Kindred Spirits on the Roof: Yuri≠Lesbiennes.

kindred-spirits

Pour changer un peu… ce n’est aujourd’hui pas d’un otome game dont je vais vous parler, mais d’un visual novel yuri. Intitulé Kindred Spirits on the Roof, Okujou no Yurirei-san de son titre original, je vous en avais parlé quand sa localisation avait été annoncé par MangaGamer. Sorti chez Liar-Soft en 2012, demain, ça fera pile un an qu’il est arrivé chez nous. Et depuis ce jour… je le convoite. Son prix m’a longtemps empêchée de sauter le pas, mais j’ai profité d’une promo pour enfin mettre la main dessus, et… je viens de le finir à l’instant, donc voici mes impressions à chaud.

De quoi ça parle ? De Toomi Yuna, une lycéenne discrète et un peu solitaire. Elle passe ses pauses repas seule, sur le toit de l’école. Rien de bien palpitant, jusqu’au jour où elle se rend compte qu’elle n’est pas toute seule… Elle fait la connaissance d’Enoki Sachi et Nagatani Megumi, deux esprits, condamnées à hanter l’école jusqu’à ce qu’elles puissent effacer leur dernier regret, à savoir pouvoir s’unir.

En effet… Sachi et Megumi sont très amoureuses, et rêvent de pouvoir faire leur première fois ensemble, mais… elles ne savent pas comment s’y prendre. Elles demandent donc à Yuna, la première personne qu’elles rencontrent capables de les voir et les entendre, de les aider… en donnant un petit coup de pouces aux autres potentiels couples de l’école. Le projet étant que, si elles voient d’autres filles s’aimer… et se le montrer, elles auront un exemple à suivre.

kindred3

Kindred Spirits est presque ce qu’on pourrait appeler un « kinect novel »: on peut faire des choix à quelques rares moments de l’histoire, mais ils n’influent pas vraiment son cours, et il n’y a qu’un seul scénario.

kindred12

On fonctionne avec un calendrier, dont les différentes dates sont en fait des chapitres. A partir de là, on peut accéder à notre galerie de CGs et à l’OST.

Il y a une histoire principale, centrée sur Yuna et sa « mission », qu’on peut lire en cliquant sur les dates marquées d’un ours rouge, et toutes les petites cerises sont des « sides stories » que l’on débloque quand un mois touche à sa fin, et où l’on suit les différents couples de l’école.

Ce système n’est pas sans défauts: d’un côté, les chapitres s’enchaînent bien, l’histoire se lit facilement,… mais… avec les sides stories, on est souvent amenés à relire certaines scènes, avec pour seule différence qu’elles sont du point de vue d’un autre personnage, et dans ces cas-là, ça apporte rarement quelque chose, et on est quand même obligé de se retaper les mêmes dialogues. Parfois, souvent même!, il y a du contenu original, alors ça passe, mais les fois où j’ai dû relire certains passages, qui plus est, chiants, ça m’a bien gavée (c’est là que la fonction « skip » entre en jeu).

Mais en tout cas… on en a pour une bonne trentaine d’heures de lecture. Ce qui justifie un peu le prix. Seul souci avec ça, c’est que l’OST a dû mal à suivre: pour un jeu aussi long, il y a très peu de pistes, on écoute souvent les 5 mêmes musiques en boucle, ça devient vite prise de tête.

Bon, ça c’était pour l’aspect technique. Je pourrais encore continuer, et vous dire que c’est un jeu joli sans être forcément mon style, que les doublages sont plutôt bons dans l’ensemble, et blabla, mais j’aimerais mieux tout de suite en venir au cœur du problème.

kindred8

Et c’est bien ça le problème !

J’étais plutôt excitée quand j’ai entendu parler de ce jeu; j’étais bien au courant que c’était un « yuri », mais c’est pas tous les jours qu’on a accès à titre sur des filles qui aiment d’autres filles, et qui a l’air pas mal du tout. A défaut d’avoir mieux, je prends ce qu’il y a. Mais j’ai vite dû me rendre à l’évidence, pointée dans le titre de cet article: yuri, malgré les apparences, n’équivaut pas à lesbiennes.

