».
    Bref, j’ai adoré te lire, et je te demanderais quand même l’autorisation de reprendre un peu le même sujet que toi pour mon article à venir, je veux pas avoir de soucis et tout, on ne sait jamais. Je te linkerai sans toute d’ailleurs, parce que ton article est très bon !

    J'aime

    1. La fétichisation, c’est bel et bien une forme de discrimination!; et dans ce cas-là, d’homophobie.
      En tout cas merci beaucoup pour ce commentaire enthousiaste ! Ecris sur ce que tu veux, ça me pose 0 problème; mais c’est bien gentil d’avoir demandé avant ! Mais j’ai de toute façon pas le monopole de ce sujet donc… c’est 100% ok !

      J'aime

  3. Je pense qu’il y a vraiment une différence à faire entre le Yaoi et le Boy’s love. Le Yaoi introduit des concepts comme le non-consentement et le viol et est utilise beaucoup l’imagerie pornographique. Les terme Yaoi tend à disparaitre ici parce qu’il véhicule une image négative de l’homosexualité. Mais aujourd’hui, les mangas induisant des relations homo ont beaucoup changés et le point principal du manga n’est plus l’acte sexuel en lui-même, mais le développement de la relation entre les deux hommes.

    Alors ensuite, bien sûr, la relation entre les deux hommes est romancée et les intrigues amoureuses reposent sur des codes de narration bien définis qui ont tous été épuisés jusqu’ à la moelle.

    Aussi il y a une « BL » qui a fait fureur dernièrement ici :
    http://rawcs.net/56375.html
    C’est le premier manga Slice of life qui décomplexe l’homosexualité.

    Après, c’est vrai, ce qui est génant, ce n’est pas l’oeuvre en soit, à moins qu’on traite de sujet vraiment hard core (la dernière polémique du moment c’est les derniers chapitres de Ten Count) c’est le traitement qu’on en fait en tant que fan. On peut être fétichiste, mais il faut savoir distinguer le réel de la fiction, mais c’est un peu vrai pour toutes les formes de dépendances à des univers fictifs, et pas seulement le yaoi.

    Il y a un livre assez intéressant qui est sorti il n’y a pas longtemps sur le BL : BL進化論 ボーイズラブが社会を動かす http://www.amazon.co.jp/BL%E9%80%B2%E5%8C%96%E8%AB%96%E3%80%80%E3%83%9C%E3%83%BC%E3%82%A4%E3%82%BA%E3%83%A9%E3%83%96%E3%81%8C%E7%A4%BE%E4%BC%9A%E3%82%92%E5%8B%95%E3%81%8B%E3%81%99-%E6%BA%9D%E5%8F%A3%E5%BD%B0%E5%AD%90/dp/4778314417/ref=sr_1_30?ie=UTF8&qid=1436180729&sr=8-30&keywords=%E6%98%8E%E6%97%A5%E7%BE%8E%E5%AD%90 (pas fini de le scanner)

    Et un magazine qui est paru concernant le BL :
    https://iwatobiscmasterpost.wordpress.com/bijutsu-techo-december-2014-boys-love-untangle-the-expression-of-relationships/

    Ca mériterait des traductions tout ca.

    J'aime

    1. Très intéressant tout ça, merci d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire !
      (Après, dis-moi si je me trompe, mais c’est toujours des femmes qui écrivent pour des femmes non… ?) (Et en France, c’est toujours du yaoi qu’on nous vend, avec le viol et tous ces stéréotypes qui donnent une image fausse/idéalisée des relations homosexuelles, rien de très glorieux.) (« mais il faut savoir distinguer le réel de la fiction, mais c’est un peu vrai pour toutes les formes de dépendances à des univers fictifs, et pas seulement le yaoi. » 100% vrai ! Le problème, c’est que quand un fan n’arrive pas à différencier le yaoi de la fiction, ça affecte tout un groupe de personnes déjà suffisamment marginalisées.)

      J'aime

      1. Oui, c’est toujours des femmes qui écrivent pour des femmes, mais on peut voir de temps en temps des jeunes garçons lire du BL. Après ça reste de la romance.

        Non, en France, pas mal de bons BL sont vendus, sans qu’il n’y ait de forme de violence dedans. Il suffit de regarder le catalogue de Taifu et la maison d’édition IDP qui est spécialisées dans le Boy’s Love.

        http://www.boys-loves.fr/bl/accueil-boyslove.html

        Il y a des petites romances sympa disponibles, comme des shoujo, sauf qu’on a des garçons à la places. Beaucoup sont des shounen-ai en fait. La découverte de l’homosexualité, l’image de l’homosexuel que tu es que tu renvoies à ton copain, la peur du dégoût sont des thèmes que l’on retrouve de plus en plus souvent.

