7 titres que… j’écoute assez souvent.

Pour ne pas dire « que j’écoute en boucle », parce que oui, je fais ces articles depuis un moment maintenant, avant régulièrement, et maintenant quand ça me prend, mais le fait est que j’ai un peu de mal à me renouveler niveau titre. Là j’avais vraiment envie de faire un article rapide avant de disparaître pour de bon au profit des révisions, et quoi de mieux qu’une playlist ? Donc je fais revenir le concept le temps de 7 chansons. Au tout début, j’écoutais beaucoup plus de musique japonaise, et plus ça va, plus je tombe dans le mainstream américain donc je ne sais si vous allez faire beaucoup de découvertes aujourd’hui mais je crois les doigts pour que ça soit le cas.

Par exemple, là on va commencer avec Dua Lipa. Tout le monde connait Dua Lipa maintenant, non ? I got new rules I count them, tout ça tout ça. Je connaissais, comme la plupart d’entre vous j’imagine, ces singles les plus connus, mais je n’étais jamais allée voir plus loin, et un jour, je suis tombée sur la chanson Room for 2 que… j’adore ! J’arrive un peu tard, elle est sortie sur son premier album déjà vieux d’un an, mais coup de cœur immédiat, ambiance très particulière qui me plait beaucoup, et celle-ci, on ne l’entend pas trop à la radio donc : trouvaille sympa.

On enchaîne avec Troye Sivan, qu’on ne présente plus non plus. Là aussi, hasard total, comme pour Room for 2, c’est Spotify qui m’a recommandé la chanson, mais je ne serais pas allée la chercher moi-même parce que c’est vrai que maintenant je ne m’intéresse plus trop à Troye Sivan. J’étais très fan à l’époque de Blue Neighbourhood en 2015, avant ça je le suivais déjà sur Youtube, mais au moment où son second album, Bloom, est sorti, j’étais passée à autre chose. J’avais vite fait entendu quelques singles, notamment My My My!, mais je n’étais pas convaincue. En revanche, j’avais bien aimé The Good Side ; je ne savais pas trop quoi en penser d’un point de vue… moral ? mais je trouvais original d’écrire une chanson du point de vue de la personne qui était vite passé à autre chose après une rupture difficile, et qui a eu la belle vie pendant que l’autre souffrait. Seventeen est un peu pareil à mes yeux dans le sens où il traite ici d’un sujet grave mais en se contentant de partager une expérience et sans essayer d’en tirer une quelconque morale. Son intéressant, je trouve.

Là par contre on passe à ma découverte de l’année, un groupe largement moins connu : The Aces. C’est un groupe de pop indie et alternative américain composé de quatre femmes : les sœurs Cristal et Alisa Ramirez, McKenna Petty et Katie Henderson. Jamais deux sans trois, c’est une nouvelle fois par hasard que je tombe sur elles, mais pour le coup j’ai vraiment envie de croire que c’est le destin qui les a mises sur mon chemin parce que tout dans ce qu’elles font me parait… fait pour moi. J’aime déjà beaucoup l’idée d’un groupe féminin qui s’est formé au lycée, qui écrit, compose et joue ses propres chansons,… elles font tout elles-mêmes, et elles ont un style un peu années 80 que j’aime beaucoup. Tout au long du mois de novembre, j’ai écouté leur premier album, When My Heart Felt Volcanic, en boucle, et il y a tant de chansons que j’adore dessus mais celles que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui est Bad Love. Parce que, cerise sur le gâteau!!!, les Ramirez sont lesbiennes ; je ne le savais pas quand j’ai commencé à les écouter mais dans des chansons comme Bad Love, ça se sentait, c’est sous-entendu dans les paroles, et pour moi c’est un vrai bonus de pouvoir écouter des chansons qui font écho à mes propres expériences (c’est si rare). Si vous voulez en entendre plus, je vous conseille Just Like That, Volcanic Love, Stuck, Lovin’ is Bible, bref, tout l’album !