Ce que je veux dire par là, c’est que dans le « yuri », on a beau voir des filles dans des relations amoureuses, c’est plus des « fantaisies » (souvent issues de l’imagination d’hommes hétéros), que des couples lesbiens réalistes. Et effectivement, on retrouve tous les clichés du genre:

  • On entend plus d’une fois le fameux « but we’re both girls!!!? », c’est lassant.
  • Comme une majeure partie des œuvres yuri, ça se passe dans une école. Une école pour filles, qui plus est. C’est un cadre qu’on voit revenir souvent, et qui nourrit l’idée que l’homosexualité féminine n’est qu’une « phase » durant l’adolescence, qui prend fin après la remise des diplômes. C’est une mentalité encore assez présente dans la société japonaise, d’ailleurs. Et les histoires de girls love prennent souvent place dans des académies pour filles, où, comme dans Kindred Spirits, il y a 0 présence masculine, comme pour insinuer que c’est l’environnement qui favorise cette sexualité.
  • D’ailleurs, presque aucun personnage de Kindred Spirits n’est « lesbienne » (ni bi). C’est systématiquement « une exception », aucune (à l’exception de peut-être deux ou trois personnages sur l’ensemble des 16) ne se considère comme lesbienne, c’est juste qu’il se trouve que la personne dont elles sont tombées amoureuses est une femme.
  • Et c’est bien pour ça que le mot « lesbienne » est aussi rarement utilisée; d’entrée de jeu, Sachi et Megumi ne veulent pas être qualifiée de telle, préférant le mot « yuri », décrit comme plus « pur », et parlent de faire de l’école une « Yuritopia ».

On retrouve donc bien les codes du yuri, et c’est… parfait, si vous aimez le yuri justement!, et que c’est ce que vous cherchez, alors là je vous recommande même chaudement ce jeu. Mais si vous cherchez des personnages féminins, non-hétéros, réalistes et dans lesquels vous pourriez éventuellement vous retrouver,… Kindred Spirits on the Roof n’est pas le titre qu’il vaut faut.

 kindred7

J’aurais pu m’y attendre, mais j’étais quand même déçue de lire certaines choses, de voir comment certaines relations étaient traitées,… Moi, ça m’a dérangé, mais c’est personnel et je sais que plein de gens passeront outre.

Autre caractéristique du genre yuri: on y retrouve deux extrêmes, soit les couples sont « pures » et « innocents », soit hypersexuels. On retrouve un peu de ce premier extrême dans certains couples de Kindred Spirits, on tombe parfois dans le ridicule, surtout pendant les scènes de sexe.

Oui, parce qu’il y a du sexe ! J’aurais pu le mentionner avant… mais Kindred Spirits avait fait un peu de bruit notamment pour ça. Il a été annoncé comme le premier jeu érotique sur Steam, sans coupure ni censure. Et maintenant, je comprends pourquoi. Kindred Spirits est un « eroge », erotic game, et on a tendance à croire que ces jeux-là sont axés sur le sexe, alors que pas du tout. Ca serait plutôt le cas des « nukige ». Dans les eroge, le contenu sexuel est secondaire, et là, en l’occurrence, très soft. Chaque couple a une scène de sexe durant le jeu, et aucune n’est très graphique: rien d’explicite que ça soit dans les images ou le texte. On ne voit rien de plus que des tétons, et les personnages ont juste besoin de se carasser les seins pour jouir……….. Donc… voilà. …….

C’est ma critique du jeu en général. Maintenant, je vous propose de faire un peu connaissance avec les personnages, et de revenir sur chaque couple. A partir de là: spoilers !

Lire la suite

Vrac de VN !