        Le manga Love Stage (qui a été adapté en anime l’été dernier) est prequ’une parodie de Boy’s Love puisqu’il en étire tous les traits.

        Des auteurs référencesà découvrir :
        Nakamura Asumiko (Doukyuusei)
        Kotetsuko Yamamoto (qui mêle beaucoup la famille à ses histoires d’amour)
        Junko (qui écrit des histoires vraiment mignonnes)
        Ogawa Chise
        Takarai Rihito

        Et il y a des manga BL beaucoup plus sombres
        Caste Heaven (Ogawa Chise) – non disponible en France
        Il s’appelait J (Nakamura Asumiko) – Non disponible en France
        Ten Count (Takarai Rihito) – Taifu
        Qui sont eux pour des publics avertis.
        Les maisons d’éditions françaises respectent quand même une certaine charte de qualité et ne publient pas n’importe quoi.

        Même si des fans ternissent l’image des fujoshis, dis toi que 10 ans, on sera hype! 😉 Et que bientôt, la littérature homo sera aussi cool que la vague de romans à l’eau de rose un peu porno qu’on a eu il y a quelques années.

        Aimé par 1 personne

        1. Oui, évidemment, c’est comme n’importe quel genre de manga; y’a pas que le public visé par les maisons d’éditions qui en lisent. C’est quand même destiné à, avant tout, un public féminin. Et rien que ça, ça me dérange, c’est ce fantasme autour des homosexuels. Il s’agit pas seulement de la violence, ou de la pornographie; c’est comment est présentée l’homosexualité, par qui, et à qui.
          C’est pour ça que j’ai une préférence pour le yuri; parce qu’on y retrouve plus d’auteurs queer, qui ont une approche beaucoup plus réaliste du sujet puisqu’elles sont directement concernées, et elles essaient pas de répondre à des fantasmes ou quoi, mais elles s’adressent bien à un public queer et
          et ça serait bien si dans le yaoi, on donnait aussi un peu plus la parole à des gens concernés. Ou au moins voir des œuvres qui s’adressent directement à des gamins queer. Mais j’ai pas l’impression qu’on se soucie réellement de tout ça, et c’est dommage.

          J'aime

          1. C’est parce que l’homosexualité est encore un taboo sociétal et qu’être homo au japon, c’est pas encore aussi simple que ça. Donc pour le moment, on en parle pas, ou on s’en moque au sens propre du terme.

            J'aime

            1. Je sais bien, c’est pour ça que je trouve dommage que l’un des seuls moyens de voir des homosexuels dans les médias, c’est de se tourner vers le BL. Parce que même si c’est taboo, les homosexuels existent quand même au Japon, et voilà quoi, ça me rend un peu triste de me dire qu’ils ont pas grand chose vers quoi se tourner en matière de représentation. Le BL, ça leur est pas directement destiné, et dedans, même si les personnages peuvent être bien écrits et proches de la réalité, ils sont quand même réduits à leurs relations, c’est pour ça que les gens lisent. Et bref, je veux pas trop m’aventurer là-dedans parce que j’ai pas l’impression d’être bien placée pour parler de tout ça haha, je devrais plutôt m’occuper de comment sont traités les homosexuels dans mon propre pays avant de m’occuper des japonais je suppose,
              mais c’est que sur tous les sites où j’traîne, je peux pas échapper aux filles qui sont fans de BL et fétichisent les homosexuels de la façon que j’ai évoqué dans cet article, c’était avant tout ça que je voulais dénoncer, mais je devais bien commencer par me dire ce qui me semblait dérangeant dans le yaoi en premier lieu.

              (En tout cas, si tu penses qu’il y a quoi que ce soit à corriger/rajouter dans cet article, n’hésite pas à me dire quoi ! Mais je suis contente que tu aies apporté ton point de vue à la conversation, dans tous les cas !)

              J'aime

              1. Mais après, même si tu dénonces certains comportements, tu ne pourras pas les changer. Il existera toujours ce genre de personnes.

                Après il faut se dire que c’est déjà pas mal que ce type de littérature existe sans être censuré et donne la possibilité de voir un autre type de romance. Il existe une alternative. (Personnellement, j’en ai eu marre des romances hétéro, du coup, je varie de temps en temps en lisant BL ou yuri).

                Et si on veut des romances moins romancées entre emcs, il faut se tourner vers Yoneda Kou, qui écrit des trucs bien badass.

                Ce n’est qu’avec le temps que les mentalité changeront et évolueront vers quelque chose de meilleur.

                Jep ense qu’il serait intéressant de faire une petite lecture du livre que j’ai mentionné dans mon premier commentaire pour voir ce qu’il en est. j’aurais adoré en parler, mais mon niveau de japonais est trop petit pour ça.

