Publié dans Chronique

Proud.

nightclub-shooting-victims-9593f9b33ae8d30a

Nous sommes en juin. Mois symbolique puisqu’il est synonyme de fierté LGBTQ+. J’avais hâte, parce que, tout comme l’année dernière, je voulais faire un article pour l’occasion, histoire de célébrer, et, en même temps, de sensibiliser. J’avais plein d’idées, et je préparais ça depuis longtemps. Et finalement, le mois de juin est arrivé, et je n’étais plus si fière que ça.

Quand j’ai appris ce qu’il s’était passé à Orlando le 12 juin dernier, je n’étais pas fière. J’étais choquée, horrifiée, effondrée, énervée, blessée.

La tragédie en elle-même m’a touché. C’est normal quand autant de personnes perdent la vie. Mais là, c’était différent, ça m’a touché à un niveau plus personnel, et je pense que c’est pareil pour beaucoup de personnes: les évènements ne nous ont pas touché directement mais on ne peut s’empêcher de se sentir concernés parce que c’était une attaque contre notre communauté. C’était comme une piqure de rappel, pour nous dire que même si on gagne de plus en plus de batailles, on est encore loin d’avoir gagné la guerre, parce qu’encore à notre époque, le simple fait d’exister représente un risque, le risque de mourir. Pourtant, on a tous conscience que l’homophobie n’appartient pas au passé, mais c’est quand même un choc d’être les témoins d’un tel crime de haine, et de penser au nombre de personnes qui en ont été victimes. C’est monstrueux que ça soit arrivé en ce mois de fierté LGBTQ+, et que ça se soit déroulé dans une boîte de nuit gay, dans un endroit qui devrait rimer avec liberté et sécurité.

Malgré ça, pendant une fraction de secondes, j’étais encore fière. Je n’étais pas bien, j’étais même paralysée, sous le choc, mais j’étais fière. Ca me semblait important. Je ne voulais pas plier, j’avais l’impression que ça aurait été comme laisser l’homophobie et le terrorisme gagner, et le pays dans lequel je vis m’a appris qu’il ne fallait pas avoir peur.

Sauf que le cauchemar ne s’est pas arrêté au terrorisme. Ma communauté venait de perdre 49 personnes dans une fusillade, et tout ce que je voyais, c’était de la haine, c’était des blagues, des gens qui soutenaient cet homme et son crime, d’autres qui trouvaient cocasse que « comme d’habitude, ça tire de partout dans un club gay! ». Alors qu’encore une cinquantaine de personnes étaient encore gravement blessées, tout ce à quoi j’ai été confrontée, c’était des médias et des politiques omettant délibérément de préciser que c’était un crime de haine. C’était le monde à l’envers quand les gens qui se battent toute l’année pour nous enlever nos droits ont exprimé leur condoléances.

Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais. Et ma fierté a volé en éclats.

Deuxième piqure de rappel: les hétéros n’en ont rien à foutre. Bien sûr, je suis obligée de préciser que je généralise, mais avec tout ce que j’ai vu, c’est vraiment ce que j’ai retiré de ces derniers jours, c’est ce que j’ai compris de la réponse des gens face à de telles horreurs. Entre ça, et les islamophobes qui ont trouvé le prétexte idéal pour aller s’empresser de crier sur tous les toits que « c’est les musulmans le problème !! », sans parler de tous ceux qui renforcent l’idée que les personnes malades sont dangereuses en disant que « c’était un malade mental!! », j’étais consternée, et furieuse.

Mais je me sentais aussi détestée, c’était tellement d’un coup, c’était même trop d’un coup. Et déjà qu’en règle générale, ma fierté n’est pas infaillible -loin de là-, elle a été complètement brisée, et j’avais vraiment envie de me cacher au fin fond de mon placard, parce que de toute évidence, on ne voulait pas de moi.

