Publié dans Slice of Life

Slice of Life #24

!crush of the month
Crush du mois de mai – Ymir, Shingeki no Kyojin

Le temps passe vite, j’ai l’impression que le mois de mai est passé en un éclair.

J’espère que vous avez aimé le précédent Slice of Life; il était peut-être quelque peu confus parce que ça faisait des mois que je n’en avais pas fait (sans compter le spécial « nouvel an », et le spécial « anniversaire du blog ») donc j’avais un peu de mal à me remettre dans le bain. Il y avait des tas de choses dont j’avais envie de parler mais qui remontaient carrément à 2016, je ne savais pas ce qui valait la peine d’être mentionné ou pas,… Aujourd’hui, j’ai une idée un peu plus précise de ce dont je veux parler, donc allons-y !

Get-Out-movie-song

En mai, je suis allée au cinéma, pour voir Get Out, de Jordan Peele ! Je ne pense pas avoir besoin de le présenter, mais en une phrase, c’est un film d’horreur… sur le racisme. Chris et Rose sont en couple depuis un moment, assez pour qu’elle décide de le présenter à ses parents, et ce dernier accepte de passer un week-end chez eux, bien qu’inquiet des réactions que la famille de sa copine blanche pourrait avoir quant à sa couleur de peau.

Le film traite son sujet en profondeur, en montrant toutes les subtilités du racisme ordinaire, et du « racisme de gauche »; les personnages blancs étant, à priori, tous libéraux, et le père de Rose allant même jusqu’à clamer que s’il avait pu voter pour Obama une troisième fois, il l’aurait fait.

L’analyse sociale est excellente mais il est aussi important de féliciter la réalisation. C’est le premier film de Peele, qui, en plus, faisait jusque là dans l’humour. Pari réussi, le film glace les sangs sans se reposer sur des jump scares, et l’aspect visuel est… sans exagération, à couper le souffle. La scène où Chris s’enfonce dans le « gouffre de l’oubli » ? superbe. La scène du bingo ? Terrifiante. Et il y a plein de symboles, de métaphores à décrypter,… ainsi que quelques clins d’oeils à d’autres films d’horreur cultes.

Criant de vérité; en tant que blanc il nous force à reconnaître qu’aucun de nous ne peut prétendre ne pas fait partie du problème, et montre que, le racisme étant système, une institution, nous sommes tous complices, et nous en profitons, même si inconsciemment.

Le mois dernier, j’ai pu acheter Levius d’Haruhisa Nakata pour seulement 1€ à l’occasion des 48H BD. Si vous ne connaissez pas le concept: tous les ans, le temps d’un week-end, une sélection de BD et manga est à 1€ dans les librairies participantes (et elles sont nombreuses). J’en ai donc profité pour commencer une énième série… Ca fait quelques années que je peine à terminer les séries que j’entame, j’ai beaucoup de tome 1, mais jamais la suite… Levius pourrait être une exception, parce que non seulement c’est seulement en trois tomes, bah c’est aussi… pas mal du tout.

Avec un père mort pendant la guerre et une mère dans le coma, Levius se voit contraint d’aller vivre avec un oncle qu’il ne connait que très peu, Zack. L’histoire s’articule autour de la boxe mécanique, des combats (souvent) à mort où les lutteurs sont tous dotés de membres mécaniques. C’était une bonne surprise!, je n’étais pas sûre d’accrocher mais j’ai bien aimé les thèmes abordés m’ont bien plu, et le graphisme est superbe et original. Au-delà du sens de lecture occidentale, les techniques de dessins utilisées sont très intéressantes, c’est aussi agréable à lire qu’à regarder.

Et bien sûr, je n’aurais su passer à côté du premier tome de Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu, dit « Descending Stories », sorti en anglais chez Kodansha Comics il y a quelques jours. Toujours pas remise de l’anime, ça m’a fait du bien de retrouver cet univers, ces personnages, et, en plus, le trait de Kumota Haruko. Ca, par contre, c’est une série dont je suis sûre d’acheter religieusement les tomes à leur sortie.

Je dois juste dire que l’édition aurait pu être plus soignée; il y a trois/quatre pages où le texte du bas de la page est coupé. C’est juste un détail, mais… on le remarque.

J’espère qu’on aura le droit à une édition française dans un futur proche !!

Durarara_3_Jaq

J’ai aussi lu le tome 3 de Durarara!!, aussi acheté le mois dernier. Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que j’avais commencé à les acheter en anglais chez Yen Press, puis Ofelbe a annoncé sa licence; j’ai donc attendu qu’il soit au tome 3 pour reprendre ma lecture et… ça m’avait manqué ! Quand je regardais Durarara!! au collège, jamais je n’aurais imaginé pouvoir lire les light novels un jour, et les voilà chez nous, en français ! J’en suis toute émue.

Ce tome porte sur l’arc Yellow Scarves, les « turbans jaunes »; très chouette, surtout si vous aimez Masaomi !

C’est tout ce que j’ai à partager avec vous ! Sinon, rien de bien palpitant depuis le mois dernier. Par contre, autant dans ma vie personnelle, c’était le calme plat, autant les fandoms étaient animés ce mois-ci (oui, plus que d’habitude).

Le mois a commencé en beauté avec la sortie de Taisho x Alice en anglais. Si vous entendez ce nom pour la première fois, et que, par conséquent, vous n’avez pas eu vent du scandale autour du jeu, hé bien… c’est de la merde.

Cette localisation puait l’arnaque à des kilomètres, et ce, depuis son annonce. On ne s’attendait donc à rien, et pourtant… il a quand même réussi à aller au-delà de nos attentes en terme de médiocrité.

Je n’y ai pas consacré tout un article parce qu’Elly de Figuratively Speaking l’a déjà fait, et je vous conseille la lecture de ses articles si vous voulez tout savoir dans les détails.

Dans les grandes lignes: le site d’E2 Gaming était très louche. Assez récent, leurs précédents travaux inexistants, et des descriptions copié/collé d’un autre site… De rares apparitions en convention, dont une où leur emplacement était tout simplement… vide.