On repasse à des noms qui ne vous ont sûrement pas inconnus, comme par exemple celui de Willow Smith. Vous la connaissez sûrement, non pas seulement parce que c’est la fille de Will Smith mais aussi parce qu’elle a commencé sa carrière musicale très tôt, en 2010, avec le single « Whip My Hair ». A cette époque-là, elle avait quoi ? 10 ans ? Depuis, elle a grandi, son style aussi, et il n’a plus rien à voir avec ce qu’on a pu entendre d’elle dans un premier temps. Malheureusement, j’ai l’impression que ses productions plus récentes passent inaperçues comparé au « hit » qu’était Whip My Hair, mais j’imagine que les publics visés sont différents. Maintenant, elle fait dans de la pop expérimentale, alternative, un peu de soul et de R&B,… En 2015, j’étais tombée sur un de ses freestyles, « Female Energy », que j’adorais, et un peu à la même période, je suis tombée sur une des chansons de son premier album, ARDIPITHECUS, dont elle a écrit et produit elle-même chaque piste !!! La chanson en question était Marceline, je l’écoute encore souvent aujourd’hui, toutes ces années plus tard. Mais entre temps, j’ai aussi un peu redécouvert son album et en ce moment je n’ai de cesse d’écouter Not So Different. C’est donc celle que je conseille aujourd’hui, mais comme pour The Aces, je vous encourage à aller écouter d’autres de ses chansons, elle est si talentueuse et son style est si unique !!! L’année dernière, elle a même sorti un deuxième album, que je connais un peu moins bien mais dont je ne doute pas de la qualité.

Pour rester dans le thème des artistes qui ont sorti des chansons un peu « superficielles » jadis et qui continuent à faire de la bonne musique aujourd’hui mais qu’on a du mal à prendre au sérieux, il y aussi… Yelle ! Si vous êtes de ma « génération », vous connaissiez par cœur « Je veux te voir », « Parle à ma main », « A cause des garçons »… on était d’ailleurs sans doute un peu jeunes pour chanter certaines paroles, mais bref, Yelle était partout. Et elle n’a pas disparue, elle est toujours là !, mais plus discrète, toujours avec le même style mais avec des chansons peut-être un peu moins humoristiques. Je ne la suivais pas de près mais à l’époque de la sortie de Complètement fou, en 2014, j’avais entendu deux/trois chansons et j’avais pu constater que ce qu’elle faisait maintenant était chouette, assez plaisant visuellement. Je me suis repenchée dessus récemment en prévision d’un de ses concerts auxquels je vais assister l’année prochaine, et je suis allée de bonne surprise en bonne surprise même si, à mon grand regret, la majeure partie de mes chansons préférées ne figurent pas sur sa setlist… Par exemple, ma préférée en ce moment, Florence en Italie. Très belle chanson, je l’écoute tout le temps ! Et je recommande tout autant « Un jour viendra », la piste qui la suit sur l’album, aussi l’une de mes favorites. Si vous êtes nostalgiques de Yelle, et curieux-ses de savoir ce qu’elle fait en ce moment, je vous conseille de jeter un œil ou même plutôt une oreille à ses dernières chansons !

J’ai l’impression d’avoir fait des pavés pour les chansons précédentes (alors que le but était d’écrire un article vite fait bien fait mais bon, j’écris si peu en ce moment que quand j’en ai l’occasion, je me lâche…), mais pour celle-ci je vais beaucoup plus expéditive pour la simple bonne raison que je ne connais pas vraiment Annie Clark, dit St. Vincent. J’ai juste entendu sa chanson Los Ageless dans la dernière saison de Bojack Horseman (c’est d’ailleurs quasiment tout ce que j’ai retenu de cette saison…), et depuis, je l’écoute tout le temps ! J’irai éventuellement écouter le reste de son album, qui je pense est susceptible de me plaire !, mais pour l’instant, je n’en ai pas encore eu le temps donc je n’ai que ça à vous dire et à vous conseiller.

On termine sur une chanson que je suis sûre de ne pas vous faire découvrir… la première chanson en solo de Jennie, la vocaliste de BLACKPINK ! J’ai l’impression d’avoir attendu ce moment toute ma vie !!! Vous me savez peut-être déjà grande fan de BLACKPINK,  plus particulièrement de Jennie, et assez fan de tout ce qui sort de la YG en général bien que vu la façon dont ils traitent tous mes artistes préférés, ils ne me méritent pas… Fan aussi de cette première chanson, je regrette juste qu’elle soit un peu courte, mais j’adore le clip, et la chanson représente bien les deux facettes de Jennie, à la fois douce et innocente, mais aussi forte et indépendante. J’aimerais vraiment en voir plus, mais je ne sais pas si YG a d’autres projets (dans l’immédiat en tout cas) pour elle ou même pour BLACKPINK. Vu comme le groupe est négligé par son agence, je ne m’attends à rien, mais bon, il y a tellement de potentiel ici que je rêve de voir un album entier de chansons de Jennie (ou ne serait-ce qu’un VRAI album avec plus de quatre pistes pour BLACKPINK…). On nous a aussi promis des projets solos pour chacune des autres membres, mais je préfère ne pas me hyper trop vite…