Puis au milieu de l’homophobie et de l’hypocrisie, j’ai vu plusieurs personnes qui partageaient mon ressenti, des personnes de la communauté LGBTQ+ qui ne se sentaient ni acceptées, ni en sécurité, et qui voulaient étouffer une partie de leur identité parce qu’elles n’en étaient plus fières du tout. C’est seulement une fois que j’ai vu des personnes autres que moi dans ce cas que j’ai réalisé que c’était injuste. On ne devrait pas se sentir comme ça, on mérite tellement mieux.

Je me sens un peu bête de raconter ça mais quelque chose qui m’a un peu remonté le moral, c’est une vidéo du youtuber Tyler Oakley qui dit qu’être de la communauté LGBTQ+ c’est comme la Rainbow Road sur Mario Kart.

rainbowroadDS

J’ai trouvé que c’était une analogie vraiment parfaite. Rien que le nom, la route arc-en-ciel, ça veut déjà tout dire… ! Mais c’est vrai que ce niveau est un des plus durs de Mario Kart, et qu’avant de le maîtriser, on va se casser la gueule et tomber dans le vide un bon nombre de fois. Mais c’est pas grave, on se fait repêcher, et se remet en piste et on continue d’aller vers l’avant. Donc quand on le voit comme ça, c’est vrai qu’être LGBTQ+, c’est un peu comme rouler sur la route arc-en-ciel. Personne n’a dit que ça allait être facile. Mais on va atteindre la ligne d’arrivée, vainqueurs.

Ils n’auront pas notre fierté.

C’est normal, surtout en ce moment, de douter de soi, d’avoir peur, de ne pas se sentir valides, mais on doit se rappeler qu’on mérite le respect, on mérite des droits, on mérite l’égalité et la justice, on mérite de vivre et d’être fiers. Les choses changent, parfois on n’en a pas l’impression mais elles changent et continuent de changer, on n’est pas prêt de dire notre dernier mot.

Vous qui me lisez, j’espère que vous allez bien, et si vous avez besoin de parler, n’hésitez pas à venir vers moi. Cette dernière semaine n’a été facile pour personne, entre le meurtre de la chaleureuse et talentueuse Christina Grimmie et ça, c’est normal, et je sais qu’en tout cas, à moi, ça m’a fait du bien de pouvoir écrire sur le sujet. Merci de m’avoir lu, on se retrouve bientôt.

12 commentaires sur « Proud. »

  1. Hey Reggie ! Bah laisse moi te dire que ton article m’a beaucoup touchée ! Parce que je constate que t’as aussi été horripilé parce le traitement qui a été fait dans les médias de cet évènement. Parce que de ce que j’ai retenu c’est « acte terroriste » « daesh » « islam ». Donc on a presque pas entendu que c’était un crime homophobe ça tout le monde s’en fout, ça dérange parce qu’askip l’homophobie c’est un mythe au début ?? idk ?? De 2, go foutre tout ça sur la tête de l’islam alors que ça fait 10 ans qu’on stipule que notre religion à rien avoir avec Daesh (qui au passage commet ce genre d’actes pendant le ramadan mais ça personne veut le dire hein). Donc t’imagines qu’en étant à la fois musulmane et à la fois dans la commu LGBT+ (même si en tant que ace je me sentais moins attaquée forcément mais tu vois ce que je veux dire) bah c’était super sympa de regarder les infos pendant la semaine hein !!! Mais franchement ce qui m’a me plus ulcérée que l’acte en lui même qui est déjà affreux/horrible/inadmissible c’est la couverture des médias. Et je crois que le seul journal qui a traité le sujet comme il fallait (enfin selon moi) c’est le petit journal. Parce qu’au lieu de faire un portrait du tueur (ce que toutes les 20h et autre style bfm ont fait alors que très clairement on s’en bat la race un peu) ils ont été voir les membres de la commu LGBT+ et les membres de la commu musulmane d’Orlando. Et ça c’était intéressant : y avait des membres de la commu LGBT+ qui condamnait la libre circulation d’armes aux USA, on a vu à quel point la mosquée d’Orlando a reçu des menaces de mort (et croit moi quand je les ai entendues, j’en ai pleuré tellement c’était une marque de haine envers ma religion), et ILS ONT BIEN PRÉCISÉ QUE C’ÉTAIT LES LGBT+ QUI ONT ETE TOUCHES ET QUE C’ETAIT GRAVE. Un truc que j’ai vu NULLE part dans les autres médias, ah bah oui parce que l’homophobie c’est un mythe, que l’Islam c’est une doctrine sectaire dont les pratiquants ne méritent pas de vivre et que les déficiences mentales ça fait peeeur.