Alors… je ne sais pas ce qui m’est arrivé. D’habitude, je lis un visual novel à la fois, et une fois que j’en ai fini un, c’est rare que j’enchaîne tout de suite avec un nouveau, j’ai tendance à… prendre mon temps. Mais là, depuis une semaine, je n’arrête plus ! J’ai testé plein de VN d’un coup, et… certains étaient chouettes, d’autres moins. J’ai eu envie de partager mes récentes découvertes avec vous, en vous donnant un rapide avis sur les différents visual novel que j’ai lu ces derniers jours ! Ils sont tous très différents les uns des autres donc j’espère que vous en trouverez au moins un qui vous plait !

headerJe commence avec The Men of Yoshiwara: Kikuya, parce que c’est celui auquel je suis en train de joué en ce moment même. C’est un otome game avec une quinzaine de routes, elle sont pas bien longues mais il est quand même plus long à compléter que les autres titres dont je vais parler dans cet article. Et bref, tout ça pour dire qu’à l’heure où j’écris, je n’ai pas encore terminé ce jeu, mais une fois que ça sera le cas, ce n’est pas impossible que j’y consacre un article entier pour en faire une review. Si ça vous intéresse. Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires !

En attendant, j’ai à peine terminé une route (celle de Takao), et je suis en train d’alterner entre deux routes dans lesquelles je suis déjà bien avancée (celles de Tokiwa et Hayabusa). Alors je ne savais même pas que ce jeu existait mais il est sorti très récemment sur Steam, et y’avait 40% dessus, donc j’en ai profité!, parce que je suis instantanément tomber sous le charme des graphismes. C’est un univers qui m’a tout de suite attirée, et le contexte est plutôt original: l’histoire se déroule sur une île où les hommes sont contraints de se prostituer. Yoshiwara est le quartier des maisons closes, et notre héroïne va vite devenir une habituée de l’une d’entre elles: Kikuya. Là-bas, elle aura le choix entre six beaux mâles tous plus séduisants et envoûtants les uns que les autres.

Je ne regrette pas mon achat, parce que c’est totalement le genre d’otome game que j’aime bien, et je suis amoureuse du contexte, de l’ambiance, la musique,… et les personnages me plaisent tous, et c’est un peu l’essentiel dans ce genre de jeu. Je n’ai pas encore terminé toutes les routes, mais jusque là, j’ai envie de dire que c’est vraiment pas mal, elles sont toutes intéressantes et ont quelque chose d’autre à offrir. Après, faut pas s’attendre à des personnages et des histoires complexes, mais Kikuya est très correct en son genre (il faut savoir qu’à la base, c’est un jeu sur mobile, donc les routes sont courtes et assez linéaires). Mais impossible de ne pas citer certains défauts du doigt: c’est censé être un travail de professionnel, mais y’a pas mal de fautes d’orthographes, c’est pas très « propre » (y’a souvent des petits points blancs au milieu des phrases…), les traductions sonnent parfois bizarres,… Pas terrible tout ça, mais bon, on arrive à passer outre.

Sinon, c’est pas vraiment un défaut, mais contrairement à la version sur PS Vita, la version de Steam n’inclut pas le doublage des personnages, et les sprites sont statiques au lieu d’être animés. Juste quelques détails, ça me dérange pas vraiment même s’il est clair que ça aurait été encore moins s’il y avait eu ces petits éléments en plus !

Si vous aimez les otome game, et que ce jeu là vous fait vraiment de l’œil, je vous le conseille, mais je préfère vous dire que si y ‘avait pas eu la promo, je doute que j’aurais dépensé autant d’argent pour ça… Oh et si vous envisagez de l’acheter, je préfère vous prévenir: ça se passe dans une maison close, donc y’a forcément des passages un peu érotiques, et le dialogue peut devenir très explicite, mais y’a absolument rien de graphique, toutes les CGs sont « safe for work » !

C’est tout ce que j’ai à dire pour l’instant mais je pense faire une review plus complète quand j’aurais vraiment fait le tour de tous les scénarios.

