Girls girls girls : Age of Youth, My Solo Exchange Diary, God is a woman

ob_5f13f5_age-of-youth-p2

Aujourd’hui, on se retrouve encore une fois pour un article où je vous partage mes coups de cœur les plus récents, à commencer par… Age of Youth. Série coréenne de 12 épisodes, écrite par Park Yeon-seon et réalisée par Lee Tae-gon et Kim Sang-ho en 2016.

On y suit le quotidien de cinq colocataires, la coquette Ye-eun, la séductrice Yi-na, la travailleuse Jin-myung, et l’excentrique Ji-won, quatre fortes personnalités qui écrasent un peu la nouvelle arrivante, la timide Eun-jae. Mais alors que les tensions se dissipent et que les filles se rapprochent, des fantômes du passé resurgissent.

Encore un drama que je tente après avoir entendu Rose (du blog Manga Suki) en parler ; je m’attendais à quelque chose de frais et drôle, ce que j’ai eu !, mais très vite, les thèmes de la mort et des secrets se font omniprésents, et même si l’ambiance reste légère, quelque chose de lourd pèse sur « Belle Epoque ». Tout commence quand Ji-won dit voir un fantôme devant le meuble à chaussures, loin de s’attendre à ce que presque toutes ses colocs se sentent concernées…

Vous l’aurez compris, ces filles ont des vécus peu communs, mais il n’empêche qu’on peut facilement retrouver un peu de nous dans chacune d’elles.

On peut se reconnaître dans Eun-jae et sa timidité maladive, son sentiment de ne jamais être à l’aise nulle part, de ne pas jamais être sa place, et son envie de s’affirmer mais d’avoir peur de se ridiculiser. Dans Ye-eun et sa relation toxique, ses déceptions, son humiliation, sa séparation difficile. Dans Yi-na et sa difficulté à se projeter, et à savoir ce qu’elle veut faire de son avenir alors qu’elle a passé des années sans tenir à la vie. Dans Ji-myung et ses soucis aussi bien familiaux que financiers, son impression de ne pouvoir être vulnérable devant personne, sa vision de la vie qu’elle ne voit que comme une série d’épreuves sans fin. Et dans Ji-won qui, malgré sa solitude et son besoin d’affection, refuse de s’excuser d’être ce qu’elle est et préfère attendre de trouver une personne qui l’acceptera plutôt que de changer sa personnalité pour plaire (et… elle est aussi horny h24, beaucoup s’identifieront…).

Leur amitié à toutes les cinq fait vraiment la force d’Age of Youth. Il y a un peu de romance, deux couples se forment, mais j’ai trouvé ça assez secondaire, et je dirais même que la série insiste sur l’importance de se faire passer, soi-même et son bien-être, avant n’importe quelle relation amoureuse. (Ceci étant dit… y’a une sacrée alchimie entre Yi-na et Ye-eun, je me suis régalée, les autres couples font pâle figure à côté).

Même si j’ai du mal à les voir, Age of Youth n’est pas sans défaut ; l’écriture peut décevoir de tant à autre, la résolution de certains arcs peut être décevante,… il y a toujours des éléments qui auraient pu être améliorés, mais le tout dans le tout, j’ai une série que j’ai pris énormément de plaisir à regarder. J’avais mes appréhensions devant le premier épisode (on fait tant de crasses à Eun-jae que j’avais du mal à m’imaginer voir les bons côtés de ces personnages) et pourtant on s’attache à ce charismatique et haut en couleurs groupe d’amies.

Je me réjouissais de les retrouver pour une seconde saison mais il s’avère qu’elle est très différente de la première, certains personnages laissent leur place à d’autres, et pire encore, l’actrice de Eun-jae a été remplacée… j’ai l’impression que ce n’est plus la même série, j’ai ouïe dire que même le ton avait un peu changé, l’humour plus tout à fait le même, et j’ai trop peur de me gâcher la série pour lui donner une chance.

Il y a quelques temps, je vous parlais de My Lesbian Experience with Loneliness, manga autobiographique qui m’avait beaucoup marquée. Le mois dernier, sa suite, My Solo Exchange Diary, est sortie en anglais chez Seven Seas, avec son deuxième volume prévu pour février 2019.