    J'aime

    1. C’est quand même malheureux qu’à chaque acte terroriste, les musulmans ne puissent plus se sentir en sécurité et soient obligés de toujours se défendre et expliquer en long et en large qu’ils n’ont rien à voir avec les organisiations terroristes… Et après les gens osent encore se plaindre qu’on les assomme de « pas d’amalgames!!!! »; s’ils trouvent qu’entendre ça en boucle c’est chiant, qu’ils essaient un peu d’imaginer ce que c’est que d’être les victimes de ces amalgames.
      Je suis désolée que tu ais à voir et entendre tout ça. C’est injuste.
      Quand un crime homophobe à lieu, comment la première réaction des gens peut être de répondre par la haine et tout mettre sur le dos d’une autre minorité.
      En plus, ici, ça n’a vraiment aucun sens. Ca n’en a jamais, tu me diras. Mais la famille du tueur ont bien dit aux journalistes qu’il n’était pas croyant ni pratiquant, donc ça serait bien que les gens arrêtent de dire que la religion a motivé ses actes.

      J'aime

  2. Durant le discours de François Hollande sur cette tragédie, j’ai retenu ces mots : « c’est l’Amérique qui a été frappée, mais c’est aussi la liberté, la liberté de choisir son orientation sexuelle ». On a beau répéter que l’orientation sexuelle N’EST PAS UN CHOIX, il faut croire que ce n’est pas encore compris pour tous. Je pense que ça révèle bien la vision qu’on la plupart des gens sur les homosexuels encore aujourd’hui. Bref, c’est un acte ignoble qui a été commis et je pense que les médias se sont trop focalisés sur l’acte terroriste pour laisser de côté son caractère homophobe.

    Aimé par 1 personne

    1. Malheureusement, j’ai aussi entendu ça… C’était très maladroit, quand on est dans une position comme la sienne, on a la responsabilité de faire un minimum attention à la façon dont on formule ses phrases.
      Je pense qu’on est sur la même longueur d’ondes.

      Aimé par 1 personne

  3. Avant de me faire insulter d’homophobe, je tiens à préciser que je suis un Aspie (quelqu’un d’atteint du syndrome d’Asperger). Je sais ce que c’est de vivre, de grandir, de penser différemment. Car je ne comprenais pas les autres, leurs réactions, leurs sentiments (est-ce que ça fait de moi un psychopathe ? absolument pas). Mais au fur et à mesure, j’ai appris à lire les visages, mesurer mes propos car des gens me l’ont appris, Mon « handicap » ne m’a pas posé d’énormes problèmes dans ma vie (ce qui très rare, en connaissant d’autres personnes fréquentant des gens à l’hôpital) : mes résultats étaient très bon, j’ai eu mon BAC et mon DUT. J’ai des super potes et pourtant je ne leur ai jamais parlé de ça car la seule personne que ça concerne, c’est moi et moi seul.

    D’où ma question : Y a-t-il une quelconque fierté à être gay ?
    Dans le mot homosexualité, il y a sexualité, quelque chose de personnel et qui doit le rester. Le revendiquer au haut et fort, ça ne fait que vous isoler car si vous pensez que l’on va accepter une personne JUSTE parce qu’elle est homosexuelle, ce serait nous forcer la main. Complimenter ou dénigrer quelqu’un juste pour une déviance, ça la réduit totalement : c’est un homo, c’est un autiste, c’est un malade, rien de plus.