La promo de Taisho x Alice ne laissait rien présager de bon non plus. Rien de professionnel, des images d’une qualité dégueulasse, une histoire très confuse à propos du générique du jeu, et… sa sortie sans cesse retardée. Puis du jour au lendemain, sans crier gare: un post Facebook pour annoncer sa sortie le lendemain.

Courageux sont ceux qui l’ont acheté malgré la page de payement… pas sécurisée… Mais il faut prendre des risques quand on veut profiter d’une telle qualité de traduction:

Au moins, ça a bien fait rire tout le monde, mais à quel prix ? 30€ pour ceux qui se sont sacrifiés !

Sur Twitter, @MysticDistance a mené l’enquête et il s’avère que derrière « E2 Gaming » ne se cache non pas une entreprise, ni même un petit groupe d’amateurs passionnés, mais… un seul mec. Même pas un professionnel!, juste un type, dans sa chambre, qui déjà par le passé a sauté sur des trucs japonais et populaires pour essayer d’en retirer une petite somme. Et cette fois-ci, il s’est attaqué à la traduction d’otome game. Résultat catastrophique. Heureusement que ses amis, qu’il a sollicité pour le doublage des personnages…., sont là pour le défendre.

C’était drôle, mais aussi très frustrant de se faire prendre pour des connes qui achèteraient n’importe quelle merde, et de voir un bon jeu entre de si mauvaises mains. J’espère que Primula (le développeur japonais qui a vendu les droits à E2 Gaming) ne se limitera pas à cette mauvaise expérience, et que ça ne rendra pas les éditeurs plus réticents à accepter les localisations.

Tokyo-Ghoul-1
Source

J’en avais assez pour tout le mois avec ces histoires. Mais pas si vite !!! Quand il n’y en a plus… comptez sur les fandoms pour en rajouter une couche.

A partir de là, SPOILERS pour Tokyo Ghoul:re. Le dernier chapitre a mis les fans dans un état tel qu’ils se sont sentis légitimes d’envoyer des menaces de morts à l’auteur. En effet, Kaneki et Touka y font l’amour; n’en déplaise à ceux qui shippaient Kaneki avec son meilleur ami, Hide.

C’est toujours consternant de voir à quel point un fandom se permet de faire des caprices, voire d’envoyer des menaces graves, dès que l’histoire dévie de ce qu’ils avaient espérés. En particulier quand il s’agit de couples, de « shipping ».

Mais honnêtement, les deux « camps » me tapent sur les nerfs, parce que d’un côté, on a ces fans qui harcèlent l’auteur, ou qui sont juste très immatures (et « fans de yaoi », sans doute), et d’un autre… les homophobes qui sortent de leur trou pour nous rappeler que « faut arrêter de vouloir mettre des gays partout !!! », « arrêtez avec vos fantasmes improbables ». La routine, finalement !

Mais en tout cas, j’espère que rien de tout ça n’atteint Ishida. De toute manière, les fans qui s’insurgent ont l’air d’être quasiment tous anglophones, et comme ils ont lu le chapitre illégalement, on peut imaginer qu’ils n’achètent de toute façon pas le manga, alors les ventes se porteront sûrement bien.

Et malheureusement, il n’y a pas que la fanbase de Tokyo Ghoul qui fait des siennes. La semaine dernière, le très attendu Welcome to the Madness est sorti. Une courte scène bonus de tout juste deux minutes accompagnant le dernier coffret BD/DVD de Yuri!!! on Ice, et montrant l’exhibition de Yurio, avec la participation d’Otabek.

Le problème, c’est que beaucoup de fans à l’étranger ne peuvent pas se procurer ces blu-ray facilement, surtout depuis qu’Avex n’expédie plus leurs produits en dehors du Japon. Heureusement pour eux, des gens ont posté la vidéo sur internet, de même pour les scans du manga vendu avec l’intégrale et… ils ont tourné, très vite, tout le monde y a eu accès. Et… je ne condamne pas forcément ces pratiques; je serais hypocrite de le faire parce que j’étais, moi-même, bien contente de voir ces images que je n’aurais jamais vu autrement. Mais le fait est qu’elles ne sont pas destinées à être partagées sur internet, et si déjà on le fait, on pourrait au moins avoir la décence de le faire… discrètement.

Mais non, des fans ont eu la bonne idée de tweeter toutes sortes de scans et captures d’écrans de la vidéo où… la créatrice de Yuri!!! on Ice… Qui a, par la suite, tweeté le message ci-dessus, où elle visiblement agacée.

Ca me désole de la savoir contrariée. On ne la mérite vraiment pas… elle adore Yuri!!! on Ice et elle a toujours tellement fait pour les fans, et en retour, elle a eu beaucoup de soutien et d’amour, mais aussi pas mal de reproches, de fans anglophones qui la harcèlent parce qu’ils ne comprennent pas ses tweets en japonais, et des gens qui regardent son travail illégalement et poussent le vice jusqu’à lui montrer… Je crains qu’on la dégoûte peu à peu de son oeuvre, qu’elle aime tant. Ca me tuerait qu’on lui gâche ça.

426px-Honoka_cool_ur222
Très important: après plus d’un an sur LLSIF, j’ai enfin tiré ma première carte Ultra Rare. Vraiment le moment fort de ce mois de mai.

TL;DR j’ai bien été saoulée ce mois-ci !!! Mais je tenais à parler de ces trois incidents/polémiques sans pour autant leur consacrer un article à part. Bref ! N’hésitez pas à me raconter votre mois à vous dans les commentaires, me donner votre avis sur ce que j’ai pu évoquer, et me faire part de vos découvertes en matière de manga, films ou autres !!

J’ai plein de choses chouettes de prévue pour ce mois de juin, et j’ai hâte de partager les parties les plus intéressantes avec vous !

Publié dans Slice of Life, Voyage

Slice of Life #23

xg3a3zm
Crush du mois de février: Tsukishima ‘Tsukki » Kei, Haikyuu!!

Tiens, tiens, comme on se retrouve.

Je n’ai pas écrit de Slice of Life ces deux derniers mois parce que… parce que pas besoin. Mieux vaut ça que de parler pour ne rien dire.