On y retrouve cette même honnêteté que dans son précédent manga; Nagata Kabi parle de sa dépression et sa sexualité sans tabou, cette fois-ci sous forme de journal, où l’on suit ses progrès, mais aussi ses échecs, alors qu’elle essaie de prendre son indépendance, de déménager, et d’entretenir une relation avec une femme.

C’est toujours aussi dur à lire parce que ce n’est pas qu’une simple histoire, c’est la vraie vie, c’est la vie de quelqu’un, et l’autrice sait retransmettre le poids de ses problèmes, ce sentiment étouffant, suffoquant, que, pour certain-e-s d’entre nous, on ne connait que trop bien. Sa situation est particulière, mais ses sentiments et ses problèmes, universels. Elle évoque le fait de se sentir seul-e même lorsqu’on est entouré-e, parce que finalement, ce qui compte, ce n’est pas d’être accompagné-e mais d’être compris-e. Elle parle du fait de ne pas réussir à mesurer ses accomplissements, de ne jamais en être satisait-e, d’être bloqué-e par la peur de décevoir les autres, d’avoir l’impression que le bonheur est à porté de main mais de ne pas se sentir capable de le saisir.

C’est dur parce que ce n’est pas romancé, sa réalité n’est pas édulcorée, et même si ce tome se termine sur une note d’espoir, on sait que le chemin est encore long.

Malgré tout, ça fait du bien de voir une autrice mettre sur papier ce genre de sentiments avec autant de justesse et d’authenticité. Son premier titre arrive à la fin de l’année en France, mais sous le nom de « Solitude d’un autre genre », un changement qui me chiffonne un peu puisqu’il est un peu trompeur quant au contenu du manga et omet le mot « lesbienne » (décision fort douteuse, pour ne pas utiliser un autre mot), sans parler des altérations faites à la couverture. Ceci étant dit, si vous attendiez une édition française pour pouvoir le lire, elle sortira chez Pika, collection Pika Graphics, en octobre prochain et coûtera 18€.

Touchée par No Tears Left To Cry, et surprise par The Light Is Coming avec Nicki Minaj, je me suis penchée sur la tracklist du prochain album d’Ariana Grande, « Sweetener », et un titre a attiré mon attention : « God Is A Woman ». Le 13 juillet, la chanson et son clip sont sortis, et ne m’ont pas déçue !

C’est un sensuel mélange de pop et de hip hop, pas forcément un coup de cœur dès la première écoute mais après l’avoir entendu quelques fois on se prend à chanter le dernier refrain à gorge déployée. Plus que la musique elle-même, c’est le titre qui a fait parler de lui : considéré par beaucoup comme blasphématoire, il a fait polémique avant même que le clip ne sorte. La ligne de défense que j’ai vu revenir quasi systématiquement, c’était que les paroles n’impliquaient non pas que Dieu était une femme, mais que Ariana était une déesse au lit… et c’est vrai que dans l’absolu, c’est ça, c’est les paroles.

Mais l’imagerie du clip suggère effectivement un Dieu de sexe féminin : elle recréé, entre autres, La Création d’Adam, et brise le plafond de verre après un monologue de Madonna où celle-ci incarne Dieu en reprenant et adaptant un passage de Pulp Fiction. Les intentions sont claires, et elles sont bonnes !, donc j’estime qu’il n’est pas nécessaire ou utile de les effacer pour défendre la chanteuse et son travail face à des gens qui ne veulent de toute façon rien entendre. Le concept n’est pas nouveau, et je suis contente de voir un début de vague « d’hymnes féministes » célébrant le corps des femmes et les replaçant au « centre de l’univers », à l’Origine du monde. Plus tôt cette année, Janelle Monáe dédiait sa chanson PYNK à la vulve, et chantait « I just wanna find a God, and I hope She loves me too » dans Crazy, Classic, Life (deux titres qui prônent d’ailleurs eux aussi une sexualité libérée) sur son album Dirty Computer.