    Si vous voulez être accepté, c’est déjà le cas : on vous respecte parce qu’on s’en fout que vous soyez homo. Les médias reconnaissent le massacre d’êtres humains, c’est tout. Parce que les seuls qui soient concernés par le fait que ce sont des gays qui ont été tués, c’est vous. Quand j’ai appris que tu étais de ce côté, cela n’a pas absolument pas changer ma vision de tes articles (car dire que je te connais serait extrêmement présomptueux) : c’est bien écrit, pertinent et cool, bordel.
    Des gens qui vous refuseront, il y en aura toujours et ce seront les premiers à gueuler. Faut passer outre : c’est très dur mais il faut le faire. Ces gens, ils ne vous connaissent et vous ne les connaissez pas non plus, Est-ce qu’il y a un intérêt pour une des parties de faire chier l’autre ? Zéro. Malheureusement, si des proches vous rejettent, il faut leur expliquer que ce n’est de la « faute » de rien ni de personne (On ne choisit pas d’être gay, tout comme on choisit pas d’être malade) et que vous allez tenir le choc face aux millions de regards qu’on va vous lancer parce qu’ils ont peur (je ne peux pas concevoir que des parents rejettent leur enfant).

    Si j’ai un conseil à donner : Montrez aux autres ce que vous valez en tant que personne, pas en tant qu’homosexuel.

    PS: Je ne suis personne. Ce que je viens d’écrire n’est juste un avis (et un petit compliment pour dire que tu es et reste une super blogueuse (par contre, RT plus de yuri, bordel))

    J'aime

    1. Bien sûr qu’il y a une fierté à être LGBTQ+ !
      C’est un mouvement qui est né du fait que les personnes LGBTQ+ sont oppressés depuis toujours: revendiquer cette partie de notre identité, c’est montrer que malgré ça, on assume qui on est. La société nous dit d’avoir honte, nous fait avoir honte, et souvent, elle a honte de nous. La fierté, ça veut dire qu’on ne se laisse pas faire.

      « Le revendiquer au haut et fort, ça ne fait que vous isoler car si vous pensez que l’on va accepter une personne JUSTE parce qu’elle est homosexuelle, ce serait nous forcer la main. »
      Assez regrettable de devoir « forcer la main » des gens pour qu’ils nous respectent. Il ne s’agit pas d’être copains avec toutes les personnes homosexuelles, juste de respecter leur orientation sexuelle et ne pas les discriminer par rapport à ça. On n’a pas à « mériter » le respect de notre identité sexuelle.

      « Si vous voulez être accepté, c’est déjà le cas : on vous respecte parce qu’on s’en fout que vous soyez homo. »
      Et ça, ça pique un peu. C’était pas agréable à lire. Si toi tu n’es pas homophobe, et que tu t’en fous que les gens soient hétéros ou quoi, super. Mais c’est pas le cas de tout le monde. Tu ne peux pas parler pour les autres. Parce que de toute évidence, il y a des gens qui ne s’en foutent pas, au point d’aller jusqu’à tuer.
      En plus, LGBTQ+, ça je tenais à te le dire depuis le début de mon commentaire haha, ça veut pas juste dire être homosexuel: ça peut aussi vouloir dire être transgenre. Est-ce que tu trouves que les personnes transgenres soient particulièrement bien acceptées dans la société ?

      Ensuite, il ne faut pas se voiler la face: la communauté LGBTQ+ était visée, ça s’est passé dans un club gay, c’était contre cette communauté-là, ces gens ont été tués parce qu’ils étaient de la communauté LGBTQ+. On ne peut pas passer outre ça, il faut le dire. Ils n’ont pas été tués parce qu’ils sont des êtres humains, ils l’ont été parce qu’ils n’étaient pas hétéros et/ou pas cis. Et il faut en parler, dire que ce n’est pas normal: ne pas être hétéro ne devrait pas être un risque pour notre vie.

      Puis je ne comprends pas pourquoi on devrait se contenter de la situation actuelle. Est-ce donc si anormal que ça de vouloir un peu d’égalité et de justice ? c’est quand même le minimum strict.

      « Si j’ai un conseil à donner : Montrez aux autres ce que vous valez en tant que personne, pas en tant qu’homosexuel. »
      C’est pas facile quand des gens ne voient QUE CA en nous et nous rejètent pour cette raison. Forcément, on apprend à revendiquez ceux pour quoi on est rejetés.

