Publié dans Voyage

Moi, au Japon. Kyoto, Arashiyama.

Pour notre dernière journée à Kyoto, nous sommes allées visiter le Fushimi Inari Taisha, le plus grand sanctuaire shinto du Japon, connu pour ses milliers de torii. Il est dédié à la déesse Inari, et ses portes sont pour la majeure partie des donations de riches sociétés et hommes d’affaires.

C’est une belle visite, l’endroit est assez original, c’est assez impressionnant de voir autant de torii; mais la randonnée à travers la forêt prend environ deux heures, et se rendre au sommet du mont Inari par une telle chaleur, et avec autant de monde autour… même si, physiquement, on aurait pu, est-ce qu’on aurait vraiment voulu ?

J’ai pas réussi à avoir la célèbre photo parce qu’il y avait beaucoup trop de monde; c’est pas faute d’avoir attendu mais y’avait toujours une personne qui venait s’incruster dans le cadre, au bout d’un moment j’ai dû abandonner l’idée…

C’est aussi assez connu pour ses nombreuses statues de renards, puisque la divinité Inari est symbolisée par cet animal.

A la sortie du sanctuaire, on peut passer par une petite allée de stands très sympa. J’ai pu y goûter un flan glacé ! Et ma mère s’est acheté des takoyaki qui, d’après ses dires, étaient très bons.

Mais qu’on se dise bien une chose: un voyage au Japon, c’est pas de tout repos à la base, mais sous la chaleur du mois d’août, c’est vraiment une épreuve physique. Et le plus raisonnable à faire, c’est, entre deux visites, faire une pause, soit dans un restau bien climatisé, soit à l’hôtel ou n’importe quel logement où l’on peut bien séjourner. Et ça, on le fait d’habitude, mais ce jour-là, on changeait de ville pour Arashiyama, et on récupérait notre chambre là-bas à seulement 16h, et comme on avait déjà rendu la chambre à Kyoto, fallait bien qu’on s’occupe un peu. On a donc tenté Kiyomizu-dera. Erreur monumentale.

IMG_0879[1]

On a vu la porte, l’entrée, cool, mais on se sentait vraiment pas d’aller plus loin, surtout qu’on voyage avec ma grand-mère qui a plus forcément l’âge pour monter des marches et des marches, surtout que, soyez prévenus: Kiyomizu-dera, on y accède en longeant une longue rue commerçante. En pente. Et le chemin est relativement long. On avait évidemment pas le moindre coin d’ombre, et en plus, encore une fois, c’était noir de monde. Si on avait su que la montée jusqu’à l’entrée allait être aussi pénible, on se serait pas risquées à faire une deuxième visite dans la même matinée. Dommage qu’on se soit arrêtées si prêt du but parce que c’est un endroit très joli.

On est carrément rentrées en taxi du coup, on a récupéré nos valises à Kyoto et on a rejoint Arashiyama, où l’on passait, comme pour Kyoto, seulement une nuit.

Arashiyama est un superbe endroit. J’avais déjà eu l’occasion de visiter la ville lors de mon précédent séjour, cette fois c’était l’occasion de l’exploiter un peu plus. On est arrivées assez tard, et les commerces ferment à 19h donc on n’a pas fait grand chose après notre arrivée.

Ce que je peux vous raconter d’intéressant, par contre, c’est qu’on logeait dans une petite auberge de jeunesse. C’était pas la Vraie Expérience Ryokan non plus; la résidence n’était pas bien grande, et comportait pas plus de cinq chambres. Dont deux qu’on occupait. Alors on n’était pas très nombreux, et on n’a d’ailleurs pas trop croisé les autres résidents. On n’avait pas non plus de bains japonais, juste deux salles de douches qu’on devait partager avec les autres; on avait toute l’intimité qu’on pouvait demander. Par contre, on avait bien les petites chambres avec les futons, un couvre-feu,… c’était une expérience, et c’était différent d’être dans un hôtel ou une location.