                J'aime

                1. Oh, j’en ai malheureusement bien conscience de ça, mais c’est pas pour autant que je dois faire comme si je les cautionnais.
                  Yoneda Kou!; je jèterai un coup d’œil, merci. (Un titre en particulier à me conseiller ?)
                  Haha, le mien étant inexistant, on n’est pas très avancées, mais ça m’intéresserait aussi.

                  J'aime

                    1. Je suis pas très difficile du moment que c’est bien écrit; dis-moi juste ce que toi tu préfères, et je ferai en fonction !

                      J'aime

    1. Merci ! Merci d’avoir pris le temps de faire cette liste, je jèterai un coup d’œil à tout ce que je ne connais pas. Mais en tout cas, j’espère qu’on s’est bien comprises; je doute pas qu’il y ait des histoires intéressantes, de très bonne qualité, et d’ailleurs j’en lis (je lis plus de dj que de manga ces dernières années cela dit),
      mais mon problème, c’est… tout ce dont je t’ai déjà parlé quoi.

      Aimé par 1 personne

  4. Très bon article et je partage ta façon de pensé. Je me sens ridicule, car, avec ma meilleure amie au collège, j’ai déjà « ship » quelques personnes et quand j’y repense, même si ça me fait toujours rire, je me fais de la peine.

    J'aime

    1. Haha, c’est pas grave, c’est derrière toi maintenant; t’en veux pas trop pour ça ! Merci pour le compliment en tout cas, contente qu’il te plaise (et qu’on soit d’accord, par la même occasion !).

      J'aime

  5. yooo
    Je ne saurais quoi rajouter mise à part le fait que j’approuve tous ce que tu dis dans l’article et que j’ai pus constater tous ces comportement de « fujoshi » par moi même (que ce soit sur le web ou irl )
    Mais y’a aussi ces hommes (hétéro) qui adoooooooooooorent le yuri (comme certaines adoooooooorent le yaoi) mais qui sont dégoûtes par les hommes gays et ça, ça m’outrage énormément surtout que ce comportement est hyper fréquent je trouve
    et omg ce que je déteste quand on veut descendre un perso féminin par ce qu’elle «  » » »empêche » » » » un ship « yaoi » d’être canon, mais heureusement on voit plus de gens défendre tel perso plus que le descendre
    Après pour « shiper » des personnes de sa classe je pense que ça peut rester un gros délire, ça m’est arrivé plusieurs fois avec des potes, voilà on est posé, rien à faire hop on prend on feuille on écrit les prénoms de toutes les personnes de la classe et on s’imagine des couples mais ça reste un délire on y va pas sérieusement à la fin on jette la feuille et on oublie tout quoi, on est pas obsédée par les mettre en couple sérieusement mais c’est sur que celles qui sont à fond dans leur délire (genre, même si tu regardes plus ces ytbeurs, tu dois être au courant que y’a des tonnes de fans qui shippent Mathieu Sommet et Antoine Daniel et ??? Stop je veux dire c’est des personnes réelles pas des personnages fictifs quoi… Après heureusement, eux même ils le prennent avec humour mais wow quoi)
    !!! le post tumblr
    mais
    comment
    on a fait
    pour en
    arriver
    là.
    Je veux dire, la fille qui a écrit ce post derrière son écrans elle doit avoir quoi ?? aller 15 ans max et ça me donne envie de brûler mon pc de voir des gamines penser ainsi wooo (mais malheureusement y’aura toujours des cas comme ça avec un peu tout :/ )
    C’est pour ça que j’ai presque une haine envers toute forme de pornographie, peu importe le cas : ça. ne. représente. pas. la. réalité. ça fétichise tel orientation sexuelle et ça devient tellement accessible à tout âge… ://
    Anyway, super référence comme article !

    J'aime

    1. Merci beaucoup !
      Pour le yuri, ne t’en fais pas, je ne l’ai pas oublié ! Je ne lui ai accordé que trois/quatre lignes, mais j’ai pas manqué de préciser qu’on pouvait lui reprocher les mêmes choses: y’a beaucoup d’hommes qui fantasmes sur les lesbiennes, dans les yuri y’a beaucoup de clichés dégradants, et d’hommes qui écrivent pour un public masculin,… Et même irl, plein d’hommes hétéros fantasment sur l’image qu’ils se font des lesbiennes, mais sont dégoûtés par les hommes homosexuels; tout comme y’a des filles qui fantasment sur les hommes gays mais qui sont écœurées par les lesbiennes…

      Et mon dieu moi aussi je déteste quand un personnage féminin se fait descendre pour des raisons stupides comme ça…