      Et puis même,
      c’est pas trop demander aux gens d’arrêter d’être homophobe.
      C’est fatiguant cette rhétorique: c’est la faute des personnes LGBTQ+ elles s’exposent trop donc elles s’attirent l’homophobie. On n’a pas à se cacher ? et les gens n’ont qu’à arrêter d’être homophobe, c’est eux le problème à la base de l’homophobie quand même……….

      Bref, merci d’avoir donné ton avis et tes compliments, c’est toujours apprécié !

      J'aime

      1. Après m’être (un tout petit peu) informé, je pense avoir compris la fierté LGBTQ+. Effectivement, affirmer et vivre dans ce monde majoritairement anti-gay, faut en avoir pour tenir le coup. Mais pour moi qui a toujours considéré que ça faisait parti du décor, c’est normal de l’être et je m’en fous : cela ne changera l’opinion que j’ai sur la personne (je commence à m’énerver contre moi-même car je me répète et j’aime pas ça ). C’est comme les origines, la religion, les opinions politiques : on a appris à les respecter. C’est pour ça que c’est incompréhensible pour moi (et pour pas mal d’autres personnes) : pourquoi vous remettez ça sur la table alors que c’est devenu banal ? Certes, cela reste exceptionnel parce les homos, ça cours pas les rues mais quand on en voit un, on va pas s’insurger pour le simple fait qu’il existe.
        Pour lutter contre les homophobes, la meilleure solution (pour moi) serait de stopper la désinformation sur le sujet. Ce qui se fait mais de manière lente et je peux comprendre que ça frustre. Mais les mentalités finiront par changer mais cela ne se fera pas en un jour. Et une fois cela fait, les homophobes ne seront plus écoutés car ils seront devenus la minorité.

        Je rectifie le tir : je parlais d’APPRECIER quelqu’un juste parce qu’elle homo

        En effet, je ne peux parler que pour ma petite personne. Mais le fait qu’être LGBTQ+ (je ne me tromperais plus, mais c’est chiant à écrire) soit une déviance (au sens laroussien du terme) impliquent statistiquement des levées de boucliers. Leur nombre diminuera mais n’atteindra pas 0 (faut pas rêver : il y aura toujours des cons pour alimenter la machine). Les trans, mon avis est pareil que pour les homosexuels : je m’en fous tant qu’ils ne font pas quelque chose de déplacé. Mais je peux parfaitement comprendre pourquoi ça dérange les gens

        J’y ai pas du tout fait mention dans mon com parce que l’acte parle de lui-même et que cela reste d’une violence exceptionnelle. Evidemment, personne de censé va acclamer ça.
        Comme je l’ai dit en haut, les choses finiront par changer. Le problème, c’est quand.

        Justement, si tu détournes leur attention sur tes accomplissements, tes centres d’intérêts, tes opinions, ça finira par être un détail. Et puis, même s’ils en pensent du mal, on les force déjà à respecter cela. Maltraiter quelqu’un, ça s’appelle du harcèlement; insulter quelqu’un, c’est de la diffamation. Le problème vient de la sphère privé, de l’entourage où ça fait plus mal d’être rejeté.

        Ce qui me dérange, c’est la manière de revendication. Que vous viviez votre vie de LGBTQ, je n’ai aucun problème. Mais faire des rassemblements de masse (la gay pride en tête), je suis contre. Puisque le but de la gay pride, c’est « acceptez nous car on est comme vous ». Mais l’image qu’ont en tête les médias (et par extension les gens), c’est des clichés humains. Ce qui dessert totalement le message initial. Mais je pense que si la LGBTQ+ n’est plus un problème, l’événement disparaîtra de lui même.