DSCN4059

Le lendemain, on a visité ! Notre auberge était juste de l’autre côté du Togetsukyou, le pont en bois qui « traverse la lune ». Ce n’est pas la seule attraction touristique d’Arashiyama ! Pour la petite matinée qu’on y passait, on a décidé d’aller se promener dans la forêt de bambous.

J’adore !!! En plus, c’est une promenade très agréable parce qu’en forêt, il fait bien frais, on est à l’abris du soleil, et il tapait particulièrement fort aujourd’hui.

Et après, à quelques pas de notre auberge, on avait Iwatayama, le parc des singes. J’avais super hâte de visiter cet endroit; pour ceux qui seraient dans le même coin que moi, en Alsace y’a un parc au concept similaire: la Montagne des singes. Là c’est pareil, on peut se balader au milieu des magots.

D’abord il faut grimper dans la forêt pendant quelques minutes.

DSCN4087

On atteint alors ce sympathique observatoire. Il offre une superbe vue sur Kyoto.

DSCN4085

Dans le local, on peut acheter de quoi nourrir les singes. Des pommes, des bananes ou des cacahuètes. C’est fait à travers des grilles pour garantir la sécurité des visiteurs comme des singes.

Ils ont l’air d’être plutôt biens: ils ne sont pas vraiment en captivité, ils ne sont pas en cage, ils se baladent dans la nature et ils sont bien nourris. Peut-être que certains trouveront discutable qu’ils soient utilisés comme une attraction ? En tout cas, niveau sécurité, on ne lésine pas!, il y a beaucoup d’avertissements tout au long du parcours: ne pas sortir de la nourriture en leur présence (sauf dans le local prévu à cet effet), ne pas les pointer du doigt ou les regarder dans les yeux, garder une distance de trois mètres,… Tant et si bien que j’ai fini par croire qu’ils étaient agressifs, alors que pas du tout ! C’est juste qu’il vaut mieux prévenir que guérir, mais ils sont très habitués à la présence humaine.

Très satisfaite de cette visite, je suis contente de l’avoir fait et je la recommande si jamais un jour vous passez par Arashiyama !

Près de la station de métro, il y aussi la « kimono forest » qui peut valoir le détour si déjà vous êtes dans le coin.

Et si on était dans ce coin, c’était justement pour prendre le métro et espérer rejoindre Osaka, un jour… Ce fut un trajet raisonnablement long; depuis toutes nos heures de vol, et nos 5 heures de train pour aller de Tokyo à Hiroshima, plus rien ne me fait vraiment peur donc bon…

Dans mon article sur « organiser un voyage au Japon », j’avais dit qu’on louait une petite maison sur Osaka, puis finalement on l’a annulé et sur les bons conseils de MKS on a testé Airbnb et on est maintenant dans un appartement à Nipponbashi. Je vous montrerai des photos d’Osaka non plus; aujourd’hui, on n’a rien fait à part prendre nos marques dans le quartier. On est arrivées un peu trop tard pour entreprendre une énième visite mais on a le temps puisqu’on est maintenant à Osaka jusqu’à la fin du séjour. En tout cas, je suis très satisfaite de notre location, la locataire a pensé à plein d’adorables petites intentions, et on est à une station de Namba ! Je vous en montre plus dans deux jours !

2 commentaires sur « Moi, au Japon. Kyoto, Arashiyama. »

  1. La forêt de bambous !! Super jolie.

    J’aimerais bien faire le Fushimi Inari Taisha et aller tout au sommet aussi ! Principalement parce que ça me rappellerai l’anime Inari, Konkon, Koi Iroha… je l’avoue. Mais plus j’y pense plus je me dis que ça doit quand même être vachement éprouvant, je le prends comme un défi. Et si la vue vaut le détour… ça vaut le coup. Mais oui faire autre chose dans la même journée !!! oh la la je vous plains

    J'aime

    1. Bah j’ai justement une copine qui m’avait dit que la vue valait pas trop le coup donc je regrette pas trop, mais si tu as la Force, si déjà t’es là-bas autant le faire ! Même sans l’avoir regardé j’ai pensé à cet anime haha
      Très mauvaise idée oui on aurait au moins dû choisir un truc moins crevant !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s