Publié dans Visual Novel

Danganronpa 2: ma réconciliation avec « Goodbye Despair ».

113666.png

!!! Aucun spoiler dans cet article !!!

J’adore Danganronpa. Mais si vous avez déjà parlé de Danganronpa avec moi, vous savez que je ne porte pas le second opus dans mon cœur. J’ai découvert la franchise il y a trois/quatre ans de cela, et j’étais à fond. A l’époque, le jeu n’était pas encore disponible en dehors du Japon, donc la plupart des gens n’avaient pas jouer à Danganronpa mais en avait lu un Let’s Play; c’était l’époque où en disait encore « Super High School Level » au lieu d’ « Ultimate », et où « Genocide Jack » s’appelait « Genocider Syo ». Je faisais donc partie de ces gens-là; et comme j’avais vendu mon âme au 1, je me suis dit que j’allais lire le Let’s Play du 2 !

Pour vous la faire courte: j’ai pas du tout aimé. Mais cette année, Danganronpa a débarqué sur Steam, et je me suis dit que… peut-être… j’allais redonner sa chance à Danganronpa 2… en plus, il était en promo… donc allez…

Mais j’en avais gardé un si mauvais souvenir, j’étais sûre que j’allais pas aimer, je me suis d’ailleurs pas précipité dessus à sa sortie hein, et tout le monde me disait « c’est un bon jeu ! si tu y joues tu vas changer d’avis ! il est vraiment super, tu verras à la fin, tu vas adorer ! » et je me bornais à dire que non ! Quand j’avais lu le Let’s Play, j’étais allée jusqu’à la fin du troisième chapitre, soit… la moitié du jeu puisqu’il y en a six en tout, c’est assez pour me faire un avis non ?

Bon, bah heureusement qu’on dit que « y’a que les cons qui changent pas d’avis ».

Ca m’a fait mal de l’admettre mais en fait ce jeu est tout à fait correct, il est même très bien, je ne sais même plus ce que je pouvais bien lui reprocher.

On va donc en parler. Si vous cherchez ma review du premier jeu, elle n’existe pas, j’ai rien écrit dessus si ce n’est une ridicule comparaison de Danganronpa avec le Truman Show. Mais si vous lisez cet article, vous devez savoir de quoi ça traite: seize élèves sont prisonniers au sein d’une école. Un ours en peluche qui répond au nom de Monokuma leur pose un ultimatum: s’ils veulent sortir de là, ils doivent s’entretuer. L’école où ils sont retenus s’appelle Hope’s Peak Academy, elle est réservée à l’élite, aux élèves qui sont les meilleurs de leur domaine: l’Ultime joueur de baseball, l’Ultime idol, ou encore l’Ultime parieuse, voilà le genre de personnes qui a l’honneur d’intégrer la prestigieuse académie.

Danganronga 2 reprend exactement le même principe, mais avec un petit changement de décor: l’histoire se déroule sur une île paradisiaque. Même condition: s’ils veulent quitter l’île, ils doivent s’entretuer. Quand un meurtre à lieu, les élèves se lancent dans une investigation, et après un certain temps, tout le monde se rassemble pour un procès. Si le meurtrier se fait démasquer, il est exécuté, mais si le mauvais coupable est voté, tout le monde se fait exécuté à l’exception du tueur qui retrouvera sa liberté.

ss_981ffc83d3679799be78315cf98b133df11e94ec-600x338

 

Si par hasard vous ne connaissiez pas du tout Danganronpa mais que vous êtes quand même en train de lire cette review, sachez que c’est trop cool. C’est un univers et des personnages hauts en couleurs, c’est absurde et exagéré mais parfaitement maîtrisé, ça ne devient jamais lourd, et l’air de rien, c’est une histoire très bien foutue, avec plein de retournements de situations et d’intrigues si ! bien ! ficelées ! C’est un « survival game », avec des procès, donc c’est en très grande partie un jeu de déduction, de mystères, si vous aimez ça c’est un jeu très amusant !

Ce qui m’avait fortement déplu dans le second volet, c’était… cette impression que ce n’était justement plus si « maîtrisé » que ça, l’aspect « grotesque ». Le jeu me semblait être une parodie de lui-même, avec des personnages qui en faisaient trop et auxquels je n’arrivais pas à m’attacher, et trop d’éléments extravagants comme les « monobeasts » qui me faisaient lever les yeux au ciel. Tout ce qui faisait le charme de Danganronpa me paraissait maintenant chiant, on en faisait trop.

C’était ce que je pensais y’a trois ans, et c’était avec cette idée-là que je me suis lancée à nouveau dans le jeu, et finalement… je me suis dit que j’avais peut-être légèrement abusé… Tout ça, je pensais encore, mais c’était moins « fort », ça m’a pas dérangé outre mesure cette fois; l’ambiance du 2 est pas si loin de celle du premier. Et les personnages… j’ai encore une fois mis du tout à accrocher à leurs personnalités, on met plus de temps à s’attacher aux personnages, mais au final… j’aime presque tout le monde. Avec le recul, je me dis que c’était normal de ne pas aimer tout le monde d’entrée, c’est un peu fait exprès, parce que ce titre se concentre davantage sur le « character devolpment », il faut apprendre à connaître les personnages, les masquent tombent pendant les procès, pour la plupart c’est là qu’on les voit sous un nouveau jour.