Si The Men of Yoshiwara: Kikuya vous intéresse, il est disponible sur Steam pour 27,99€. Gyakuten Yoshiwara, la version mobile, peut être téléchargé sur Android, ou sur iPhone.

Banner

Ensuite, j’ai testé la démo de No One But You. C’est un dating sim développé par Unwonted Studios, où l’on suit « Hideaki », alors qu’il vient tout juste de déménager dans la ville de son enfance, Okutama. Il n’a pas beaucoup de souvenirs de ses moments passés là-bas, donc il apprend à se familiariser avec les lieux, il découvre son nouveau lycée et fait la connaissance de plein de jolies jeunes filles qu’on a la possibilité de conquérir. Il y a Chinatsu (sur l’image), l’élève modèle, un peu mystérieuse, un peu solitaire, que notre protagoniste est censé connaître mais dont il ne se souvient pas. Megumi, qui déborde d’énergie, peut-être même un peu trop, et qui est présidente du conseil des élèves; elle veut absolument qu’on rejoigne le conseil, elle est super collante et elle nous stalke même un peu… Yui, une vraie rebelle, avec un caractère bien trempé; elle est un peu dur à approcher mais, du lot, c’est celle qui m’attire le plus. Shiro, dont on sait pas grand chose pour l’instant. Oh, et il y a Ryo, qui s’auto-proclame être notre meilleur ami; il est plutôt fun, mais on peut pas sortir avec, ce n’est pas ce genre de jeu, non…

Apparemment, Hideaki va rapidement être rattrapé par son passé, et va découvrir que ses nouveaux amis aussi ont leurs démons, leurs traumatismes, et ça va un peu leur ruiner la vie, qui s’annonçait pourtant si paisible quand Hideaki est arrivé. Je ne sais pas ce que la version complète nous réserve, mais le synopsis m’a un peu fait penser à Higurashi: au début, c’est le calme plat, on s’amuse, on est innocents, puis d’un coup, shit is getting real, et tout devient très dark. Je sais pas si ça va aller aussi loin qu’Higurashi cela dit, si l’ambiance va changer du tout au tout,… J’ai sûrement tort de les comparer, mais ça serait quand même intéressant que No One But You s’avère complètement différent de tout ce qu’il laisse transparaître dans cette démo.

Parce que la démo ne nous montre au final pas grand chose du potentiel de « NOBY »; l’histoire n’y démarre pas encore, on a juste le temps d’un peu connaître certains des personnages, et de ce que j’en ai vu pour l’instant, c’est un dating sim tout ce qu’il y a de plus banal, qui n’apporte rien de nouveau au genre. C’est quand même sympathique: c’est pas désagréable à lire, les personnages ont rien de franchement transcendant ou attachant pour l’instant, mais au moins ils sont… visuellement plaisants, et c’est un travail de qualité.

Quelque part, je suis curieuse de savoir ce qui va arriver de si terrible à ce petit groupe de lycéen, et en plus je suis toujours partante pour un dating sim (surtout un galge, ça fait un moment que j’ai pas joué à un galge et là quasiment toutes les héroïnes me plaisent), mais ça m’a pas vraiment convaincue plus que ça… Je suis pas encore sûre de vouloir mettre de l’argent là-dedans; il y a pas mal d’autres visual novel que je compte m’acheter, et celui-ci ne sera pas une priorité.

Si No One But You vous intéresse: la démo est disponible gratuitement sur Steam, la version complète devrait sortir en décembre, et une version 18+ sortira sur MangaGamer !

autumn_s_journey_by_dejinyucu-d7imso4

Celui-là m’a été recommandé par Misté ! C’est un otome game intitulé Autumn’s Journey, développé par Apple Cider;on y retrouve la même artiste que pour Cute Demon Crashers!. On incarne Auralee, dont le rêve et de devenir un chevalier. Un jour, elle fait une rencontre assez inattendue: elle fait la connaissance de Kerr, un dragon terrestre, envoyé dans ce monde sous une forme humaine. Aura a pour objectif de réaliser son rêve, et Kerr a pour mission d’en apprendre plus sur le monde des « heavenkind » pour pouvoir retrouver sa forme d’origine. Un autre dragon, Ilmari, ne tardera pas à les rejoindre dans leur aventure.