Ce qui m’a motivé à m’y remettre ce mois-ci, c’était l’envie de vous raconter mon voyage en Croatie. En effet, le 21 avril, j’ai atterri à Kaštela, pour une semaine dans une ville non loin: Split.

tumblr_n5swxz8HtU1skw6elo1_500

La première photo que j’ai posté sur les réseaux sociaux, c’était une vue depuis l’avion qui donnait sur les îles; tout le monde en a conclu que j’étais en vacances dans un lieu paradisiaque, mais… on reste dans l’Est de l’Europe, au mois d’avril… la réalité était tout autre. Heureusement, ce n’est pas une bourrasque ou deux qui vont m’empêcher de profiter du voyage.

split

split

Lire la suite de « Slice of Life #23 »

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #22 – De « hitorabu » à « Otome Street ».

heiji_after
Bae du mois de janvier: Hattori Heiji, Détective Conan

Aujourd’hui, jour de fête nationale: c’est l’anniversaire d’Otome Street ! Otome Street qui est encore un bébé, le blog fête ses 2 ans. C’est déjà bien, je le dis souvent mais: je ne pensais pas rester ici bien longtemps. Mais je me suis fait mon petit nid sur WordPress et vous avez été nombreux à me suivre, voire à me rejoindre, et je remercie tous ceux qui suivent régulièrement ce blog, et même ceux qui passent juste là par hasard. Tous les gens qui trouvent mes articles dignes d’être partagés et qui soutiennent ce que je fais ici, je leur dois un grand merci.

J’ai fait un bilan dans le Slice of Life du mois dernier déjà, rien d’extravagant n’est arrivé depuis donc je ne vais pas vous bombarder de stats pas forcément intéressantes. En gros: j’ai beaucoup de visites et ça me fait très plaisir.

Pour l’occasion, Otome Street s’est refait une beauté: j’espère que ça vous plait. J’étais pas sûre de mon coup mais je voulais quelque chose de plus « convivial » et surtout de plus coloré !

Mais ce n’est pas qu’un nouveau look que j’ai prévu pour célébrer ! En effet, même si Otome Street ne souffle que deux modestes bougies, je blogue depuis bien plus longtemps que ça.

3141145908_2_2_s5ao9gcp

Je vous propose donc un petit voyage dans le temps: ci-dessus, mon blog, jadis, du temps de Skyrock. J’avais déjà des blogs bien avant ça, mais on ne va pas trop remonter dans le temps non plus. « hitorabu », créé un 1er avril 2011, c’est le premier blog où j’ai commencé à faire ce que je fais encore aujourd’hui: des chroniques, des reviews, etc., tout ça dans la weeberie et la bonne humeur.

Ce que vous voyez-là, c’est mon blog en, ce que je soupçonne être, 2013. J’aurais aimé avoir des images de ses débuts, mais malheureusement, rien que celle-ci n’a pas été facile à dégoter !! A ce moment-là, j’avais déjà une ~mascotte~ (je me prenais un peu au sérieux, je crois! j’avais organisé un concours et tout, n’importe quoi).

3125390519_1_3_xkgreojx
Elle répondait au doux nom de Kyu-chan, et était l’oeuvre d’Ysae.

A cette époque, on m’appelait Regaru. …

En fait, rares étaient les gens qui utilisaient leurs vrais noms, et je faisais partie de ces gens jusqu’à ce qu’une ~amie de Skyrock~ s’en indigne et me baptise ainsi. A l’époque, j’étais ravie et j’avais fièrement adopté le surnom !! Maintenant, je cringe. Un dérivé, c’était « Reggy », et encore maintenant, les Anciens qui me suivent depuis longtemps m’appellent comme ça.

Mais si vous croyez avoir vu le comble de la weeberie, vous n’avez pas lu… mon premier article.

premier-article

C’est dur pour moi de vous montrer ça parce que les années ont beau avoir passées, j’assume toujours pas. Je vous le montre d’ailleurs pas en entier parce que si je le faisais je serais pas sûre de pouvoir me relever.

On va pas épiloguer hein: je venais de découvrir le terme « otaku », et je ne me sentais plus.

J’avais donc 12 ans à l’époque (dans l’année de mes 13 mais je suis de fin d’année, voilà voilà). C’est pour le moins gênant de relire mes premiers articles, mais je suis quand même contente de ne pas les avoir supprimés: cette année, j’aurai 19 ans, et j’ai pu retracer ma vie jusqu’au collège par le biais de mes vieux articles. Ça me fait bizarre de savoir que certains de mes lecteurs, certains qui sont même des amis maintenant, sont là depuis le début ou presque, et du coup, m’ont vu grandir.

moewarningyan
Mon blog depuis 2014, fermé, mort et enterré. Il est encore en ligne, mais son contenu est hors-ligne; cela dit, j’ai longtemps mis mes statuts à jour pour prévenir mon « public de Skyrock » de mes nouveaux articles sur WordPress. Tout le monde a fini par migrer.

« hitorabu » était une référence à Izaya Orihara, de Durarara!!, personnage que j’aime toujours autant si ce n’est plus, mais… en 2014, je me suis lassée et j’ai changé d’url pour « MOEWARNING ». Etonamment, j’étais très portée sur tout ce qui est « moe » pendant un bout de temps. Mais ça n’a pas fait long feu: j’ai déménagé sur WordPress l’année suivante, en avril et… avec la même url du coup, mais ça collait moyennement à ma brand, et j’ai opté pour Otome Street en novembre de la même année.

On a donc parcouru bien du chemin. J’espère que c’était intéressant. Et que ça aura rendu nostalgiques ceux qui sont là depuis Skyrock. Je me demande si plus tard, je relirai les articles que j’écrivais à 18 ans et que je le trouverai cringey. Il n’empêche que ce ne sont que des bons souvenirs.

Encore un grand merci à vous tous, c’est parti pour une année de plus sur Otome Street !

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #21 – Bon vent !

uo5twba
Le bae du mois de décembre: Phichit Chulanont, Yuri!!! On ICE

Bon vent, 2016 ! C’est pas trop tôt ! On se rappellera de 2016 comme d’une année sans pitié, mais bien qu’elle ait été marquée de tragédies, et qu’elle fut rude pour tout le monde j’aimerais aujourd’hui me rappeler de toutes les bonnes choses qui ont contribué à en faire une année pas si mal, finalement.