Slice of Life #31 – Un mois avant le Japon : GIVEAWAY !

On est le premier du mois, et vous savez ce que ça veut dire… je vais raconter ma vie !!!… mais avant ça… le titre de l’article ! Le giveaway !

Celles et ceux qui lisent ce blog depuis longtemps devraient s’en souvenir : il y a deux ans déjà, quand j’étais partie au Japon, j’en avais déjà organisé un. Là, j’y retourne !!! Donc c’est reparti ! et avec le même principe !

  • Vous laissez un commentaire sous cet article pour dire que vous aimeriez vous inscrire*. C’est plus simple de m’y retrouver ici que sur Twitter ou un autre réseau social, et au moins tout le monde peut y participer, mêmes celles et ceux qui n’ont pas Twitter ou qui ont un compte privé. Je me suis donc dit que j’allais profiter d’un Slice of Life pour mettre ça en place, le timing m’arrange, mais vous, vous n’avez pas à vous forcé-e-s à lire le reste de l’article si ça ne vous intéresse pas, ni à le commenter plus que nécessaire, ce n’est pas ce que je recherche.
  • *Laissez bien une adresse mail quand vous remplissez le formulaire pour laisser un commentaire ! Elle ne sera visible que par moi !.
  • Dans un mois, soit le 01/08/2018, je tire un-e gagnant-e au sort. 
  • Je contacte la personne par mail, me renseigne sur ses goûts*, et lui ramènerai un souvenir du Japon, que je lui enverrai à mon retour, fin août. Je préfère faire ça, et ramener quelque chose qui plaira vraiment à la personne tirée au sort, que de mettre en jeu une « récompense » « précise » qui ne plaira pas forcément à tout le monde. *Quand je dis goûts… vu qu’on est entre weebs sur ce blog… j’entends vos goûts en matière d’anime et de manga, mais ça peut aussi être d’autres choses qui se trouvent au Japon…

Si vous avez une question, n’hésitez pas à me la poser en commentaire ! Si tout est bon, on passe à la suite de l’article.

FIN !

La gagnante est : evie

Lire la suite

Slice of Life #25 – Pariiiis, tu nous ouvres ton cœur.

jennieblack

Crush du mois de juin – Jennie Black (BLACKPINK)

Si tout le monde a bien compris ma référence à Anastasia, on peut passer à la suite.

Je n’ai pas été très présente sur ce blog en juin: j’étais pas mal occupée, et pas très inspirée. Pas d’inquiétude, je compte bien me rattraper au mois de juillet; d’autant plus que ça me désole un peu de ne plus voir que des Otome News sur ma page. J’adore les faire et ce n’est pas une série que j’ai envie d’arrêter, mais elle prend tellement de place…

Bref, en attendant de remédier à cela, on se retrouve pour un Slice of Life, banal mais fort chargé !

Escapade parisienne  

DSCN4817

J’ai commencé le mois par une petite virée à Paris, où je me rendais pour le concert symphonique de musiques Ghibli de Joe Hisaishi, au Palais des Congrès.

Grandiose. Joe Hisaishi alternait entre chef d’orchestre et pianiste, et l’orchestre et son chœur ont interprété les musiques de Nausicaä, Mononoke, Kiki, Le Vent se Lève, Ponyo, Le Château dans le Ciel, Porco Rosso, le Château Ambulant, Chihiro et Totoro, avec des extraits des films en fond. !!!

C’était magique!, et généreux, le concert a duré deux bonnes heures, avec Mai Fujisawa présente pour interpréter Nausicaä Requiem, la fanfare qui se glisse dans les rangs du public pour Le Château dans le Ciel, et Hisaishi qui revient pour un rappel où il a interprété d’autres chansons de Porco Rosso et Princesse Mononoke. Vous vous en doutez, j’ai eu la larme à l’œil à plusieurs reprises.

