7 titres que j’écoute tout le temps !

J’ai un peu hésité avant d’écrire cet article car, comme j’écris de moins en moins, j’aimerais éviter que, lorsque je fais un come back, ça soit pour une playlist, mais bon… je me suis rendue compte que je n’en avais pas publié depuis décembre, et j’ai quand même écouté deux/trois trucs qui méritent d’être partagés depuis.

On commence avec I’d Be Your Wife ; je redécouvre ce titre de Mary Lambert sorti en 2017. Je l’écoutais déjà pas mal à la sortie de son EP Bold, qui contient d’autres adorables chansons du même genre comme Hang Out With You et Know Your Name, mais ce n’était pas forcément ma préférée, jusqu’à ce que je la réécoute plus récemment et là : coup de cœur. ne sais pas si j’ai déjà eu l’occasion de parler de Mary Lambert sur ce blog mais c’est une artiste que j’aime beaucoup, elle a des chansons toutes mignonnes et d’autres plus percutantes sur des sujets très sérieux, mais quoi qu’elle fasse elle est toujours très ouverte et authentique : je l’adore !

Ca, par contre, c’est une découverte que j’ai fait complètement par hasard sur Spotify. La première fois que j’ai entendu le duo Broods, c’était sur la chanson Ease de Troye Sivan, et ma foi, j’avais bien aimé !, mais je n’étais jamais allée voir plus loin. Puis des années plus tard, je tombe donc sur Hospitalized, de l’album Don’t Feed the Pop Monster sorti le mois dernier, et je n’ai pas grand chose à dire dessus si ce n’est que j’aime beaucoup… Le refrain est très entraînant et est fun à chanter, ce qui est toujours un critère important pour moi.

Coup de cœur pour Happy Without Me, des sœurs Chloe x Halle, duo de R&B contemporain que je découvre avec ce titre issu de leur album The Kids Are Alright, sorti l’année dernière. Là non plus, je ne vais pas faire semblant de savoir de quoi et de qui je parle parce que je découvre tout juste, mais en tout cas… ce titre-là… une pépite… je l’écoute sans cesse depuis que je suis tombée dessus par hasard, encore une fois sur Spotify. J’adore le style, ce qu’elles font avec leur voix, le bridge EXCELLENT!!!, la partie de Joey Bada$$,… ça ne fait aucun doute qu’elles ont beaucoup de talent et pour un premier album, ça a l’air d’être du solide (je n’ai pas encore pris le temps d’écouter toutes les pistes de ce généreux album qui comporte 18 titres!). C’est impressionnant pour leur jeune âge (l’une est de 1998, elle a le même âge que moi!!!, et l’autre a deux ans de moins !).

On revient sur du connu : Hayley Kiyoko. Et oui, encore, encore et toujours. Mais cette fois-ci, on ne va pas parler d’Expectations, parce qu’on en a déjà parlé en long et en large, et que je le connais par cœur, non, aujourd’hui, retour aux sources avec l’EP Citrine. J’en ai déjà parlé, ce n’était pas un coup de cœur et ce n’est pas ce qui m’a fait tomber amoureuse d’Hayley et son travail (c’est avec Sleepover que je suis vraiment devenue fan même si à l’époque de Citrine j’écoutais déjà beaucoup Gravel to Tempo), cependant… y’a quand même des sons sympas dessus, notamment Palace. C’est une chanson sur le deuil, avec un refrain très puissant qui me donne toujours des frissons.

Je ne sais pas grand chose de Kelsey Karter si ce n’est qu’elle a fait parler d’elle en début d’année après s’être fait tatouer le visage d’Harry Styles sur la joue. Si ça vous choque, rassurez-vous, ce n’était qu’une petite farce ! un coup de pub pour promouvoir son single Harry, déclaration d’amour de fangirl, entraînante, rock’n’roll, sans prise de tête. J’aime bien, et c’est drôle parce que je n’avais même pas entendu parler de cette histoire de tatouage, c’est la vidéo où elle en parle qui m’a fait découvrir le titre quand elle s’est glissée dans mes recommandations Youtube… Je m’attendais à une storytime en cliquant dessus et… c’est ce que j’ai eu, en un sens, mais pas n’importe laquelle. Je me demande ce que Harry Styles pense de tout ça.