      Et non j’avais aucune idée que des gens shipaient des youtubers! surtout Matthieu Sommet et Antoine Daniel, parce que autant je connais Antoine Daniel, autant j’ai jamais regardé une seule vidéo de Matthieu Sommet en entier, donc heu voilà… Quand j’ai lu ça, ça m’a vraiment paru super… bizarres. Puis après j’ai pensé à tous les ships qui y’avait dans la communauté YT anglophone, avec des YTs qui encouragent ça haha; donc au final ça m’étonne pas trop. Mais je suis d’accord avec toi, c’est des personnes réelles et y’a des gens qui vont vraiment trop loin. Trouver que y’a une bonne alchimie entre deux personnes, d’accord, mais… tu peux pas traiter deux personnes réelles comme tu traites des personnages fictifs, non, stop stop stop.

      Encore merci en tout cas, j’apprécie toujours tes commentaires !

      J'aime

  6. Bonsoir !

    Je suis très contente qu’un article comme ça ait été publié, IL LE FALLAIT.
    Je ne me suis pas trop posée de question quand j’ai commencé à lire du yaoi, je veux dire c’était tout nouveau et j’étais jeune, donc j’en ai lu à la louche sans vraiment réfléchir. Et même si je ne réfléchissais pas, il y avait toujours ces quelques titres que je refusais de lire par principe, car ils allaient trop loin et que je n’en voyais pas l’intérêt. En gros, je pense que je me posais les mauvaises questions, et c’est normal au début.

    C’est en rentrant vraiment dans la communauté, en parlant avec des gens qui aimaient aussi ce genre que j’ai découvert des trucs carrément chelou, en mode secte ultime, qui ne voyait que le yaoi comme centre principal de leur vie et rejetait toute «  »autre relation » » comme tu l’as très bien dit. Ca m’a vraiment choquée, je veux dire QUEL EST LE RAPPORT ? On parle de deux orientations différentes. Bref, le pouvoir du fantasme est là et j’avoue avoir failli me faire avoir à plusieurs reprises. Il est plus simple de réduire ses horizons que de les élargir. C’est pour cela qu’il y a ce genre de dérives je pense.

    Bien sûr ce n’est pas pour cela qu’il faut obligatoirement se fermer au genre je pense. Il faut juste savoir prendre du recul et peut-être davantage s’attarder sur certaines œuvres qui s’arrêtent sur d’autres choses que le pur fantasme sexuel et tous les clichés récurrents ;))

    Merci pour cet article fort intéressant, et au passage j’ai une tonne de tes articles à rattraper haha je ne lirais jamais tout mais c’est tellement intéressant. En plus tu t’es encore améliorée pour faire des articles clairs et sympas (bien que j’adorais déjà tes articles avant sur Hitorabu *.*). Je suis très contente de voir que tu n’as pas arrêté, c’est GÉNIAAAAL
    Voilà voilà je suis l’ancienne webmiss de mangasthereference sur skyrock (akina-chan hahaha), ça fait des lustres que je suis en pause, donc voilà je débarque un peu ici en mode fantôme, mais bon mieux vaut tard que jamais nooon ? ;D

    Bonne continuatioooon ;)))

    J'aime

    1. Ahhhhh, c’est tellement génial de te voir traîner par ici ! Je m’y attendais pas haha ça me fait trop plaisir. T’en as fini avec la prépa j’imagine ?
      Bref ! Merci d’avoir pris le temps de me laisser un commentaire, et un avis aussi positif, contente que cet article t’ait plu ! Je suis d’accord avec toi, je pense pas qu’on soit obligé de se fermer au genre, juste… admettre ses problèmes.
      Encore une fois merci, j’espère te revoir traîner par ici, et avec un peu de chance, j’espère aussi te revoir active sur ton blog !

      J'aime

      1. Oui j’en ai enfin fini avec ces deux horribles années haha, freedom is back !! *.*
        Ne t’en fais je vais pas m’arrêter de traîner par ici haha ça me fait trop plaisir tout ça ! ;D Oui je vais redevenir active, mais sur une autre plateforme, mon nouveau blog est encore en construction.Ça demande pas mal de temps tout ça mais c’est que du plaisir ! ;D

        J'aime

        1. Haha CONGRATS!
          Haaaa moi aussi ça me fait plaisir!, n’hésite pas à repasser pour me donner l’adresse de ton nouveau blog quand il sera ~prêt~ !

          J'aime

  7. How the fuck did I fucking miss that. (Je cherchais un autre truc précis sur ton blog et du coup je découvre d’anciennes merveilles…)
    Ohlala mais c’est PARFAIT, comme d’habitude. Je vais m’en servir à tour de bras de cet article, bravo bravo!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s