C’était une expérience inoubliable que d’entendre les morceaux qui ont bercé mon enfance et qui continuent aujourd’hui de me faire voyager, joués, sous mes yeux. Mon seul regret aura été la partie du Château Ambulant, que j’attendais avec impatience mais où j’ai bien cru que l’écran avait un bug, ce dernier étant resté noir pendant presque la totalité de la performance. Il y aurait pourtant eu tant de belles images pour accompagner ces titres.

 

 

Comme j’étais sur Paris, j’en ai profité pour passer un peu de temps avec mes BFF de Twitter, Sophie (avec qui j’étais au concert), et Marina. On a passé un moment de qualité au bar à chats Chat Mallows. L’endroit est très mignon, et ce jour-là ce n’était pas bondé, donc on a passé un moment très agréable et reposant, peut-être trop (c’était l’heure de l sieste pour les chats et leur fatigue a bien failli être contagieuse). Leur carte est, ma foi, très étoffée, mais il faut… prévoir un budget… Je crois que rien n’est en-dessous de 5€, ce qui fait un peu cher le café.

Après, direction le restaurant Higuma pour un tête à tête avec Sophie. J’ai pris un délicieux curry au poulet pour un prix tout à fait raisonnable pour la portion qu’on a dans l’assiette.

Déjà que je n’étais là qu’une nuit, mes horaires de train ne m’ont pas laissé beaucoup de temps à moi. Après une nuit pas très tranquille dans une chambre aux murs trop fins, j’ai fait un peu de tourisme avant de partir. Mon hôtel était à deux pas du Sacré Cœur, alors j’y ai traîné un peu avant de déjà devoir partir.

C’était super, et ça m’a fait tellement plaisir de voir mes amies, mais c’était bien trop court !!! Si ça ne tenait qu’à moi, j’y serais déjà retournée !

Voleurs à travers le temps

Résultat de recherche d'images pour "sly cooper thieves in time"

Le mois dernier, je vous racontais que j’avais passé le mois entier sur la trilogie Sly Cooper. En juin, j’ai profité d’une promo pour acheter le dernier opus, Sly Cooper: Thieves in Time, sorti en 2013. Aussitôt était-il installé sur ma PS Vita que je n’ai fait que ça pendant trois jours. Il était e-xce-llent.

Si par malheur, vous ne seriez pas familiers avec Sly Cooper, il est issu d’une longue lignée de voleurs, et lui et ses amis Bentley (le cerveau) et Murray (les muscles) font équipe pour voler les grands méchants.

Le concept de Thieves in Time est brillant, parce que dans Sly 3, quand j’ai fait le niveau du caveau des Cooper, je regrettais que ses ancêtres ne soient pas plus exploités dans le jeu. Comme si mes prières avaient été entendues, ils sont au centre de ce dernier jeu où les héros voyagent dans le temps (et dans le monde!) pour aller à la rencontre de ceux qui ont précédés Sly.

Nette amélioration par rapport aux précédents jeux; ce qui me faisait toujours m’arracher les cheveux, c’était les mini-jeux, mais là le niveau de difficulté est raisonnable. Le gameplay est aussi beaucoup plus intéressant: chaque Cooper à sa « technique secrète », en plus de transmettre à Sly un nouveau mouvement et un costume !

 

J’ai passé un si bon moment avec ce jeu ! Tout ce que je lui reproche, c’est, d’une part, la sexualisation vraiment pas nécessaire de Carmelita, qui dans cet opus porte une jupe moulante (pas bien pratique pour toutes les acrobaties qu’elle fait) et où un des mini-jeux consiste à lui faire remuer les fesses… et d’autre part, l’absence d’une ancêtre ! Alors qu’on sait qu’il y avait au moins une femme dans le Clan Cooper, j’aurais bien voulu jouer Henriette!

Et sinon, la fin était vraiment décevante: non seulement, le dernier boss était ridiculement facile, mais en plus, la fin était exactement la même que celle de Sly 3, sauf que cette fois-ci, on aura probablement jamais de suite, et c’est horriblement frustrant.