A mes yeux, le clip n’est pas révolutionnaire, mais j’adooore la direction artistique (les vulves, les réinterprétations d’oeuvre d’arts, la scène où elle doigte un cyclone,.. c’est quand même pas mal tout ça), et ce genre de message fait toujours plaisir à voir ; je trouve qu’il obéit encore à certaines normes mais c’est déjà un début, c’est positif, c’est par une artiste influente donc ça permet d’ouvrir des débats, de commencer des conversations,… alors c’est quand même un OUI pour ma part.

The Creation of God, par Harmonia Rosales.

Coup de ♥ ! Jessie (Gerald’s Game), Goblin, Dirty Computer.

J’ai longuement repoussé la rédaction de cet article… d’abord parce que je manquais de temps, et ensuite, quand j’avais du temps à ne plus savoir quoi en faire, j’étais paralysée par la peur de ne pas réussir à rendre justice à ces œuvres… Tant pis, aujourd’hui, je me lance !

Résultat de recherche d'images pour Première chose dont je voulais vous parler : Gerald’s Game, une production Netflix réalisé par Mike Flanagan, sortie chez nous sous le nom de « Jessie », adaptée du livre de Stephen King du même nom.

J’étais loin de m’y attendre, mais c’est maintenant l’un de mes films préférés. On a tous et toutes un film… qui n’est pas un chef-d’oeuvre acclamé par la critique, un film qu’on ne recommanderait pas à tout le monde, mais qu’on affectionne parce qu’il nous parle, parce qu’il nous touche, et ce film-là, pour moi, c’est Jessie.

L’affiche vous dit presque tout ce que vous avez besoin de savoir, mais je vais quand même un peu vous expliquer de quoi il s’agit. C’est un couple qui part en week-end dans un chalet perdu dans les bois dans l’espoir de se retrouver et de pimenter un peu leur vie sexuelle. Pour ce faire, Gerald, joué par Bruce Greenwood, menotte sa femme, Jessie, jouée par Carla Gugino, au lit, et s’adonne à un jeu de rôle morbide. Elle n’aime pas, le repousse, et demande à être détachée. Il refuse, elle se débat, et… il meurt d’une crise cardiaque.

Bloquée sur ce lit, sans personne aux alentours pour entendre ses cris de détresse, c’est un mort lente qui l’attend, avec vue sur le cadavre de son mari, en train de pourrir. Au bout d’un certain temps, un chien va s’introduire dans la maison, et commencer à le manger… cette vision d’horreur sera ce qui fera perdre la tête à Jessie. Elle craque. Et c’est là que le film commence vraiment : elle a des hallucinations, elle voit son mari, elle se voit elle. Elle est seule avec ces personnages dans sa tête, seule avec ses pensées, et seule avec ses traumatismes qu’elle est forcée de revivre.

Qui dit Stephen King dit thriller, film d’horreur. Avec Jessie, on est plus dans le thriller psychologique, mais il y a bien quelques passages qui font peur, des jump scares par-ci par-là, une dimension surnaturelle, et quelques scènes qu’on pourrait qualifier de « gores ». Mais qui dit Stephen King dit aussi… que souvent, le plus effrayant, c’est l’être humain.  « Gerald’s Game » ne fait pas exception. On y traite de traumatismes, d’attouchements sexuels, d’inceste, de relations abusives, etc. Et ce n’est pas un sordide « torture porn » car Jessie, face à des souvenirs qu’elle avait jusque là enfouis, va trouver la force de se libérer non pas seulement de ses menottes mais aussi de son passé. Son histoire m’a bouleversée et m’a donné beaucoup de force.

L’histoire est écrite par un homme, le film réalisé par un homme, ce dont j’ai tendance à me méfier quand de pareils sujets sont abordés, mais j’ai beaucoup aimé la façon dont le réalisateur en parlait.

Source : Interview pour QG

Pas facile d’adapter un huis clos où toute l’action se passe dans la tête d’un personnage qui n’a aucune liberté de mouvement, mais je vous garantis que le film ne laisse pas de place à l’ennui. Je n’ai jamais lu l’oeuvre originale, mais apparemment, Jessie voit bien plus que deux personnages durant ses hallucinations, et je pense que c’était un choix judicieux que de les limiter aux personnes qu’on connaissait déjà pour le film. La fin, en revanche, est très fidèle au livre, et là par contre, je n’aurais été contre quelques changements parce que c’est une conclusion un peu absurde avec des explications qui tombent comme un cheveu sur la soupe ;  la fin est très critiquée. Ceci étant dit, en  ce qui concerne seulement le personnage de Jessie, la fin est parfaite, je ne toucherais à rien.