        Pour finir, je tiens à te partager 2 vidéos qui m’ont grandement influencé sur mes avis, qui sont celles de Thomas Cyrix et de Durendal:

        J'aime

        1. Je sais que ce n’est pas ton intention, mais je trouve ton intervention un peu déplacée ? C’est un article personnel, qui parle de comment ma « fierté » a été piétiné ces derniers jours, et tu argumentes sur comment je devrais la revendiquer et l’exprimer. J’ai jamais trop compris le problème des gens avec les « gay prides ». C’est pour nous, en fait. Pas pour les autres. C’est pas pour se faire accepter des autres, c’est pour s’accepter nous-mêmes. Les prides célèbrent les émeutes de Stonewall, elles ne disparaitront pas parce que ces émeutes font partie de l’Histoire LGBTQ+.

          Et bref, c’est pas un article de débat,
          je suis ouverte à la discussion, et ton avis t’appartient,
          mais cet article-là est à propos d’une tragédie, un crime de haine. C’est un article pour leur rendre hommage et c’est une façon de me recueillir en quelque sorte. Donc c’est un peu déplacé de remettre en question notre communauté et de parler comme si l’homophobie appartenait au passé alors que 49 personnes sont mortes et beaucoup sont dans un état grave. C’est absurde. Et c’est pas un acte isolé, on « remet rien sur la table », on n’a pas le choix: peut-être que tu ne t’en rends pas compte parce que tu n’as pas à y faire face mais l’homophobie est omniprésente dans nos quotidiens, sous différentes formes, certaines plus violentes que d’autres, et on peut pas faire le choix de l’ignorer.

          C’est pas une conversation qui me fait du bien, ou que je suis prête à avoir dans le climat actuelle, et je voulais vraiment pas qu’elle ait lieu dans les commentaires dans un article comme celui-ci.

          J'aime

          1. Si j’ai pu être blessant, froid, insensible (insère tous les adjectifs du parfait connard si t’en a envie (et je t’en voudrais pas parce que je le suis)), sache que c’est involontaire et je m’en excuse platement. Mais cela ne retire en rien tout ce que j’ai pu dire.

            En lisant ton article, j’ai plus ressenti de la colère que de la tristesse ou de la peine. (Remaque, je préfère ça plutôt que tu fasses ta victime qui cherche la pitié des autres, bref). Et c’est dans ce contexte que j’ai écris mes lignes : j’avais l’impression que tu faisais une déclaration de guerre. Le but est nécessaire mais ce sentiment d’hostilité (que je dois être le seul à ressentir #GrosFragile) n’aidera pas à faire avancer les choses (à mon sens).
            Certes, vous ne vous cachez plus. C’est une première étape. La suite, ce serait de montrer et démontrer que vous êtes des gens parfaitement normaux, en brisant tous les clichés de merde qui vous entoure. Ce qui commence à se faire mais pas assez (à mon goût).

            Je sais que tu es encore touchée, que cela soit par les événements ou par ma « rudesse ». Mais j’essaie de penser à la suite. Certes, c’est pas le moment le plus adéquat car ça s’est passé il y a même pas une semaine (alors que j’ai l’impression que ça fait déjà un mois) mais cela mérite de la réflexion pour pas que cela tombe dans l’oubli (à part dans la page Wiki des tueries de masse aux US).

            Sur ce, je n’en rajouterais pas plus, mais si tu veux que je clarifie des points, tu sais où me trouver.

            PS: Bovary au bac demain. Info sûre (ou pas) ^^

            J'aime

  4. C’est un très jolie article qui soutient bien notre communauté. N’arrêtons pas de vivre …. Et ça pour personne et pour aucune raison. J’ai personnellement fait bouchon sur toutes les informations qui sortait du tragique acte d’inhumanité à Orlando, non pas parce que je souhaitais pas être informés ou que cela ne me toucher pas, mais simplement car j’ai su que un peu plus d’horreur à ce moment là, n’allait pas m’aider. Alors j’ai boucher mes oreilles et je me suis misse en boule attendant que ça passe. Ton article m’a permis de me mettre au courant d’une manière moins tragique que aurait pu le faire les médias … Plus concerner. Alors même si ce mot n’a pas de censé dans des situations pareille, merci.
    Parler fait toujours du bien, ne t’arrête pas là si tu te sens pas bien.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi. Je pense que tu as raison, c’était pas une partie de plaisir de regarder la télé ou d’aller sur twitter/facebook la semaine dernière…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s