IDOL HELL

 

Je ne vais pas vous prendre la tête avec Love Live, mais si déjà je vous ai parlé de ma première UR y’a tout pile un mois, je dois quand vous dire que le 9 juin, c’était l’anniversaire de Nozomi, et qui dit anniversaire, dit Nozomi-only Scouting. Pour l’occasion, j’avais économisé 500 love gems !!! J’aime Nozomi très fort, c’est hyper sérieux pour moi, tellement que je vous ai fait un diapo; vous me remercierez plus tard pour mes efforts.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il me manque encore certaines cartes que je convoite mais j’ai pu coché pas mal de mes favorites de ma liste. Je peux m’estimer chanceuses d’avoir eu de très bons tirages !!! C’est dommage que la version anglaise n’ait encore qu’une seule SSR de Nozomi, parce que je ne suis pas fan de celui-ci; en revanche, la deuxième, qui est déjà sorti sur la version japonaise, est superbe !! Ca sera pour l’année prochaine…

Niveau UR, je suis comblée rien que parce que j’ai enfin eu mes premières UR Nozomi. Celle avec les lunettes fait partie de mes préférées, je n’aurais pas pu demander mieux.

En plus, ce mois-ci, il y avait un event Nozomi, qui m’a permis d’avoir une de mes SR préférées ! Et enfin, je suis passée niveau 121, ce qui veut dire que j’ai enfin pu débloquer le titre « Nozomi Fan ». C’est l’euphorie !

 

Heureusement que j’avais dit que je ne vous prendrais pas la tête avec ça.

Tchouk Tchouk Music

Si Jennie était le crush du mois de juin, ce n’est pas un hasard ! C’est parce que BLACKPINK a fait son come back le 22 avec As If It’s Your Last.

Toujours à la hauteur, toujours au top. Je suis super déçue qu’elles n’aient sorti qu’un single au lieu des deux habituels, mais comme je ne suis pas prête de me lasser de cette chanson, je le viens bien. Je ne me remets pas du « Blackpink in your areaaaa » de Jennie, et la partie du refrain chanté par Lisa est géniale. Lisa qui a eu quelques choix de tenues tragiques dans certaines parties du clip mais… bon…

Maintenant, j’espère qu’elles ne vont pas disparaître trop longtemps !!!

 

Le 16, quatre ans après son premier album, Lorde a sorti son nouveau bébé, Melodrama. Sans surprise, j’adore. J’ai l’impression qu’on a traversé les mêmes choses, en même temps, parce qu’à l’époque, Pure Heroine me parlait beaucoup, mais aujourd’hui, je me retrouve beaucoup plus dans les chansons de Melodrama.

C’est un album très personnel et très honnête, où elle évoque sa rupture de son copain de plusieurs années qui, bien que douloureuse, lui a appris à s’aimer et à vivre pour elle-même. De « I’ll love you til my breathing stops. » « Cause honey I’ll come get my things but I can’t let go. » à « I care for myself the way I used to care about you. » « I’ll go home into the arms of the girl that I love, the only love I haven’t screwed up. […] The only thing that a stranger would see is one girl, swaying alone, stroking her cheek. »

Je ne saurais même pas quel titre conseiller, c’est un album qui s’écoute dans son ensemble. Chaque morceau est différent et unique, Lorde tente plein de nouvelles choses, et le tout ne fait finalement que 40 minutes donc… écoutez tout.

Et le meilleur pour la fin, le nouvel EP de G-Dragon: Kwon Ji Yong. D’ailleurs, ça fait aussi quatre ans depuis son dernier album solo ! J’aurais aimé avoir un peu plus de cinq nouvelles pistes, mais je m’en contente volontiers. J’ai tout ce qu’il me faut: une chanson fun et dansante avec Middle Fingers-Up, une ballade mélancolique avec Untitled (2014),… et un morceau plus sombre, Divina Commedia, où il cite un de mes films préférés, The Truman Show!!, et fait une référence au drama Goblin.

G-Dragon-Tour-2017-concert-paris-europe

En plus, l’album se présente non pas sous forme de CD mais de clé USB ! Vous avez dit trend setter ?

Je crois que c’était en avril, mais pour faire la promotion de son EP, G-Dragon a également annoncé une tournée mondiale ! Pour les artistes de k-pop, et surtout pour YG Entertainment, « tournée mondiale », ça veut souvent juste dire « tournée en Asie de l’Est », mais là, pour le coup, il avait annoncé pas mal de dates aux Etats-Unis et même en Australie, en plus de nombreuses dates en Corée, au Japon, même en Indonésie,… C’est rare que ces artistes fassent des tournées de cette envergure.