Officiellement, c’est un otome game, mais Autumn’s Journey ne s’attarde pas vraiment sur la partie « simulation de drague », c’est avant tout une histoire d’amitié, la romance est peu présente, et c’est presque un kinect: on est confronté à très peu de choix, et les changements engendrés sur le scénario sont mineurs. Il y a trois fins possible: celle de Kerr, celle de Ilmari, et bien sûr, la route de l’amitié (qui a deux variations différentes).

Je suis tout de suite tombée sous le charme de l’univers, l’atmosphère: en plus c’est parfait pour la saison, comme son nom l’indique, y’a une ambiance très automnale, très agréable, j’adore. C’est une histoire assez courte, peut-être une heure et demie à tout casser, mais il s’y passe plein de choses, c’est très bien construit ! Léger, sans prise de tête, c’est tout mignon sans tomber dans le niais. Les personnages sont attachants, en particulier notre héroïne, Aura, pleine d’énergie, de passion, de détermination, de gentillesse et d’humour. On pourrait croire qu’un VN avec une durée de vie aussi courte n’aurait pas assez de temps pour développer ses personnages, et pourtant, tout au long de leur voyage, on les voit se rapprocher, ils grandissent, ils se comprennent mieux,… L’histoire et les personnages sont très bien écrits, rien à redire dessus.

Je redis, la romance est au final quasi inexistante: les thèmes principaux sont l’amitié, mûrir, savoir renoncer à ses rêves,… Une très bonne lecture, pleine de bonnes surprises. Et c’est accompagné d’un très bel OST ! Sans parler des graphismes, qui sont superbes, avec un chara-design que j’adore et de magnifiques CGs. Tout ça contribue à créer cette ambiance et cet univers tellement plaisants. Misté me l’a recommandé, et c’est maintenant à moi de vous le recommander, à vous tous.

Si Autumn’s Journey vous intéresse, vous pouvez le télécharger gratuitement ici !

tjiDfB

On passe maintenant à un kinect novel !, comprenez par là qu’il n’y a pas de choix, et un seul scénario possible. On incarne une jeune fille de 14 ans, Toma Andrews, qui a une relation un peu compliquée avec son identité. On apprend comment son prénom lui a été « volé » peu avant sa naissance, comment elle vit dans l’ombre de sa cousine, et on découvre aussi son étrange passion pour les cimetières et le monde des morts. Dit comme ça, ça sonne vachement émo, mais c’est pas ce que vous croyez; c’est juste qu’elle et sa mère (surtout sa mère, en fait) trouvent intéressant de retracer l’arbre biologique de leur famille, de savoir qui était là avant elles, et leurs recherches les amènent à passer pas mal de temps dans les cimetières. C’est des endroits que Toma aime bien, parce que les tombes, elle a pas besoin de leur faire la conversation. Un jour, elle sèche les cours pour pouvoir s’évader un peu, et l’endroit qu’elle choisit pour ce faire, c’est bien sûr le cimetière. Et ce matin-là, elle rencontre « Emily », une fille comme elle n’en avait jamais vu avant…

Les deux font connaissance, puis Emily propose de lui raconter l’histoire d’Emmeline Burns, morte en 1851, et dont la tombe, et celle de sa famille, se trouve dans ce cimetière.

Une lecture très agréable, accompagnée de très belles musiques ! J’aime beaucoup le graphisme, c’est un style que j’aime beaucoup, et c’est plutôt bien écrit même s’il y a quelques fautes d’orthographes ici et là. Et puisque j’en suis à parler des défauts, je sais pas si c’est pareil chez tout le monde, mais chez moi, impossible de sauvegarder; j’ai fait avec, mais heureusement que c’était pas long ! Mais je crois que c’est bien tout ce que j’ai à lui reprocher, sinon, ça m’a vraiment plu. Ai-je précisé qu’il y avait un peu (beaucoup) de romance homosexuelle ? Et c’est, vous savez… toujours un plus. Je ne veux pas trop en révéler mais c’est assez adorable, et je le recommande !