Je lui ai trouvé plein de qualités, dont certaines que j’étais incapable d’apprécier à leur juste valeur en lisant simplement un Let’s Play. Dans le 2, j’ai trouvé les procès plus dynamiques, et il faut jouer pour s’en rendre compte parce que lire un Let’s Play d’un visual novel c’est pas déplaisant, mais on ne peut pas trop profiter des mini-jeux. Là, j’ai pu pleinement apprécier le Logic Dive par exemple ! et je réalise maintenant que Goodbye Despair propose quand même des additions bien chouettes. Et d’autres qui le sont moins. Je me serais bien passée du Hangman’s Gambit.

ss_2db908982b50f1006726cd49191656968282a1ad-600x338

Et j’ai pas vu l’intérêt, ni le fun, du tamagochi au rabais. Cela dit, le tout dans le tout, Danganronpa 2 n’a pas grand chose à envier à sa préquelle, il reprend ses bons éléments, ajoute de nouvelles fonctionnalités et beaucoup plus de contenu: la durée de vie de ce jeu est impressionnante!, le premier m’a tenu environ 25 heures tandis que là on dépasse bien les 30 heures de jeu !

Et ce que j’ai préféré, ce qui est selon moi le plus important!!, c’est que contrairement à c qu’on pourrait penser au premier abord, Danganronpa 2 n’est pas une copie de son prédécesseur, c’est pas du recyclage: c’est une réelle continuation du premier jeu, et toutes les questions qui pouvaient encore se poser à la fin de ce dernier trouvent leurs réponses dans cette suite. Et pour le coup, le scénario n’est vraiment pas mal du tout, il est plein de surprises !!! Je ne dirais pas que c’est du pur génie cela dit, c’est loin d’être sans défauts, mais, sans aller dans les détails parce que j’aimerais éviter les spoilers, il y a tout un aspect de l’histoire que j’ai trouvé tiré par les cheveux. Il y a un moment où je me suis dit que ça allait trop loin; c’est bien écrit, donc ça passe, mais…

Mais je dois quand même dire que j’étais bluffée, surtout sur la fin; et j’ai vraiment adoré la cinquième « enquête »; paradoxalement, je l’ai trouvé prévisible, et pour la première fois, j’avais presque tout deviné et compris avant le procès, mais c’était quand même tordu et incroyable.

Quelque part, il est plus surprenant que l’original « Trigger Happy Havoc », parce que dans le premier jeu, tout est à découvrir, on ne connait rien de l’univers. Ici, on sait déjà plus ou moins de quoi il en retourne, mais on redécouvre l’histoire sous un tout nouvel angle, on se rend compte qu’on ignorait encore plein de choses, et je ne sais pas si on s’attend vraiment à autant de nouvelles informations et à voir notre perspective de l’histoire changer.

ss_cffb6efcf228987f59e7a728fbe0c5bbbd15591e-600x338

Je suis quand même plus attachée au 1, mais j’ai fait la paix avec le 2, et maintenant que j’y ai joué dans son intégralité, je trouve que c’est un très bon jeu, et ça m’a donné envie de reprendre l’anime qui est sorti cet été, ça m’a fait retrouvé ma hype pour Danganronpa V3, et ça me fait du bien d’être à nouveau à fond dans cet univers, cette histoire qui m’avait tant charmé y’a trois ans et que je redécouvre complètement, plus travaillée, plus complexe, avec tant de choses à offrir. C’est super fun, c’est un univers tellement fun, et je suis contente d’être retombée dedans.

2 commentaires sur « Danganronpa 2: ma réconciliation avec « Goodbye Despair ». »

  1. Je te l avais dit 🙂
    Et c est normal que tu trouves ça prévisible puisque le plot twist, c est que c’était des Ultimate Despairs 😉 Toi, tu l as appris en te spoilant. Moi, je l ai appris en jouant et je peux te dire que ça m a vraiment choqué. Je m y attendais pas.
    Je suis super contente que tu fasses la paix avec, surtout parce que je COMPRENAIS pas pourquoi tu t' »acharnais » autant.
    Pourquoi t’as supprimé ton ask ?

    J'aime

    1. Ah non, ce que j’ai surtout trouvé prévisible, c’était le cinquième chapitre, tout ce qui était autour de Komaeda. Et je n’étais pas du tout spoilée sur ça ! La fin, avec les Ultimate Despairs, ça, même en étant spoilée, je ne peux pas dire que c’était prévisible, toute la fin, surtout la vérité sur Hinata, c’était surprenant et pas facile à deviner.
      Je ne vois plus trop d’utilité à mon Ask ! Il est juste désactivé cela dit.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s