Il devait encore annoncer des dates pour septembre, entre ses concerts au Japon et son retour en Corée. J’avais perdu espoir pour qu’il fasse encore un petit détour pour l’Europe… et je ne peux toujours pas exprimer ce qu’il s’est passé en moi quand je me suis levée un beau matin et qu’il avait annoncé 5 dates chez nous.

Je suis fan de G-Dragon depuis des années, c’est une occasion inespérée et je ne sais pas quand elle se représentera, donc… j’ai pris des places pour son concert à Amsterdam. Mais. Faut quand même avouer qu’il y a du foutage de gueule dans l’air.

Les places vont de 65 à 200€. Passe encore. Mais les packs VIP sont indécents. Eux vont de 350 à +500€ selon le pays, et proposent comme seuls privilèges d’avoir bonnes places dans la salle, d’assister aux répétitions et de prendre une photo sur scène… sans l’artiste… ? Oh, et une place de parking gratuite… Je ne connais aucun autre artiste qui demande autant pour si peu. Faut vraiment la vouloir cette place de parking.

Lectures manga

 

Y’a un mois, je vous disais qu’il fallait que j’arrête de commencer de nouvelles séries si c’était pour ne jamais aller plus loin que le tome 1, et… et qu’est-ce que j’ai fait ? Devinez.

Grâce à à la Masse Critique de Babelio, j’ai pu avoir Le Chant des souliers rouges de Sahara Mizu. La couverture me faisait de l’œil.

Mauvais perdant au point d’envoyer un de ses coéquipiers à l’hôpital, notre protagoniste s’isole après cet incident et sombre peu à peu dans une dépression qui lui a fait complètement arrêter sa passion, le basket. Alors qu’il veut jeter ses chaussures du haut d’un toit, il surprend une jeune fille faire de même avec ses talons rouges. Ils font connaissance, et échangent leurs paires.

Aujourd’hui au lycée, Takara a coupé ses cheveux et est devenue l’une des meilleures joueuses de son équipe de basketball. Kimitaka est alors inspiré à mettre aux pieds ses chaussures qu’il avait récupéré, et à réaliser le rêve qu’elle n’avait jamais pu atteindre: faire du flamenco.

J’aime beaucoup la façon dont le destin de ces deux individus se croisent, et j’apprécie les thèmes de l’adolescent en doute, rongé par la culpabilité mais qui apprend à aller de l’avant. J’ai quand même bien envie de le voir danser alors peut-être qu’il faudrait que j’achète la suite…

J’ai également craqué pour Plus Jeune que Moi, un shôjo sans prise de tête signé Hiro Chihiro, qui raconte l’histoire d’amour de Mihoro, sœur aînée d’une bien grande fratrie, et Miyao, une classe en-dessous d’elle. Une lecture choupinette, rien de bien novateur que ça soit au niveau du dessin ou de l’histoire, mais ça fait toujours plaisir à lire, il a bien sa place dans la collection « feel good » d’Akata. Quel bonheur de voir un manga sur la « différence d’âge » où la relation n’est pas illégale !!! Cerise sur le gâteau, il ne fait que trois tomes !

J’ai quand même acheté une suite, c’est celle de DDDD, qui me plait autant que le premier tome, mais qui s’arrête juste au bon moment ! Je suis sûre d’acheter le tome 3, au moins. Je ne vais pas trop m’attarder dessus, mais si le manga vous intéresse, j’en avais déjà parlé dans cet article !

Bishies à volonté !

banniere_fb_2-790x292

Enfin, j’ai écrit pour Club Shôjo à l’occasion du « Bishie Day » ! Parfait, c’est ma spécialité. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à passer voir mon article sur les otome games, où je présente un peu le concept et fais un classement de mes bishonen préférés.

Ca m’a fait très plaisir que Carolus me propose d’écrire sur son site, et c’était un exercice différent de d’habitude puisque là je m’adressais à un nouveau public pas forcément familier avec les otome games. Merci encore à elle pour cette opportunité !