Image associée

Même visuellement, ce film m’a marquée de plein de façon différentes : les scènes d’éclipse (un motif important dans Jessie) sont poignantes, les effets spéciaux ont permis des scènes qui retourneraient l’estomac de n’importe qui (il y a UNE scène en particulier que j’ai même pas besoin de décrire : c’est LA scène, et vous la reconnaîtrez immédiatement si vous regardez le film),… La cinématographie, la mise en scène, ont donné lieu à des scènes que je n’oublierais jamais, des scènes qui, rien que d’y repenser, me font un petit quelque chose.

Alors encore une fois, je comprends que ce film ne soit pas pour tout le monde. Je ne le recommanderais pas aux âmes sensibles, ni à celles et ceux que les sujets évoqués plus haut risqueraient de mettre trop mal à l’aise, et de manière plus général, je pourrais comprendre que ce film n’intéresse pas tout le monde, ne soit pas au goût de tout le monde. Mais il a eu un sacré impact sur moi donc je tenais à en parler, et si j’ai pu le faire découvrir ne serait-ce qu’à une seule personne qu’il l’aimera autant que moi, j’en serais ravie.

PS : en regardant ce film, j’ai découvert un site assez pratique pour les poules mouillées comme moi : ça s’appelle « Where’s The Jump ? » et ça vous indique à quel moment du film il y a des jump scares. Pour Jessie, ce n’est finalement pas très utile parce qu’il n’y en a presque pas du tout, et quand il y en a, c’est rien qui vous fait sauter de votre chaise, mais je suis sûre que ça peut être pratique pour d’autres films d’horreur un peu plus intenses. Si vous avez le film sur votre ordinateur, vous pouvez même télécharger un fichier .srt qui vous affichera un « warning » avant chaque jump scares pendant que vous regardez votre film. Je sais bien que l’intérêt est que ça surprenne, mais des gens n’aiment vraiment pas ça (c’est souvent mon cas), donc je me suis dit que ça aussi, c’était bon à partager.

Résultat de recherche d'images pour

Depuis le temps que je veux vous parler de Goblin… !  « Goblin : The Lonely and Great God », de son titre complet. Signé Kim Eun-Sook. C’est une série coréenne, un « drama » dira-t-on, et je n’en avais jamais regardé avant, mais j’ai sauté le pas grâce à Rose de Manga Suki qui a fait l’éloge de celui-ci pendant des mois. Merci à elle pour cette découverte inoubliable !!!

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce titre, « Goblin » ? Un gobelin, ou dokkaebi, est une créature du folklore coréen. Ici, c’est un peu revisité ; Kim Shin (joué par Gong Yoo) n’est pas une bestiole rouge à cornes, et il n’a pas toujours eu ses pouvoir. En effet, c’est un général de l’ère Goryeo s’étant fait assassiné pour avoir désobéit aux ordres du prince. Miracle ou malédiction : il devient immortel. Condamné à voir celles et ceux qu’il aime mourir pour l’éternité, il est à la recherche de la « mariée du gobelin », la seule capable de voir et de retirer l’épée qui le transperce.

Je pense que vous voyez déjà un peu où ça nous mène… 939 années plus tard, il fait la rencontre de Ji Eun-tak (jouée par Kim Go-eun). Elle a tout d’une lycéenne ordinaire et pourtant… elle aurait déjà dû mourir jeune mais a été miraculeusement sauvée, elle voit les fantômes, et les pouvoirs du gobelin n’ont aucun effet sur elle. Et aussi : elle voit l’épée. Pas de toute, c’est la mariée.