J’ai entendu parler de King Princess pour la première fois quand son EP Make My Bed est sorti l’année dernière, mais je n’ai jamais véritablement accroché à ce qu’elle faisait. Pourtant, j’aime bien ce que j’ai entendu jusqu’à présent, fut même un moment où j’écoutais pas mal Talia, mais je n’ai pas eu de coup de cœur ou de chanson sur laquelle j’aurais fait une fixette et que j’aurais écouté non-stop. Ceci étant dit, récemment, je suis retombée sur Holy, et là, j’ai eu une illumination, j’adore ?! J’aime particulièrement le refrain. Même si Make My Bed ne m’a pas entièrement convaincue, je suis curieuse de voir ce que donnera un album.

Enfin, il faut savoir que depuis quelques temps, je m’intéresse à Godzilla, et ce nouveau centre d’intérêt m’a fait repenser à une chanson de Kesha du même nom, que je me suis remise à écouter et que j’apprécie maintenant davantage. Même si elle n’a finalement pas grand chose à voir avec Godzilla, c’est une chanson qui parle d’accepter et aimer la différence, la nôtre et celle des autres, et elle est… très mignonne. Elle me fait presque penser à une chanson pour enfant. Je suis presque sûre d’avoir déjà parlé de Rainbow, album sorti au cours de l’été 2017 qui marque le grand retour de Kesha après des années à se battre contre ses troubles, un procès compliqué avec Dr. Luke et un contrat avec ce dernier qui l’empêchait de sortir ses nouvelles musiques, mais… impossible de remettre la main sur l’article où je l’aurais évoqué ? Donc, au risque de me répéter, je vais dire que j’aime beaucoup Rainbow, le simple fait que cet album ait pu sortir me rempli d’émotion, et même si toutes les chansons dessus ne sont pas à mon goût, je suis contente de pouvoir entendre Kesha se relever, s’amuser, être elle-même et dévoiler tout son potentiel. Godzilla est l’un de mes nombreux coups de cœur sur cet album.

Slice of Life #33

Image associée

Je n’aime pas beaucoup poster deux Slice of Life à la suite, ça me force à voir la dure réalité en face, à assumer que je n’ai rien posté d’autre en un mois. Un peu plus même, puisque d’habitude, on se retrouve le 1er de chaque mois mais là on est le… 24. Mais hé, au moins je suis là, et je suis même étonnée de réussir à re-poster quelque chose aussi rapidement parce que ces derniers temps, c’est tout juste si je me trouve un créneau pour aller sur Twitter.

La raison à cela, je pense que vous l’aurez deviné, c’est bien sûr la fac. L’année dernière, mon blog en avait déjà pâti, et ce n’est pas maintenant que je suis en deuxième année que ça va s’arranger. Même si j’avais le temps d’écrire, je ne saurais pas sur quoi ! puisque c’est bien simple, en dehors de la fac, je ne fais plus grand chose… et si en L1, je consacrais tout mon temps à mes études avec plaisir, je ne vous cache pas qu’aujourd’hui, je sature quand même un peu.

En effet, cette deuxième année est très intense, et en seulement deux mois et demi, j’ai l’impression d’avoir accumulé la fatigue d’une année entière de L1. Je ne fais que traduire des textes du matin au soir, je n’ai même pas l’impression de progresser, l’organisation de la fac ne fait que de nous mettre des bâtons dans les roues (tellement que je commence à croire que c’est du fait exprès pour nous décourager #théorie du complot), et je ne peux encore m’estimer heureuse d’avoir des amies avec qui on a établi des stratégies d’entraide pour réduire le travail, parce que sinon, je pense que, comme la plupart de mes camarades, j’aurais déjà DROP OUT.

Je dramatise, je n’ai pas encore pensé à tout claquer et à me réorienter, parce que malgré tout, mes études me plaisent, et je ne me verrais pas faire autre chose. Et mes premières notes, bien qu’elles me rajoutent une pression supplémentaire parce que j’ai l’impression de ne pas les mériter et que je me sens incapable de réussir à produire les mêmes résultats fin décembre, me rassurent un peu.

En plus, même si je suis souvent triste et stressée (je pleure tout le temps et j’ai recommencé à me ronger les ongles), croyez-le ou non, tout va bien dans ma vie. La pression et le travail font que je suis un peu au bout du rouleau, mais je sais que ce n’est que temporaire, un mauvais moment à passer, avec un diplôme au bout, donc je serre les dents, je fais de mon mieux, et je m’accroche à la possibilité que ça ira peut-être mieux au semestre suivant, ou au moins l’année prochaine.