Si The Sad Story of Emmeline Burns vous intéresse: vous pouvez le télécharger gratuitement ici ! A noter que ce visual novel a été développé à l’occasion du Yuri Game Jam, qui prendra fin de 31 octobre; vous pouvez voir les autres entrées ici.

header (1)Encore une démo, et heureusement que c’était une démo d’ailleurs parce que ça m’aurait bien fait mal d’avoir payé pour ça. Je savais plus ou moins à quoi m’attendre, et ma curiosité malsaine m’a poussé à télécharger NEKOPARA Vol.1. /!\ Attention ! On joue dans la cour des grands: c’est un eroge (enfin ça pourrait être pire, c’est sur Steam donc ça reste tout public, y’a pas de cochonneries).

Alors déjà, ça se passe dans un monde où ne se contente plus d’avoir des chats en guise d’animaux domestiques, on a maintenant des « catgirls », c’est des chats humanoïdes… enfin, c’est juste des « nekomimi » quoi.

Kashou quitte le cocon familial pour ouvrir sa propre pâtisserie « La Soleil ». En inspectant ses cartons, il se rend compte que deux des sept catgirls que sa famille a domestiqué l’ont suivies dans son nouvel appartement… Et voilà comment il va se retrouver à vivre avec Chocola et Vanilla.

Je vais commencer avec un compliment: c’est super joli. Ça dégouline atrocement de moe, mais je vais pas prétendre que ça me dérange, on est quand même sur MOEWARNING ici. Donc j’adore le graphisme, et j’ai aussi adoré les sprites qui sont animés!!, grâce au système e-mote. (C’est d’ailleurs un peu comme ça que les sprites de Kikuya auraient dû être, comme j’en ai parlé au début de cet article.) Evidemment, je savais que ça existait, mais c’est la première fois que j’ai l’occasion que jouer à un jeu qui les utilise. C’est vraiment chouette. Et ils en profité pour faire beaucoup bouger la poitrine des héroïnes. Je ne ferais pas de commentaires là-dessus. (On notera aussi que c’est doublé!, nos « catgirls » ont des voix un peu niaises et chiantes cela dit, donc à vous de décider si c’est positif ou pas…)

Voilà, visuellement, c’est un réel plaisir, mais le concept est glauque. J’adore ce qui est moe, mais moe, ça rime trop souvent avec plein de choses malsaines, et on les retrouve toutes dans NEKOPARA. Déjà, cette histoire de « catgirls » là, ça nourrit le fantasme de la fille soumise et entièrement dévouée à son « maître », ça… met un peu mal à l’aise, c’est malsain et dérangeant. Et du coup, les héroïnes sont des coquilles vides qui existent juste pour satisfaire le personnage principal, mais on pouvait pas vraiment en attendre plus de ce genre de jeu je suppose… Mais bref, c’est limite de la zoophilie quelque part, et il n’y a que deux personnages dans la démo mais le reste du cast suggère qu’il y a aussi de l’inceste, et un soupçon de pédophilie. Tout ce qu’on fuit. Conclusion, c’est pas vraiment un jeu pour moi, c’est une expérience qui me sera agréable donc je vais m’arrêter à la démo qui m’a déjà suffisamment perturbée.

Si NEKOPARA (Vol.1) vous intéresse, vous pouvez télécharger la démo gratuite sur Steam, où vous pouvez également acheter la version complète tout public pour 9,99€. Il existe un patch 18+.

.

Et voici la fin de cet article ! N’hésitez pas à me donner vos avis sur ces titres si vous les connaissez, ou à me dire ceux qui vous attirent le plus et que vous comptez tester !