Ca aurait pu être vite réglé : elle retire l’épée, Kim Shin est enfin délivré de son immortalité et peut reposer en paix. Mais évidemment, ils tombent amoureux, et pour la première fois en 900 ans, Kim Shin ne veut plus mourir, il ne veut pas être séparé de celle qu’il aime ! Et Eun-tak non plus ne veut pas tuer son premier amour, mais c’est la raison même de son existence et plus elle retarde le moment fatidique, plus elle s’expose à la mort. Une romance vouée à l’échec ! condamnée par le destin ! une tragédie déjà toute écrite !!!

Dans les rôles secondaires, on a le Grim Reaper (joué par Lee Dong-wook), le faucheur qui était censé prendre l’âme de Eun-tak à l’époque et qui aujourd’hui vit sous le même toi qu’elle puisqu’il est le locataire du gobelin, et Sunny (jouée par Yoo In-na), la propriétaire du restaurant dans lequel Eun-tak travaille à temps partiel. Eux aussi vivent un amour impossible qui n’a rien à envier à celui des personnages principaux, mais je ne peux pas vous en dire plus à ce sujet au risque de révéler des éléments importants de l’intrigue !

Lire la suite

A propos du « drama » qui touche le fandom de Free!…

Alors, je sais que j’avais dit que je me calmerais un peu avec Free! jusqu’à ce que le film soit disponible, et qu’en plus j’étais censée sortir le début de mes « premières impressions » sur les anime de cet hiver, mais avec tout ce qu’il se passe dans le fandom en ce moment, j’avais envie de réagir.

Mais avant, pour ceux qui ne seraient pas au courant de la situation, tout a commencé avec l’annonce (et la sortie) du mook RinHaru. Ça fait déjà plusieurs mois, presque un an, puisque ça remonte déjà au mois de mars. Les fans du pairing se sont sentis entendus par KyoAni et ont décidé de leur exprimer leur gratitude par le biais d’une campagne internationale nommée « Feel Our Hearts », qui consistait tout simplement à rassembler des lettres, des fanarts,… pour faire un grand scrapbook autour de Rin et Haruka. Et enfin, deux des organisatrices ont voyagé au Japon pour aller remettre le résultat final à la KyoAni Shop vers la fin du mois de décembre.

Dans le même esprit, une autre campagne a été organisée; toujours internationale, mais rassemblant cette fois-ci d’autres fans, ceux de Makoto. Le projet était de faire un colis avec les lettres, fanarts, photos,… des fans internationaux, et de l’expédier à KyoAni le 17 novembre, pour l’anniversaire de Makoto. Ca s’appelait donc la « Makoto’s Birthday Box Campaign », et même si c’était censé être centré sur Makoto, c’était organisé par des fans de MakoHaru, et une grande partie des soumissions étaient sur ce pairing.

Et donc en novembre, après avoir bien reçu le colis, Kyoto Animation envoie un mail de remerciement aux organisateurs de la Makoto’s Bday Box Campaign.

Petite avance rapide jusqu’au 1er janvier: Kyoto Animation ouvre une version anglaise de leur site. C’est quelque chose que peu de studios d’animation japonais prennent la peine de faire, donc je pense que l’initiative mérite d’être saluée. (J’étais déjà agréablement surprise quand ils l’avaient fait pour le site de l’event KYOANI & DO FAN DAYS.)

Quatre jour plus tard, le staff de KyoAni réceptionne le scrapbook RinHaru, et décide de remercier les fans internationaux via Twitter et le nouveau site anglais.

tumblr_inline_o0fg00yufA1ruplqa_500

Leur message était accompagné d’une photo des messages et cadeaux des fans de Rin et Haruka… et là, c’est le drame. Les fans de Makoto et Haruka se sont indignés parce qu’ils ont eu l’impression que seule une partie du fandom était reconnue, ils ont interprété ça comme du favoritisme. Bien sûr, tous les fans du MakoHaru n’ont pas eu une réaction négative, mais une grande partie ont envoyé des tweets, dont certains très agressifs, à KyoAni pour se plaindre, pour s’offusquer de la façon dont ils auraient soi-disant privilégié les fans du RinHaru.

Voilà ce qu’il s’est passé ces derniers jours. Nous sommes aujourd’hui le 6, et KyoAni a retiré la photo du tweet et du site.