C’est tout pour moi ! On va essayer de se retrouver plus souvent en juillet, donc je vous dis à bientôt, et avant ça, vous invite à me raconter votre mois de juin à vous !

 

Slice of Life #18 – Italian Horror Story

LLSS_S1Ep1_109

Bae du mois d’août – Tsushima « Yohane » Yoshiko, Love Live! Sunshine!!

Ne vous méprenez pas, bien que ce titre soit une référence à American Horror Story, je n’aime pas cette série, et dans la longue liste des choses que je n’aime pas, il y a encore autre chose: mon escale à Milan. Si, pendant trois semaines, vous avez lu mes articles sur mon voyage au Japon, alors… déjà, merci, et… vous vous souvenez que je vous avais promis un prochain article écrit depuis l’Italie. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Notre avion a attiré avec une heure de retard, et nos valises ont pris un temps fou à arriver. Suite à ça, nous devions prendre une navette pour aller de l’aéroport à la ville, et le trajet s’étendait sur une longue heure. Avec tout ça, nous sommes arrivées à 20h à la gare de Milan. Pas si tard. Mais déjà plus aucun bus de ville ne roulait. Et c’était le seul moyen de rejoindre notre hôtel qui était quand même assez éloigné de la gare, trop pour s’y rendre à pieds (surtout sans trop connaître le chemin et avec quatre grosses valises) et… en plus, les gens n’étaient pas très commodes ! Un chauffeur de bus nous a hurlé dessus, un chauffeur de taxi nous a remballé,… on a pensé à prendre un autre hôtel mais tous ceux qui étaient prêts de la gare étaient trop chers. A ce rythme-là, on allait passer la nuit dehors.

On a fait marche arrière, on a repris un bus pour l’aéroport, et on a passé la nuit là-bas. Au moins, on était sur place… Parce que finalement, on s’est rendues compte que l’aéroport était très loin de l’hôtel, et les choses qu’on voulait visiter à Milan l’étaient aussi, or, avec un vol à 14h45, on aurait pas eu le temps de voir grand chose. J’aurais pas dit non à une nuit dans un lit cela dit, mais je prenais mon mal en patience en me disant que dans moins de 24h, je serai chez moi et j’aurais tout le temps de dormir confortablement. Mais j’étais si déçue de ne rien avoir pu voir de Milan, si ce n’est sa gare. Au moins, j’ai pu manger une glace italienne donc voilà un truc que j’ai pu cocher sur ma bucket list.

Voilà comment s’achève mon fantastique voyage. Même si ce n’est pas le voyage le plus reposant, que ça soit pour le corps ou pour les nerfs, au final, peu de choses me font autant de bien qu’être au Japon. Et ça me manque chaque seconde qui passe. C’était encore mieux que la fois précédente parce qu’on était quand même un peu plus préparées donc on a pu faire et voir beaucoup de choses, j’ai eu des étoiles dans les yeux pendant trois semaines, j’ai fait plein de petites rencontres très chouettes, et je me suis régalée chaque jour.

Petits conseils bonus en plus de ceux que j’avais déjà donnés dans l’article consacré sur le sujet:

  • HyperDia, c’est un must, un indispensable, si vous voyagez beaucoup en train, c’est un site (et une application!) qui vous dit exactement quels trains empruntés pour arriver à votre destination. On l’a utilisé tous les jours, c’est super pratique, le site indique les horaires, la ligne, le quai,… Rien de plus pratique.
  • Je me suis rendue compte que finalement, les japonais parlaient pas tellement anglais; dans mes souvenirs, tout le monde se débrouillait plus ou moins mais c’était assez loin de la réalité. Chaque « speak english ? » était reçu par un timide « a little ». C’est pas bien grave cela dit, on arrive toujours à se comprendre, et j’ai toujours su obtenir su obtenir les renseignements dont j’avais besoin. Il ne faut donc jamais hésité à demander de l’aide malgré la barrière de la langue parce qu’on peut toujours trouver d’autres solutions pour se comprendre.
  • Si vous voulez la meilleure vue possible sur le carrefour de Shibuya, montez au premier étage du Starbuck en face de la gare; c’est le spot idéal pour des photos cools.
  • Et d’ailleurs, pour les photographes en herbe qui seraient aussi amateurs d’araignées, sait-on jamais, Fushimi Inari est l’endroit parfait. Sur ces milliers de torii il y a plein de toiles d’araignées et j’ai remarqué que des tas de gens s’arrêtaient pour les prendre en photos, on peut d’ailleurs trouver plein de clichés sur internet. (Et au contraire, si vous aimez pas les araignées mais que vous allez à Fushimi Inari, évitez de trop regarder en l’air.)
  • Une bombe anti-moustiques peut s’avérer plus que nécessaire.