Je ne suis pas très douée pour les bilans de fin d’année, ça ne m’intéresse pas de récapituler toutes les œuvres qui ont marqué mon année, parce que je poste déjà si régulièrement tout au long de l’année que je ne ferais que me répéter. Alors on va faire ça vite fait, mais bien fait!, et je vais essayer de parler avant tout de titres que choses que je n’ai pas encore évoqué sur ce blog.

______

La meilleure chose qui me soit arrivé en 2016: Yuri!!! On ICE, bien sûr. Bon, j’exagère peut-être un tantinet, mais c’était vraiment mon anime de l’année, même s’il n’est arrivé que vers la fin, il m’a apporté tellement de joie et ça faisait longtemps que je n’avais pas été aussi à fond dans un anime.

L’autre meilleur anime de 2016: Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu, évidemment. Jamais je n’aurais imaginé qu’il se fasse détrôné, et pourtant… ça reste un gros coup de cœur. Allez vite le regarder avant que la saison 2 commence !

Le seul manga que j’ai lu de l’année, et donc le meilleur: Doukyuusei, et sa suite Sotsugyousei.

Ce n’est pas un secret: ça fait un bail que je suis plus très investie dans les manga ! C’est malheureux mais j’en lis de moins en moins. Mais cette année, Doukyuusei est sorti en France, et je ne pouvais décemment pas passée à côté. J’ai beau ne pas être très copine avec le BL, je ne résiste pas au coup de crayon de Nakamura Asumiko, et à la douceur du premier amour si bien représentée dans ce manga.

Le long-métrage est aussi sorti cette année, et c’était un de mes films préférés de l’année donc quand vous aurez acheté les trois tomes, n’oubliez pas d’aller le regarder !!

Sinon j’ai aussi lu Le Mari de mon frère que j’adore, l’Ère des Cristaux qui me plait bien mais dont je ne possède encore que le premier tome, et Perfect World qui ne m’a pas convaincue.

Le film de l’année: Mademoiselle. The Handmaiden, pour les anglophones.

Le dernier Park Chan-Wook, un vrai chef-d’oeuvre qui ma tenue en haleine du début à la fin, il se classe maintenant parmi mes films préférés. Je n’ai même pas envie de vous en dire plus de peur de vous gâcher le film; vu que je me retiens, faites-moi l’honneur de le voir.

Ce qui aurait pu être le film de l’année si j’avais eu le temps d’aller le voir au cinéma: Moana. Ou Vaiana, comme on l’appelle par chez nous. Il est inconcevable qu’en 2017 je n’ai toujours pas vu ce Disney que j’attendais tant.

L’article que vous avez le plus aimé en 2016: Celui sur Mystic Messenger, sans surprise aucune ! Celui sur Yuri!!! on Ice n’a rien à lui envier cela dit.

D’ailleurs!, l’otome game de 2016: c’est bien Mystic Messenger parce que non seulement c’est un jeu génial, et vraiment novateur dans le jeu, bah c’est le seul truc bien auquel j’ai joué cette année. Mais en 2017, je reviendrai en force avec des jeux sur PC !

Le comeback de 2016 qui fait plaisir: celui de BIGBANG ! J’en parle peu parce que j’ai rarement l’occasion de parler k-pop sur ce blog, mais j’adore BIGBANG, et les voir sortir MADE, leur premier album depuis des lustres, ça m’a illuminé la fin de l’année.

Le debut de 2016 qui fait plaisir: celui de BLACKPINK bien sûr. Elles vous les connaissez, j’en ai déjà parlé. Elles sont très talenteuses, heureusement qu’elles étaient là pour empêcher YG de couler cette année.

Le meilleur album de l’année: pas mal de bonne musique en 2016, l’air de rien!, mais je vais dire The Life of Pablo, de Kanye West, dont j’ai aussi déjà parlé mais que j’aime toujours autant et que j’ai écouté ! toute ! l’année !

La meilleure découverte musicale de l’année: Las Aves, un groupe français que j’ai découvert avec leur premier album sorti cette année, Die in Shanghai. J’adooooore.

Je ne mentais pas quand je disais que je n’étais pas douée, je ne sais déjà plus de quoi vous parler sans risquer de me répéter, je parle déjà trop toute l’année !


sara3ltz3loland
L’autre bae du mois de décembre: Sara Crispino, Yuri!!! On ICE

Sur le plan personnel, ce n’était pas une mauvaise année non plus je dois dire.

Déjà, j’ai fêté mes 18 ans, et j’ai eu mon bac. Peu importe qu’on accorde ou non de l’importance à ces choses-là, c’est quand même une « étape », un sacré chapitre qui prend fin. J’ai hâte pour la suite, je suis impatiente d’enfin commencer de nouvelles choses. 2017 va marquer un grand changement dans ma vie je pense, je vais commencer une formation que je veux faire depuis des années, aller à la fac, vivre en cité universitaire,… j’accueille tout ça à bras ouverts !

En 2016, j’ai aussi fait de beaux voyages. J’étais à Berlin, j’ai vu mon groupe préféré en concert, et bien sûr, j’étais au Japon. Maintenant qu’on est en 2017, je peux dire « l’année prochaine je vais au Japon ! », et même si encore 20 longs mois me séparent de mon prochain voyage, le formuler comme ça me donne l’impression qu’il n’est pas si loin. Et cette année, plein d’autres aventures sont au programme, il me tarde de pouvoir les partager avec vous !!

J’ai beaucoup de bons souvenirs, mais aussi des mauvais, et ça c’est pareil chaque année. J’ai pas accompli énormément, mais c’est pas grave, j’ai le temps, et les grandes choses prennent du temps. J’ai commencé par arrêter de me ronger les ongles (ça fait 8 mois maintenant) ce qui est déjà pas mal !

En tout cas, bonne année à tous. Je ne vous souhaite que des bonnes choses pour 2017. Merci d’avoir laissé Otome Street faire partie de votre année 2016. Dans un mois, on fête le deuxième anniversaire du blog: je n’ai pas fini de vous remercier.