Je tiens à préciser que je ne suis d’aucun « côté ». Les « ship wars » ne datent pas d’hier, il y en a toujours eu dans ce fandom, depuis le premier jour, et je n’y ai jamais pris part. Déjà parce que j’aime les deux pairings, et d’ailleurs, je ne crois pas qu’il y ait un seul pairing dans Free! que je n’apprécie pas: les personnages entretiennent des relations tellement belles, tellement fortes, que je n’arrive pas à trouver que l’une est mieux que l’autre. Et puis aussi, je crois que je n’ai jamais aimé un pairing au point de carrément en détester un autre. Même si je peux comprendre qu’on soit très attaché à un pairing, qu’on pense que les personnages sont fait l’un pour l’autre et qu’on arrive même plus à les imaginer avec quelqu’un d’autre, mais créer des tensions dans le fandom par rapport à ça, des « guerres », je trouve ça un peu immature, et franchement ridicule. Mais bon, c’est un problème que rencontrent beaucoup de fandoms, c’est loin d’être exclusif à celui de Free!.

Sauf que là, Kyoto Animation est impliqué. Et avec ça, je crois qu’on a atteint un limite. C’est allé beaucoup trop loin.

Je l’ai déjà fait remarqué un peu plus haut, mais honnêtement: combien de studios prennent la peine de reconnaître l’existence des fans internationaux et de les remercier ? On devrait être reconnaissant, on devrait davantage montrer notre gratitude, et à la place, le fandom tourne ça en une « guerre de ships », et se plaint de ne pas recevoir assez d’attention. Et ça, ça me met hors de moi, et je ne comprends même pas comment des fans ont pu en arriver à une telle conclusion, alors que KyoAni a remercié les fans qui ont fait la Makoto Box par mail, qu’ils ont ouvert un site pour les fans internationaux, et qu’ils ont posté publiquement leurs remerciements. Comment on peut se permettre de se plaindre et de les harceler en les accusant de ne pas être « assez reconnaissants » et « d’ignorer » des fans ?

Je l’ai dit, je ne suis pas là pour défendre l’un ou l’autre « clan », je sais qu’il y a des « bonnes » et des « mauvaises » personnes dans les deux camps, et ça ne m’intéresse pas de discuter de « qui a copié qui » et toutes ces histoires. J’en aurais des choses à dire, ça c’est sûr.. mais à ce stade-là, ce n’est même plus important.

Je n’arrive pas à croire qu’on en soit arrivé là pour des ships. Alors que Free! n’est même pas un BL, aucun couple ne sera jamais canon, c’est pas plus légitime de shiper MakoHaru que RinHaru parce qu’au final, ça n’a aucune importance, il n’y aura jamais rien d’officiel. On est tous dans ce fandom pour la même chose: parce qu’on adore Free!. Alors comment on peut en arriver à se diviser, à se « battre », pour des pairings, alors que Free! est loin de se résumer à ça.

A un moment, il faut savoir mettre ces histoires de côté, et que certains fans n’aient pas réussi à le faire alors que Kyoto Animation voulait simplement remercier tous les fans internationaux, ça me déçoit. Plus que ça, je suis outrée, outrée face à l’égoïsme de certains fans, et par l’image que ça donne de nous. KyoAni a été contraint d’enlever la photo pour calmer la déferlante de haine qu’à entraîné un message de remerciement. C’est quand même effarant ! Et après ça, je ne sais pas s’ils vont encore avoir envie d’accorder de l’attention à la fanbase internationale… C’est égoïste par rapport à KyoAni mais aussi à tous les fans internationaux qui n’ont rien à voir avec tout ça, c’est égoïstes par rapport aux personnes qui ont organisé et participé au projet FOH et qui maintenant voient leurs efforts et leur fierté tourné en l’objet du « drama » alors que ça n’a jamais été le but…

Et c’est tout, je voulais juste partagé mon sentiment de déception. Maintenant, le mal est fait, je pense qu’il est trop tard pour réparer les dégâts, et quand bien même ça serait faisable, je ne pense pas que KyoAni est prêt d’oublier tous les retours négatifs qu’ils ont eu. Peut-être que c’est trop demander, mais j’espère que le studio saura retenir les messages positifs, la gratitude exprimée par le fandom, ainsi que les messages d’excuses.