Publié dans Review

Printemps 2016: impressions finales !

artbooksNat
artbooksNat

Le lendemain de mon article « plan to watch », je suis de retour pour vous proposer mon micro-bilan de ce printemps. Si je dis « micro », c’est parce qu’avec le bac, j’ai dû tiré un trait sur pas mal d’anime, et seulement garder ce qui me passionnait follement. Et je regardais déjà pas grand chose à la base !, donc la liste des survivants est assez courte. Pour le coup, j’ai décidé de faire un classement des anime que j’ai pris le plus de plaisir à suivre. Je ne vais pas les classer par rapport à leur qualité: c’est selon ce que j’avais le plus hâte de regarder chaque semaine, c’est complètement personnel.

1 – Kiznaiver // Depuis la dernière fois où j’ai parlé de Kiznaiver, c’est à dire dans mes impressions de mi-saison, mon enthousiasme est légèrement retombé. Certes, il y a eu des lesbiennes ! et ça a été deux épisodes de pur plaisir, avec de l’émotion et une bonne écriture. Mais par la suite, un espèce de rectangle amoureux s’est formé: Katsuhira aime Nori, Chidori aime Katsuhira, Tenga aime Chidori, et.. Niko aime Tenga ? J’ai personnellement trouvé que les sentiments de Niko sortaient de… nulle part ! Peu crédible. Tout ça pour nous servir une scène larmoyante à souhait. J’ai trouvé ça beaucoup pour juste quelques amourettes… Mais après ça, j’ai retrouvé le Kiznaiver que j’aimais, et malgré des épisodes que j’ai moins aimé, et les défauts que j’ai pu lui trouver, j’ai vraiment pris mon pied devant Kiznaiver. J’avais toujours l’impression que les épisodes passaient trop vite !, et j’attendais toujours le nouvel épisode avec tellement d’impatience ! Et en plus: Yuta.

2 – Tanaka-kun wa Itsumo Kedaruge // Une révélation, parce que même si je l’attendais, je ne pensais pas que j’allais l’aimer autant ! Mon avis n’a pas énormément changé depuis la dernière fois, c’est toujours aussi bien. Le risque était que la fatigue de Tanaka soit contagieuse et que l’anime en devienne soporifique, mais grâce à l’énergie des personnages secondaires, Tanaka-kun fut une comédie parfaite pour relaxer et super mignonne: une deuxième saison ne serait pas de trop ! J’attendais mon épisode de la semaine avec presque autant d’impatience que j’attendais celui de Kiznaiver.

3 – Sailor Moon Crystal III // Il reste encore un épisode mais je peux déjà me prononcer dessus puisque, connaissant le manga, je sais à quoi m’attendre. En tant que fan de Sailor Moon, c’était jouissif d’enfin voir le remake rendre justice à l’original, cette troisième saison a presque réussi à effacé toutes les erreurs des précédentes, et ça fait juste plaisir d’enfin passer un bon moment devant un épisode de Sailor Moon Crystal.

4 – Space Patrol Luluco // J’ai regretté de ne pas l’avoir commencé plus tôt!, ça s’est fait sur un coup de tête et je ne regrette vraiment pas parce que c’est tout ce que j’aime, un mélange explosif entre Panty & Stocking with Garterbelt et Kill la Kill. Je ne suivais pas non plus religieusement, il m’arrivait d’avoir des épisodes de retard, mais c’est surtout que, vu le format très court, c’était plus sympa d’en regarder plusieurs à la suite.

artbooksNat
artbooksNat

Mention spéciale – Doukyuusei // C’est un film qui n’est pas sorti ce printemps, mais encore une saison avant cela; le truc, c’est que pour y avoir accès, j’ai dû attendre la sortie en DVD et… ça valait le coup d’attendre. Doukyuusei et sa suite, Sotsugyousei, font partie de mes manga préférés, c’est un des rares titres Boys Love que j’affectionne, et son adaptation sur grand écran est un sans faute. Quel plaisir de les retrouver, animés, et toujours aussi adorables: je fonds. Le film a été un succès donc j’espère qu’on pourra bientôt en voir la suite ! Je pourrais le regarder en boucle sans m’en lasser, ce petit paragraphe n’est pas assez pour exprimer à quel point je suis satisfaite de cette adaptation.


Sinon, je suis encore Aggressive Retsuko, le petit panda roux qui des fois en a ras-le-bol et se relâche la pression en chantant du death metal. Les épisodes ne durent pas plus d’une minute et c’est vraiment trop chouette donc donnez-lui une chance !

Et j’ai donc abandonné Mayoiga, alors que j’avais réellement l’intention d’aller au bout. C’était ridiculement fun, mais c’était pas spécialement bon, et j’avais plus le temps pour des anime qui me servaient qu’à « passer le temps ». C’est dommage parce que Sakamoto-kun desu ga? était vraiment bien!!, mais j’accrochais pas tant que ça, et dans d’autres circonstances, j’aurais sûrement poussé jusqu’au bout quand même, mais là… pas le temps.

Un truc que j’aurais lâché dans tous les cas, c’est Bungou Stray Dogs: je voulais vraiment l’aimer, mais pas moyen, pour moi, c’est médiocre, pas drôle,… Avant c’était Prince of Stride, maintenant ça,… marre de placer mes espoirs sur des daubes !

Pour finir, je n’ai ni repris Joker Game, ni Koutetsujou no Kabaneri, et encore moins Ace Attorney.

Voilà, une saison pas très remplie ! Qu’en était-il de la vôtre ? Dites-moi tout en commentaires !

10 commentaires sur « Printemps 2016: impressions finales ! »

  1. « Niko et Tenga, sorti de nul part? » J’aimerai juste réagir. Je sais bien qu’il s’agit d’une histoire fictive etc mais le point principal de Kiznaiver c’est bien de représenter les liaisons entre individus. N’est-il pas possible d’aimer quelqu’un complètement en secret ? D’avoir l’air, de l’extérieur, quelqu’un d’excentrique, mais être en réalité d’une timidité absolue ? Et par conséquent, de se renfermer dans ses sentiments et de nes confier à personne à part soi même ? Moi je pense que c’est exactement le cas de Niko. Et je pense que c’est un peu ce qu’ils ont voulu faire passer à travers ce personnage. Je réagis comme ça car je suis moi même un peu comme ça et me suis par conséquent beaucoup identifié à elle. Voilà. Je ne pense pas qu’on puisse dire que des sentiments sortent de « nulle part » et dans ce cas spécifique non plus. Sinon je suis d’accord que les relations « rectangulaires » ont été mal gérées.

    J'aime

    1. Dans la vraie vie, c’est tout à fait possible, mais là on est justement dans de la fiction, et quand un personnage a des sentiments, même si les autres personnages ne sont pas au courant, le spectateur est censé l’être, ou au moins, une fois que la révélation est faite, pouvoir revenir en arrière et se dire « ah oui y’avait quand même des indices ». Parce que sans ça, on a l’impression que ça sort de nulle part. Même si dans la vraie vie, ça peut effectivement être crédible, c’est tout à fait possible de garder ses sentiments pour soi sans rien laisser paraître.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s