Publié dans Slice of Life, Voyage

Slice of Life #20 – The few, the proud, the emotional

Le bae du mois d’octobre – Zen, Mystic Messenger

Je sais pas si ça vous a manqué mais… j’ai pas fait de Slice of Life le mois dernier. Aucune raison particulière à ça: j’ai énormément bougé, notamment pour aller voir des amis, mais étonnamment, mes escapades n’avaient rien de bien intéressant pour vous, j’ai donc pas pris la peine de les raconter ici (mais si vous me suivez sur l’un ou l’autre réseau social, vous en avez eu un aperçu). Par contre, si je devais revenir d’octobre, je pourrais dire que c’était un excellent mois pour le blog. C’était surtout dû aux vacances scolaires, mais aussi beaucoup à Mystic Messenger; mon article sur le jeu est le troisième résultat qui sort quand on en tape le nom sur Google, et en plus de ça, il est pas mal partagé sur d’autres plateformes.

Du coup, j’ai eu 2 000 visites de plus que d’habitude; je tourne d’habitude autour de 5000 visites par mois, et en octobre, j’en ai eu 8000 ! C’est énorme pour Otome Street. Le blog avait toujours une centaine de visites par jour, mais ces derniers temps, il m’est arrivé de monter jusqu’à 400 visites en une journée.

Et ce mois de septembre a été encore meilleur. Pourtant, j’avais plus les vacances scolaires qui jouaient en ma faveur, mais vous avez extrêmement bien reçu mon article sur Yuri!!! on Ice, donc ce mois-ci j’étais très proche des 9000 visites. Alors merci mille fois à vous tous !, merci de me lire, d’être toujours plus nombreux, d’aimer ce que j’écris et de le partager, c’est très gratifiant, ça me fait très plaisir.

tumblr_nmyg1scdxm1s1jobro2_1280
Bae du mois de novembre – Goshiki Tsutomu, Haikyuu!!

Mais assez parler de stats, pour le reste de l’article, on va beaucoup parler musique, et on a du pain sur la planche.

Déjà, en novembre, j’ai fêté mes 18 ans ! Et pour l’occasion, je suis allée au concert de Twenty One Pilots à Berlin. Je pense vous l’avoir suffisamment rabâché ces dernières années, mais c’est mon groupe préféré, et ça fait des années que je regarde des vidéos de leur lives en rêvant de pouvoir y assister un jour et… le jour est arrivé.

fuck, so that just happened #twentyonepilots #emotionalroadshow

A post shared by @boytoy_namedtr0y on

C’était donc le 2 novembre et… c’était plus ou moins mon premier « vrai » concert, je savais pas à quoi m’attendre, et surtout, je savais pas à quelle heure arriver devant la salle pour avoir une bonne place. Y’avait un temps de chien, je voulais pas passer trop de temps sous la pluie non plus, donc je suis arrivée à 17h, et le show commençait à 20h. Et j’ai vraiment pas attendu longtemps; les portes se sont ouvertes vers 18h20.

J’y suis allée seule, ce que je redoutais un peu au début, mais c’était un énorme avantage. Y’avait pas vraiment de file pour entrer dans le bâtiment, fallait se faufiler, et c’était beaucoup plus facile à faire quand on est seul, et aussi quand on est minuscule comme moi, que quand on est tout un groupe. Résultat, je suis entrée assez rapidement et… j’ai fait un choix vraiment pas malin: je suis pas allée posée ma veste aux vestiaires, mais!, autant c’était encombrant par la suite, autant quand j’ai rejoint la salle, elle était presque vide. Ci-dessus, sur la photo à gauche, voilà à quoi ça ressemblait quand je suis arrivée. Environ une dizaine de rangées, et les gradins quasiment vides.

Ca s’est vite rempli cela dit !!, à un moment, je ne pouvais même plus me retourner, et quand j’ai essayé de prendre une photo, la salle ressemblait à ce que vous pouvez voir sur la photo de droite.

Bien qu’il y ait eu déjà un petit troupeau devant la scène, j’ai réussi à m’avancer jusqu’au deuxième rang. Un peu sur la droite, mais pas trop non plus: j’avais vraiment un super angle, j’ai pas tenté le Diable, j’ai plus bougé, je pouvais difficilement avoir une meilleure place.

L’ambiance était super sympa ! Je suis venue seule mais je le ne suis pas restée bien longtemps. J’avais peur de pouvoir discuter avec personne à cause de mon niveau d’allemand qui me permettait vraiment pas de tenir une conversation, mais plein de gens parlaient anglais. J’ai échangé avec quelques personnes autour de moi, jusqu’à me faire une bonne copine avec qui j’ai papoter jusqu’à ce que le concert commence. J’étais soulagée parce que c’est quand même une expérience plus agréable à vivre quand elle est partagée. Et ça a mis trois plombes à commencer donc je me serais aussi bien ennuyée si j’avais eu personne à qui parler.

Bry était en première partie, je le connaissais pas mais c’était une bonne surprise. Et une demi-heure après, shit got real.

C’était extraordinaire. C’était si… spécial, après tant d’années à les regarder sur un écran, de réaliser que, ça y est, c’était à mon tour de les avoir en face de moi, si proches de moi.

C’était un moment exceptionnel, qui est passé beaucoup trop vite; heureusement, j’ai profité de chaque instant. Toute la salle chantait en chœur avec Tyler, on dansait, on sautait, on était serrés comme pas possible mais on bougeait dans tous les sens. Par contre… dans le clip de Lane Boy, y’a une partie filmée pendant un concert où il demande au public de s’accroupir, puis quand la musique reprend, tout le monde se lève d’un coup, et… ouais, on a évidemment fait ça, mais c’était comique, on était tellement les uns sur les autres que lorsqu’on a dû se baisser… j’étais littéralement assise sur les genoux de la personne derrière moi, good times.

J’étais contente qu’ils jouent autant de titres de Vessel. J’adore Blurryface, mais c’est avec Vessel que je les ai connus, donc c’est un album auquel je suis plus « attachée », alors j’étais très heureuse d’entendre Guns for Hands, House of Gold, Car Radio, Trees et surtout Holding on to You. C’est avec cette dernière chanson que je les ai découvert, et ça m’a émue de l’entendre en live, avec Tyler sur une plateforme soutenue par la foule, c’était magique.