Et bien sûr, je me sens toujours aussi chance de pouvoir faire quelque chose qui me plait, dans une aussi belle ville, et en bonne compagnie. Etre ici m’a permis de rencontrer des gens avec qui je peux maintenant partir au Japon…!

Parce que oui, c’est officiel, ça y est, je peux vous le dire : je repars au Japon et pas plus tard que l’année prochaine. Je sais que je viens à peine d’en revenir, et moi non plus je ne suis pas sûre que ça soit une décision très judicieuse vis à vis de mon compte en banque, mais c’était plus fort que moi. Et vous l’aurez compris, je pars cette fois-ci avec deux de mes amies, ce qui en fera donc mon premier voyage seule, ou disons voir sans l’un de mes parents. Et très très loin qui plus est ! J’ai encore un peu de mal à réaliser que ça va vraiment se faire, on en parlait depuis un moment sans être sûres que chacune d’entre nous allait pouvoir se permettre un tel voyage, et voilà que les billets sont pris et les appartements réservés. Et le départ est dans moins d’un an ! Incroyable.

Pour cette raison, j’ai finalement fait une croix sur le concert de Jessi, dont je vous parlais dans mon précédent article. J’espère vraiment qu’elle reviendra en Europe, mais en attendant, je suis allée voir Hayley Kiyoko le 28 octobre. C’était le feu !!!

img_8368

Je crois bien qu’elle a chanté toutes les chansons d’Expectations, et bien sûr quelques singles de ses EP comme Gravel to the Tempo, Cliff’s Edge, This Side of Paradise, et l’emblématique Girls like Girls.

View this post on Instagram

👭

A post shared by @ lea0ft on

Elle avait une telle énergie sur scène… l’ambiance était top ! On voyait qu’elle était heureuse d’être là, sa bonne humeur était contagieuse, et elle a partagé plein de messages positifs avec son public. On en ressort plus gai que jamais.

View this post on Instagram

at least I got you in my head

A post shared by @ lea0ft on

En plus, j’étais en la très bonne compagnie de Marina, qui sait comment s’ambiancer… (encore merci à elle pour son hospitalité et le fantastique make-up look qu’elle m’a fait !). On est arrivées un peu tard par rapport à l’ouverture des portes, donc la fosse était déjà bondée, et pour espérer voir quelque chose, on s’est résignée à se poster dans le fond de la salle, près du bar. On n’a donc pas pu lancer nos soutifs sur scène, mais on était un peu en hauteur et pile face à la scène !

bianca
Crush du mois d’octobre – Bianca, Spyro: Year of the Dragon

Sinon… en ce mois de novembre, j’ai aussi fêté mes 20 ans. J’ai la chance d’avoir une amie qui m’a offert Spyro: The Reignited Trilogy. Ca fait une semaine et je ne suis toujours pas remise, je ne pensais pas pouvoir me l’acheter avant des mois alors… je ne serais jamais assez reconnaissante… ! Bien sûr, je n’ai pas beaucoup le temps d’y jouer, et je ne rentre de toute façon plus tellement chez moi, mais le week-end de mon anniversaire, j’ai quand même réussi à finir, bien que pas à 100%, le premier opus. Un vrai bonheur !! Si le temps me le permet, et que ça vous intéresse, j’envisage d’en faire un article quand j’aurai fini les autres jeux…

En parlant d’articles ! Cet automne mais aussi cet été, j’ai l’impression d’avoir brisé une tradition en ne faisait pas de « premières impressions des anime de la saison », chose que je faisais chaque saison sans exception depuis mon tout premier blog en 2011… ! Mais je n’ai même plus le temps de suivre les nouvelles sorties en temps et en heure, et sans exagération aucune, ça me brise un peu le coeur !! Pour compenser, peut-être que je ferai un classement de mes « anime de l’année »…

Avant ça, et d’autres articles un peu plus laborieux à rédiger (comme… la liste des films que j’ai regardé l’été dernier que je promets depuis des mois), je vais peut-être essayer de sortir une playlist vite fait bien fait, un de ces jours.

Mais pour le moment, je pense vous avoir dit tout ce que je voulais vous dire ! J’espère que tout se passe bien pour vous. N’hésitez pas à me raconter ce qu’il se passe dans vos vis en ce moment !!! A bientôt, j’espère !

Slice of Life #30 – Cinéma, musique, lecture, séries.