Cute Demon Crashers!, un otome game sur le consentement.

tumblr_nmi8yhGcGt1r1rn8qo1_1280

Des mois. Ca fait des mois que je meurs d’envie de vous parler de ce petit visual novel anglais par SugarScript, et ça fait surtout des mois que j’attends qu’il sorte. Vous connaissez peut-être le NaNoWriMo ? Le « NaNoRenO » en est un dérivé et se base sur le même principe, sauf qu’au lieu de devoir rédiger un roman de 50 000 mots, c’est un visual novel qu’il faut se lancer le défi de développer en seulement un mois ! Et cette année, l’une des entrées n’était autre que Cute Demon Crashers!. Sauf que le projet n’a pas été terminé dans les temps !, et à la fin du mois de mars, seule la démo était disponible. Démo qui valait totalement le détour, mais qui était aussi très courte, donc même si c’était dur, je voulais me retenir de vous en parler jusqu’à ce que la version complète sorte. Et ce moment n’a cessé d’être repoussé, encore et encore, mais nous y voilà enfin !

Alors vous vous doutez bien que développer un visual novel en seulement un mois, c’est loin d’être ce qu’il y a de plus simple. Mieux vaut ne pas être trop ambitieux si on veut rendre quelque chose avant la date limite. En conséquence, Cute Demon Crashers! est un jeu très court, avec un scénario pas très solide et pas beaucoup de temps pour développer les personnages. Il n’en reste pas moins un otome game très sympathique, agréable à lire, avec des personnages attachants et un thème plus qu’important.

En gros, alors que tous ses amis sont en couple et sortent s’amuser durant le « spring break », Claire est seule, coincée chez elle. C’est injuste ! elle aussi, elle aimerait bien s’envoyer en l’air !; et ça tombe bien, puisque que quatre démons répondent à son appel: trois incubi, et une succube. Peut-être que ses vacances ne seront pas si ennuyantes que ça, finalement !

i1ovLb

Cute Demon Crashers! nous met dans la peau de Claire (prénom que vous avez la possibilité de changer), une étudiante encore vierge mais qui a soif de découverte. Elle n’a pas envie de s’embêter avec une relation amoureuse, mais elle n’a pas non plus envie de coucher avec n’importe qui. Lorsque que Mirari, Akki, Kael et Orias débarquent chez elle en lui proposant de satisfaire ses désirs, plutôt que de tout de suite lui sauter dessus, ils apprennent d’abord à la connaître. Le jeu nous propose de passer quelques jours en compagnie des démons, de faire leur connaissance, et de décider si oui ou non on a envie de « passer aux choses sérieuses » avec l’un d’entre eux.

Tout est basé sur le consentement, la confiance, la communication, le respect mutuel et le sentiment de sécurité. Claire n’est pas forcée de choisir l’un des démons, et même si l’on décide de coucher avec l’un d’eux, le jeu nous donne la possibilité d’arrêter à tout moment. Pas de pression, pas de reproche. Si au moindre moment, les scènes de sexe nous mettent mal à l’aise, on peut y mettre un terme et/ou les censurer.

tumblr_inline_nkvo2c1OAU1qenweyCute Demon Crashers! regorge de messages positifs; par exemple…

  • Il déstigmatise la sexualité des femmes: Claire se masturbe, et elle couche avec des personnes dont elle n’est pas amoureuse. Des choses que les gens voient souvent comme « honteuses » ou comme un « manque de respect envers soi-même ». Et pourtant ! Le personnage qu’on incarne ne ressent aucun sentiment amoureux envers les démons avec qui elle a des relations sexuelles, les scènes de sexe n’en restent pas moins des moments d’intimité très tendres. Le plus important, c’est d’en avoir envie!, et de faire ça avec quelqu’un en qui on a confiance, qu’on respecte et qui nous respectera en retour.
  • L’accent est vraiment mis sur le fait qu’il n’y ait aucune pression, et que tout repose sur le consentement: les démons demandent toujours la permission de Claire avant de lui faire quoique ce soit, et on a toujours le choix d’accepter ou de refuser.
  • On ne perd pas de vue qu’il est aussi très important de se protéger !
  • Pour que l’expérience soit agréable pour les deux partis, il est essentiels de prêter attention aux réactions de l’autre et d’écouter ses retours.