Tyler bouge beaucoup, vous le savez déjà si vous avez vu ne serait-ce qu’un seul live de Twenty One Pilots, mais il est tout le temps dans un autre coin de la salle, il court dans tous les sens sur scènes, et c’est cool parce que je pense que peu importe où on est assis dans la salle, on peut profiter du concert, et le voir de relativement près. Pendant Ride, c’est Josh qui était dans la foule, et pendant Guns for Hands, Tyler a traversé la salle dans une hamsterball géante… et pendant le rappel, pour Trees, ils étaient tous les deux dans le public.

the few the proud the emotional #twentyonepilots #emotionalroadshow

A post shared by @boytoy_namedtr0y on

Par contre, j’ai un téléphone vraiment pas terrible pour prendre des vidéos; j’ai déjà eu de la chance d’avoir quelques photos à la qualité potable. Je partage quand même ce clip parce que c’est ma chanson préférée, et j’adore quand il crie « BERLIIIIIN » à la fin, ça m’fait quelque chose. Sacrée expérience !

Mon expérience berlinoise ne s’est pas arrêtée au concert, j’étais sur place quatre jours; quatre jours bien remplis. C’était court, mais c’est l’un des voyages que j’ai le plus appréciés, je garde un excellent souvenir de cette ville. Ce qui était drôle, c’est que c’était dépaysant mais… pas trop non plus, parce que l’Allemagne, c’est pas le bout du monde, mais en plus je vis à la frontière donc j’avais déjà l’habitude de voir des imbiss à tous les coins de rues. C’est une ville qui a tant à offrir et j’espère y retourner un jour, pour un séjour un peu plus long !

En attendant, continuons à parler de musique. D’abord: Joe Hisaishi. Je l’aime, qui ne l’aime pas ?, et ce depuis toujours, sa musique me berce depuis que j’ai regardé Princesse Mononoké, et en ce temps-là, j’étais petite, trop petite pour supporter la vue d’un sanglier-démon d’ailleurs. Il sera en France en juin 2017 pour deux concerts.

hisaishiposter

J’étais pas sûre que ça soit raisonnable de prendre une place, mais j’ai pas eu le temps de méditer sur la question. Déjà, j’étais sur « file d’attente » toute la journée parce que le site était saturé, et même une fois qu’il était à nouveau accessible, c’était la croix et la bannière pour réussir à mettre une place qui coûtait pas un rein dans mon panier. Les places, pour les deux dates!, sont parties à une vitesse monstre. On ne sait pas quand une occasion pareille se représentera donc même si j’ai pris des décisions plus réfléchies, je pense que ça valait le coup; en plus, je serai en bonne compagnie !

Maintenant, je vais parler de 2NE1 pendant une heure ou deux.

Lire la suite de « Slice of Life #20 – The few, the proud, the emotional »

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #19 – Mes ~favoris~ du mois de septembre.

MmRl1MG
Bae du mois de septembre: Ooki « Teko » Futaba, Amanchu!

Vous lisez bien, pour ce Slice of Life, je me transforme en beauty guru pour vous présenter mes « favoris » de septembre. Mais avant, des nouvelles de moi, pour ceux que ça intéresse:

– Rien fait d’exceptionnel ce mois-ci. Pour beaucoup, c’était la rentrée, et j’espère que ça s’est bien passé et que vous débutez bien l’année. Moi, cette année, je suis censée préparée le DAEFLE: j’ai passé le test d’accès au début du mois et j’attends les résultats: si tout se passe bien, je commence en janvier. Si quelqu’un est intéressé par cette formation, je détaillerai peut-être dans un autre article car on trouve peu d’informations dessus.

– J’en ai pas reparlé depuis mais dans un précédent Slice of Life, j’ai dit avoir arrêté de me ronger les ongles, et ça fait maintenant 5 mois !(!!!) que j’ai pris cette résolution. Honnêtement, très fière d’avoir tenu tout ce temps: au début c’était très dur, et si j’avais pas les ongles couverts de vernis, je les avais tout le temps à la bouche, et il m’arrivait de les ronger, juste un peu. Mais maintenant, je peux rester sans vernis, j’en ressens de mois en moins l’envie et j’y ai pas touché depuis plus d’un mois: je suis sur la bonne voie, pour la première fois depuis dix-huit ans ! ouf !

– Enfin, je tenais à vous remercier parce que je n’ai jamais eu autant de visites que ce mois de septembre, où j’ai dépassé la barre des 5 000. Pour la première fois depuis que je tiens un blog et ça fait des années ! Donc merci à tous d’être fidèles et de venir toujours plus nombreux. Mon article sur Le mari de mon frère a très bien marché, je vous remercie pour ça. De même pour celui sur Mystic Messenger qui a amassé un nombre incroyable de visites en très peu de très, et il continu, c’est incroyable! Merci, c’est que des chiffres mais ça me fait plaisir.

Maintenant, mode beauty guru: ON. Au programme: des fringues, des séries, de la musique, ce genre de trucs.

Lire la suite de « Slice of Life #19 – Mes ~favoris~ du mois de septembre. »

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #18 – Italian Horror Story

LLSS_S1Ep1_109
Bae du mois d’août – Tsushima « Yohane » Yoshiko, Love Live! Sunshine!!

Ne vous méprenez pas, bien que ce titre soit une référence à American Horror Story, je n’aime pas cette série, et dans la longue liste des choses que je n’aime pas, il y a encore autre chose: mon escale à Milan. Si, pendant trois semaines, vous avez lu mes articles sur mon voyage au Japon, alors… déjà, merci, et… vous vous souvenez que je vous avais promis un prochain article écrit depuis l’Italie. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Notre avion a attiré avec une heure de retard, et nos valises ont pris un temps fou à arriver. Suite à ça, nous devions prendre une navette pour aller de l’aéroport à la ville, et le trajet s’étendait sur une longue heure. Avec tout ça, nous sommes arrivées à 20h à la gare de Milan. Pas si tard. Mais déjà plus aucun bus de ville ne roulait. Et c’était le seul moyen de rejoindre notre hôtel qui était quand même assez éloigné de la gare, trop pour s’y rendre à pieds (surtout sans trop connaître le chemin et avec quatre grosses valises) et… en plus, les gens n’étaient pas très commodes ! Un chauffeur de bus nous a hurlé dessus, un chauffeur de taxi nous a remballé,… on a pensé à prendre un autre hôtel mais tous ceux qui étaient prêts de la gare étaient trop chers. A ce rythme-là, on allait passer la nuit dehors.