Résultat de recherche d'images pour

Le crush du mois de mars: Miki Kuroda, DEVILMAN crybaby

J’ai l’impression que ça fait un petit moment qu’on ne s’est pas retrouvés en tête à tête comme ça, pour se raconter un peu nos vies…

Si mes souvenirs sont bons, mon dernier Slice of Life remonte à janvier. Je ne compte pas celui consacré à l’anniversaire du blog et à la FAQ rédigée pour cette occasion, on va dire que c’était un « hors-série ». Comment allez-vous depuis le temps ? Comment se passent vos études ? C’est ma première année à la fac, et elle touche déjà bientôt à sa fin. J’ai l’impression qu’énormément de choses se sont passées en très peu de temps. J’ai encore deux semaines de partiels avant de vraiment pouvoir affirmer que la L1 est derrière moi; peut-être qu’après ça, je reviendrai un peu sur le contenu de cette première année de licence pour celles et ceux que ça intéresse (notons que j’avais déjà dit la même chose pour mon année de DAEFLE, mais j’attends toujours d’avoir passé l’examen final pour faire le bilan sur la formation, et disons que c’est en stand-by pour le moment).

Même avec un emploi du temps bien rempli, j’ai quand même trouvé le temps d’aller au cinéma. Et plus d’une fois ! Je crois que je n’y suis jamais autant allée que pendant ce mois de mars…

Lire la suite

Le grand retour des « titres que j’écoute en boucle ».

Aujourd’hui, je dépoussière un peu le blog pour vous parler de musique ! et tout simplement vous partager mes derniers coups de cœur, comme je le faisais à la lointaine époque où j’écrivais des articles « playlists »…

On perd pas de temps, on commence tout de suite avec mon obsession de ces derniers mois: la rappeuse coréenne Cheetah ! Je vous en parlais déjà en janvier, et depuis, elle a sorti son premier album, la pépite « 28 IDENTITY » ! Un album, ma foi, fort généreux puisqu’il contient quand même 18 chansons ! et elles sont signées « Cheetah », mais aussi « Kim Eun Young », soit son vrai nom. Et en effet, dans cet album, elle se livre à travers des paroles parfois très personnelles; j’y retrouve l’authenticité qui m’avait tant plu chez elle ! Si aujourd’hui, je partage le clip pour l’excellente « Bumpkins » qui est sorti il y a de cela quelques jours, j’ai aussi très envie de vous recommander « Stagger » que j’ai écouté presque non-stop pendant un mois.

Coup de coeur inattendu: Ikkyu-san de Wednesday Campanella ! Inattendu parce que je connaissais déjà le trio depuis un moment, mais je n’avais jamais accroché à leur musique, jusqu’à ce que… un de leurs clips déjà vieux d’un an se glisse dans mes recommandations Youtube. Alors, rien à faire, je n’accroche toujours pas à leurs autres titres, et ce n’est pas faute d’avoir donné leur chance aux autres singles de leur dernier album « SUPERMAN », mais en attendant, Ikkyu-san, qui mélange pop et hip-hop, est l’exception qui confirme la règle.

Gucci gucci gucci ! J’ai toujours bien aimé Jessi. Ca a été le coup de foudre dès lors que j’ai entendu sa voix dans « Who’s your mama? » de J.Y. Park. Je la suivais de loin, et c’est justement parce que j’avais envie d’en voir plus que j’ai commencé Unpretty Rapstar. L’émission a ravivé la flamme de ma passion pour Jessi, et depuis décembre dernier, j’écoute les cinq chansons de son EP « UN2VERSE »en boucle ! Super catchy, avec des punchlines de tueuse: c’est une « bad bitch », et elle ne fait pas semblant !! On retrouve bien son franc-parler et sa confiance en elle dans chacune des pistes.

La sortie du premier album d’Hayley Kiyoko approche à grands pas (J-13 au moment où j’écris cet article !), et je le dis et je le redis, mais au vu des singles sortis jusque là, il s’annonce plus que prometteur. Je vous l’avais déjà dit quand j’avais parlé de mon coup de cœur pour Sleepover dans un précédent article, mais, même si je n’ai jamais rien eu contre la musique d’Hayley Kiyoko, je ne m’en serais jamais dit « fan ». Là, après Sleepover, Feelings, et maintenant Curious et Let It Be, je suis totalement et complètement vendue ! Son style a bien mûri depuis Citrine, sûrement parce qu’elle s’est affirmée entre temps. En attendant l’album, je vous laisse sur Curious (jamais une chorégraphie ne m’avait autant donné envie de me mettre à la danse ! elle rend ça vraiment fun !!).