Tout ça, c’est quand même rarissime dans eroge; « consentement » n’est pas toujours le mot d’ordre, et pas mal de jeux contiennent des scènes de viols. Cute Demon Crashers! est là pour rappeler à quoi ressemble une relation sexuelle saine, et offre des scènes de sexe mignonnes, tendres, et surtout, proches de la réalité. C’est vraiment ça le but premier du jeu, et non pas d’exciter sexuellement la personne qui lit; c’est pour ça que bien que le jeu contiennent des scènes à caractère sexuel explicites (et qu’il est déconseillé aux moins de 18 ans), je ne considère pas vraiment ça comme de la pornographie.

tumblr_nkk7y0nulT1uof4a8o1_1280

Notre protagoniste et nos quatre options… !

La route d’Akki est probablement ma préférée. Tout comme notre personnage, il n’a aucune expérience: ça sera leur première fois, et ça les rend un peu anxieux. Si j’aime beaucoup cette route, c’est parce que Claire y exprime des inquiétudes très similaires à celles que j’ai pu entendre de la bouche de certaines de mes amies. « Par où on commence ? » « Et si la personne en face de moi n’aime pas mon corps ? »,… Je pense que pas mal de gens peuvent se retrouver dans cette route. Au début, Akki et Claire sont un peu maladroits, mais il y a une grande complicité entre eux, et un réel désir de satisfaire l’autre. Et je ne veux pas vous donner trop de détails au risque de vous spoiler, mais disons que cette route nous montre que… tout ne se passe pas toujours comme prévu, et ce n’est pas grave ! Donc quelque part, ça peut être une route rassurante pour les joueurs qui appréhenderaient leur première fois.

La route d’Orias est intéressante parce qu’il se trouve que monsieur est un amateur de BDSM… ! Rien de trop impressionnant cela dit, on est dans le soft-BDSM, et on se concentre plus sur les sensations que sur la douleur. Ca apporte un peu de diversité, surtout que je crois bien que c’est la route avec le plus de choix: la scène d’Orias peut se dérouler de plein de manières différentes, toutes aussi intenses et sensuelles les unes que les autres.

Kael a une présence rassurante; il a de l’expérience, il est très attentionné,… C’est une route très chouette, qui montre que faire l’amour, ça n’a pas à être un moment ultra sérieux et tendu, c’est mieux de pouvoir le faire avec quelqu’un avec qui on peut rire ! Aussi, aucune des deux ne s’est épilé sa « zone intime », et c’est parfaitement ok, ce n’est pas une nécessité !

Et je garde le meilleur pour la fin: Mirari. Sa simple existence dans le jeu suffit à me combler, j’adore quand un dating sim a des options masculines et féminines. Sa scène s’articule autour d’un massage; elle est sensuelle, douce,… Je crois bien que c’est ma favorite après Akki !

cuteeeeEt maintenant que je pense avoir dit tout ce que j’avais à dire, je vous invite à cliquer ci-dessus pour télécharger Cute Demon Crashers! (compatible avec Windows, Mac et Linux) ! C’est un visual novel très rapide à lire, positif, léger, adorable,… Visuellement, c’est joli, travaillé et soigné, et il y a toute une gallerie de CGs à débloquer. Et grâce aux donations faites pendant le développement de la version complète, le jeu a même pu se payer des doubleurs pour les quatre démons !

C’est avant tout destiné à un public féminin mais je pense que ça peut plaire à n’importe qui.  C’est ce que j’espère en tout cas!, parce que moi je l’aime beaucoup, et je tenais à le partager avec vous.

Si vous y avez joué, n’hésitez pas à me donnez votre avis et à me dire votre route préférée dans les commentaires !