On a fait marche arrière, on a repris un bus pour l’aéroport, et on a passé la nuit là-bas. Au moins, on était sur place… Parce que finalement, on s’est rendues compte que l’aéroport était très loin de l’hôtel, et les choses qu’on voulait visiter à Milan l’étaient aussi, or, avec un vol à 14h45, on aurait pas eu le temps de voir grand chose. J’aurais pas dit non à une nuit dans un lit cela dit, mais je prenais mon mal en patience en me disant que dans moins de 24h, je serai chez moi et j’aurais tout le temps de dormir confortablement. Mais j’étais si déçue de ne rien avoir pu voir de Milan, si ce n’est sa gare. Au moins, j’ai pu manger une glace italienne donc voilà un truc que j’ai pu cocher sur ma bucket list.

Voilà comment s’achève mon fantastique voyage. Même si ce n’est pas le voyage le plus reposant, que ça soit pour le corps ou pour les nerfs, au final, peu de choses me font autant de bien qu’être au Japon. Et ça me manque chaque seconde qui passe. C’était encore mieux que la fois précédente parce qu’on était quand même un peu plus préparées donc on a pu faire et voir beaucoup de choses, j’ai eu des étoiles dans les yeux pendant trois semaines, j’ai fait plein de petites rencontres très chouettes, et je me suis régalée chaque jour.

Petits conseils bonus en plus de ceux que j’avais déjà donnés dans l’article consacré sur le sujet:

  • HyperDia, c’est un must, un indispensable, si vous voyagez beaucoup en train, c’est un site (et une application!) qui vous dit exactement quels trains empruntés pour arriver à votre destination. On l’a utilisé tous les jours, c’est super pratique, le site indique les horaires, la ligne, le quai,… Rien de plus pratique.
  • Je me suis rendue compte que finalement, les japonais parlaient pas tellement anglais; dans mes souvenirs, tout le monde se débrouillait plus ou moins mais c’était assez loin de la réalité. Chaque « speak english ? » était reçu par un timide « a little ». C’est pas bien grave cela dit, on arrive toujours à se comprendre, et j’ai toujours su obtenir su obtenir les renseignements dont j’avais besoin. Il ne faut donc jamais hésité à demander de l’aide malgré la barrière de la langue parce qu’on peut toujours trouver d’autres solutions pour se comprendre.
  • Si vous voulez la meilleure vue possible sur le carrefour de Shibuya, montez au premier étage du Starbuck en face de la gare; c’est le spot idéal pour des photos cools.
  • Et d’ailleurs, pour les photographes en herbe qui seraient aussi amateurs d’araignées, sait-on jamais, Fushimi Inari est l’endroit parfait. Sur ces milliers de torii il y a plein de toiles d’araignées et j’ai remarqué que des tas de gens s’arrêtaient pour les prendre en photos, on peut d’ailleurs trouver plein de clichés sur internet. (Et au contraire, si vous aimez pas les araignées mais que vous allez à Fushimi Inari, évitez de trop regarder en l’air.)
  • Une bombe anti-moustiques peut s’avérer plus que nécessaire.

Mmh, voilà, je crois que c’est tut ce que j’ai à ajouter… Sinon, pour le petit haul, j’arrive pas à tout rassembler en une photo, peut-être qu’un nouveau « room tour » s’impose, mais en tout cas, voilà un petit aperçu de certaines de mes weeberies.

Mais j’ai aussi acheté beaucoup de fringues et de choses qui ne sont pas des produits dérivés d’anime, tout simplement. Mais mes meilleurs achats restent:

  • Mon chapeau aux bois de cerfs que j’ai acheté à Miyajima: il est trop beau, il est trop… Moi. Je voulais ramener un souvenir avec un cerf dessus mais ça, ça dépasse toutes mes espérances. Et il a su attirer l’attention, j’ai eu le droit à plusieurs « kawaii!!! » enthousiastes dans la rue, autant dire que mes chevilles ont bien enflées !! Franchement, je l’adore, c’est tout ce que je voulais et plus encore, aucun chapeau ne peut plus me correspondre.
  • Tous mes achats Nitori: le mook sur lequel j’avais écrit tout un article, la boîte « my favorite is » que je convoitais tant, la figurine Taito que j’avais failli acheter pour le prix d’un rein sur internet, la pochette avec La Plus Belle Illustration de Nitori, le store « birthday party »,… Si j’étais Hilary Duff je chanterais « this is what dreams are made of » à plein poumons.
  • La figurine Psychedelic!Izaya ! J’ai jamais autant voulu une figurine et c’était toute une histoire pour mettre la main dessus, tout ça pour la trouver si facilement… on était destinées.
  • Mon jeans que j’avais déjà montré. Et aussi mon sac; ce sac, je le voyais partout, et je suis un être humain comme vous, je suis un produit de la société, j’ai fini par craquer. C’est tellement mon style, j’adore ce qui est transparent, j’avais déjà un sac transparent pour ceux qui s’en souviennent.

Voilà ! Désolée de ne pas avoir donné de nouvelles avant, mais évidemment, je suis bien rentrée, mon escale était un désastre mais c’est passé, et je reviens avec de merveilleux souvenirs plein la tête. Je termine en musique comme j’aime bien le faire dans mes Slice of Life.

J’attendais avec impatience les débuts de BLACKPINK, et c’était encore mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Elles ont tout ce qu’il faut: le charisme, l’énergie, le talent, le style. Les musiques sont entraînantes, travaillées, il y a plein de bonnes idées, BOOMBAYAH a ce petit quelque chose d’I AM THE BEST et FANTASTIC BABY. Les filles sont si attachantes, elles sont super sexys et en même temps si mignonnes et espiègles. Je suis à fond. Et elles connaissent déjà beaucoup de succès, ce que je trouve amplement mérité. J’ai écouté leurs chansons durant tout mon voyage, et je ne suis toujours pas lassée. Il m’en faudra un peu plus pour oublier que YG a saboté tous ces autres girls bands, et pour me remettre du fait que Minzy ne fait plus partie de 2NE1, mais… ça fait quand même du bien de voir un peu de nouveauté.