Mmh, voilà, je crois que c’est tut ce que j’ai à ajouter… Sinon, pour le petit haul, j’arrive pas à tout rassembler en une photo, peut-être qu’un nouveau « room tour » s’impose, mais en tout cas, voilà un petit aperçu de certaines de mes weeberies.

Mais j’ai aussi acheté beaucoup de fringues et de choses qui ne sont pas des produits dérivés d’anime, tout simplement. Mais mes meilleurs achats restent:

  • Mon chapeau aux bois de cerfs que j’ai acheté à Miyajima: il est trop beau, il est trop… Moi. Je voulais ramener un souvenir avec un cerf dessus mais ça, ça dépasse toutes mes espérances. Et il a su attirer l’attention, j’ai eu le droit à plusieurs « kawaii!!! » enthousiastes dans la rue, autant dire que mes chevilles ont bien enflées !! Franchement, je l’adore, c’est tout ce que je voulais et plus encore, aucun chapeau ne peut plus me correspondre.
  • Tous mes achats Nitori: le mook sur lequel j’avais écrit tout un article, la boîte « my favorite is » que je convoitais tant, la figurine Taito que j’avais failli acheter pour le prix d’un rein sur internet, la pochette avec La Plus Belle Illustration de Nitori, le store « birthday party »,… Si j’étais Hilary Duff je chanterais « this is what dreams are made of » à plein poumons.
  • La figurine Psychedelic!Izaya ! J’ai jamais autant voulu une figurine et c’était toute une histoire pour mettre la main dessus, tout ça pour la trouver si facilement… on était destinées.
  • Mon jeans que j’avais déjà montré. Et aussi mon sac; ce sac, je le voyais partout, et je suis un être humain comme vous, je suis un produit de la société, j’ai fini par craquer. C’est tellement mon style, j’adore ce qui est transparent, j’avais déjà un sac transparent pour ceux qui s’en souviennent.

Voilà ! Désolée de ne pas avoir donné de nouvelles avant, mais évidemment, je suis bien rentrée, mon escale était un désastre mais c’est passé, et je reviens avec de merveilleux souvenirs plein la tête. Je termine en musique comme j’aime bien le faire dans mes Slice of Life.

J’attendais avec impatience les débuts de BLACKPINK, et c’était encore mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Elles ont tout ce qu’il faut: le charisme, l’énergie, le talent, le style. Les musiques sont entraînantes, travaillées, il y a plein de bonnes idées, BOOMBAYAH a ce petit quelque chose d’I AM THE BEST et FANTASTIC BABY. Les filles sont si attachantes, elles sont super sexys et en même temps si mignonnes et espiègles. Je suis à fond. Et elles connaissent déjà beaucoup de succès, ce que je trouve amplement mérité. J’ai écouté leurs chansons durant tout mon voyage, et je ne suis toujours pas lassée. Il m’en faudra un peu plus pour oublier que YG a saboté tous ces autres girls bands, et pour me remettre du fait que Minzy ne fait plus partie de 2NE1, mais… ça fait quand même du bien de voir un peu de nouveauté.

En parlant de YG et de 2NE1, CL essaie toujours de se frayer un chemin sur la scène musicale aux US, et sur ce coup, j’ai envie de dire qu’elle a fait un sans fautes. Je comprends que Doctor Pepper ait fortement déplu, je peux concevoir que HELLO BITCHES ne soit pas pour tout le monde, mais LIFTED… c’est une chanson qui peut mettre tout le monde d’accord. Je pense que vous devriez l’écouter. Moi, en tout cas, je la connais par cœur.

Je m’arrête ici pour aujourd’hui, en espérant que votre lecture fut bonne. Bon courage à tout ceux qui reprennent les cours demain ! On se retrouve dans pas très longtemps pour de nouveaux articles ! En attendant, n’hésitez pas à me raconter vos vacances dans les commentaires !