En parlant de YG et de 2NE1, CL essaie toujours de se frayer un chemin sur la scène musicale aux US, et sur ce coup, j’ai envie de dire qu’elle a fait un sans fautes. Je comprends que Doctor Pepper ait fortement déplu, je peux concevoir que HELLO BITCHES ne soit pas pour tout le monde, mais LIFTED… c’est une chanson qui peut mettre tout le monde d’accord. Je pense que vous devriez l’écouter. Moi, en tout cas, je la connais par cœur.

Je m’arrête ici pour aujourd’hui, en espérant que votre lecture fut bonne. Bon courage à tout ceux qui reprennent les cours demain ! On se retrouve dans pas très longtemps pour de nouveaux articles ! En attendant, n’hésitez pas à me raconter vos vacances dans les commentaires !

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #17

Bae du mois de juillet: Rami Malek

La vitesse à laquelle ce mois est passé ! Je ne pense pas avoir grand chose à dire dessus: j’ai glandé, j’ai vu des amis, voilà. Alors pour ce Slice of Life, je vais plutôt faire un récapitulatif de tout ce que j’ai regardé en ce mois de juillet. J’avais dit que j’hésiterais pas à sauter un slice of life si j’avais rien d’intéressant à dire, mais pour le coup y’a quand même beaucoup de séries dont j’ai envie de parler. Mais avant ! il est temps que j’annonce le gagnant du giveaway que j’ai organisé au début de ce mois.

QWORésultat du tirage au sort effectué à minuit pile sur dcode.fr:

QWO !

Alors congrats « qwo »!, je t’ai contacté à l’adresse mail que tu m’as donné !

J’aurais vraiment voulu ramener des cadeaux à tout le monde !

Voilà pour le giveaway, et encore une chose avant de passer à mes récents visionnages: j’ai créé un compte sur « Curious Cat ». Vous pouvez m’y laisser des messages ou m’y poser des questions, si ça vous intéresse.

otomestreetcc
http://curiouscat.me/otomestreet

Maintenant, on peut passer à la suite !

maxresdefault (1)

J’ai enfin découvert Don’t Hug Me, I’m Scared, et je suis obsédée. Je ne vous fait probablement rien découvrir puisque cette série de vidéos est virale depuis des années, mais ce qu’on pense être le dernier épisode de la série est sorti en juin et je me suis dit qu’il était temps que je sache enfin de quoi il s’agit. J’ai regardé une première fois: pas convaincue. J’ai regardé une seconde fois: holy shit.

En gros, c’est une websérie avec des airs de Sesame Street: on a trois personnages, un mec jaune, un canard et un humanoïde rouge, et ça se présente comme un programme pour enfants. Chaque épisode, un objet prend vie et chante une chanson éducative sur un thème: on a la créativité, le temps, l’amour, la technologie, la nutrition et les rêves. Si cette série a fait couler autant d’encre, c’est parce que l’ambiance enfantine prend rapidement une tournure dérangeante. C’est glauque, perturbant, et parfois même gore. Et c’est passionnant, parce que ce n’est vraiment pas fait dans l’intention de provoquer, choquer,… Don’t Hug Me, I’m Scared a une histoire à raconter, et des choses à dénoncer. Et c’est si bien fait. Visuellement, c’est extrêmement intéressant: il y a des marionnettes, des animation, des acteurs,… et tellement, tellement de détails. C’est si riche, on peut regarder les épisodes autant de fois qu’on veut et toujours y découvrir de nouvelles choses, il faudrait presque les analyser plans par plans.

C’est extrêmement bien foutu; je ne veux pas trop rentrer dans les détails parce que peut-être que certains ne connaissent pas encore et j’aimerais les laisser découvrir par eux-mêmes, mais en tout cas j’ai passé… trop de temps à analyser, lire des théories, essayer d’interpréter le moindre détail. C’est excellent, foncez dessus.

Lire la suite de « Slice of Life #17 »

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #16 – Bac en poche !

Les deux baes du mois de juin:  Yuta Tsuguhito, Kiznaiver, et Jí ēn par Asari.

Comme promis, nous revoilà un mois jours pour jours après mon dernier Slice of Life, et comme prévu, cet article sera strictement consacré au bac.

Je l’ai donc reçu aujourd’hui, avec un 14.34 de moyenne, donc avec mention bien. Pour ceux qui débarquent, j’étais donc en L, spé LV1 approfondie (anglais), sans option. Donc c’est tout à fait correct, et pour le coup je suis assez fière, je m’attendais pas à avoir cette mention-là. Voilà, vous savez l’essentiel. Si c’est tout ce qui vous intéressait, vous pouvez arrêter votre lecture ici, mais si vous voulez le compte-rendu de toute ma période de bac, alors c’est parti pour la suite !

Lire la suite de « Slice of Life #16 – Bac en poche ! »

Publié dans Slice of Life

Slice of Life #15

Les baes de mars et avril: Himemiya Anthy (Shoujo Kakumei Utena) et Toujou Nozomi (Love Live!).

Dans 10 jours, je vais passer mon bac. Et dans un mois, jour pour jour, j’en aurai les résultats. Je pense que c’est un bon moment pour « faire le point », et vous raconter un peu ce qu’il se passe dans ma vie. Et… ce qui y prend le plus de place en ce moment, c’est justement, le bac. Je pense que beaucoup sont dans le même cas, où l’ont été, et dans ce cas vous comprendrez sûrement que c’est pour ça que je suis un peu moins active sur ce blog en ce moment. J’ai seulement posté 7 articles le mois dernier, alors que d’habitude j’essaie d’en faire un minimum de 10, et… je ne pense pas que ça soit ce mois de juin que je vais me rattraper, parce que ça serait pas très raisonnable.

En plus, mon ordinateur m’a lâché le mois dernier, ce qui ne me facilite pas la tâche pour écrire des articles.

Mais je n’ai pas un super sens des priorités donc je traînerais quand même dans le coin, je posterai quand j’aurai du temps libre et de l’inspiration.

Lire la suite de « Slice of Life #15 »