Un par un, les membres du groupe BIGBANG, s’en vont pour leur service militaire obligatoire. Le 13 mars, les « rois de la k-pop » ont sorti une dernière chanson avant leur hiatus, pour remercier et saluer les fans, avec la promesse de revenir au plus vite. C’est un plaisir de retrouver Bigbang, même si c’est pour aussitôt se quitter. Une très belle chanson, touchante, et un peu joyeuse, mais avec un goût doux-amer. Après, je vous avoue que je m’attendais à être un peu plus émue que ça, mais même sans service militaire, le groupe (ou, plus précisément, le vrai coupable, la YG) nous a déjà habitué aux longues pauses, donc… je ne sais pas si je ressentirais la différence. De plus, le groupe laisse un excellent album derrière lui pour nous faire patienter.

Si vous vous êtes déjà intéressés à Lana Del Rey au-delà de Video Games, vous savez qu’à côté de ses six albums, elle a aussi un nombre hallucinants de chansons qui ne sont jamais sorties du studio, et… peu importe de quand elles datent, elles leak systématiquement. Il y en a un paquet, que je découvre et redécouvre constamment, et ces derniers temps, je ne jure plus que par Fine China. Enregistrée pour Ultraviolence, la chanson n’aura pas su trouver sa place sur l’album, et même si une partie de moi le comprend, le style étant trop différent du reste, l’autre se dit que c’est quand même dommage parce que qu’est-ce qu’elle est belle !

J’avais un peu délaissé frederic, groupe que j’avais découvert avec oddloop (que j’avais d’ailleurs partagé dans une autre playlist, « les anciens savent » comme on dit!). Je me suis re-penchée dessus après avoir appris un peu tard qu’ils avaient fait le générique de l’anime Koi to Uso ?! Anime que je n’ai pas regardé, mais peut-être que ce petit détail aurait pu m’y pousser si je l’avais su plus tôt. Bref, j’étais curieuse de voir ce qu’ils avaient fait depuis le temps, et… voilà où j’en suis aujourd’hui, à écouter ONLYWONDER encore, encore et encore. Le single date de 2016, et accompagnait la sortie de l’EP du même nom, mais l’année dernière, ils en ont encore sorti un autre, « TOGENKYO » ! Verdict: j’aime toujours autant.

Tout ce qui a marqué ma fin d’année !

J’aime bien garder une trace de tout ce que je lis, tout ce que j’écoute et tout ce que je regarde, donc je vous propose aujourd’hui de passer rapidement en revue ce qui a marqué la «««fin de mon année»»».

Les guillemets sont de rigueur car j’ai lu Ganbare! Nakamura-kun!! cet été ! Ca remonte, l’air de rien ! Je ne suis pas très BL, mais j’ai complètement craqué pour l’histoire de cet amoureux transi; le style rétro est tout à fait à mon goût, ça tient en un tome, c’est drôle, et super mignon. (Il va sortir en anglais chez Seven Seas cette année ! à ne pas rater !)

Ca remonte à encore plus loin mais j’ai aussi lu La fille aux sept noms, un roman autobiographique par Hyeonseo Lee, une réfugiée nord-coréenne. Impossible de ressortir indifférent de cette lecture où l’autrice nous raconte tout, de son enfance dans la dictature, sa fuite, celle de sa famille, et l’accueil reçu en Corée du Sud. Cette femme a un courage sans borne, et les témoignages comme le sien sont rares et précieux; c’est important de se rendre compte de la réalité à laquelle font face les nord-coréens en ce moment-même. (A lire également: Je voulais juste vivre, de Yeonmi Park; j’en avais parlé il y a un peu moins d’un an sur ce blog.)

Plus récemment, j’ai regardé un film que je voulais voir depuis longtemps: The Love Witch ! En une phrase: c’est une sorcière qui utilise sa magie pour séduire les hommes et les rendre fous amoureux d’elles, tellement qu’ils en meurent. Le film se casse complètement la gueule dans sa dernière demi-heure, et je n’adhère pas forcément au message féministe qu’il veut faire passer, mais l’esthétique est à tomber. Presque autant que l’actrice dans le rôle principal. Le film est sorti en 2016 mais recréé parfaitement l’esthétique des productions des années 60: si c’est votre truc, foncez. (La bande-annonce pour vous donner une idée.)

Immense coup de cœur pour un des derniers singles de la chanteuse coréen IU. Last night story est un titre de son dernier EP, « A Flower Bookmark 2 » où elle réinterprète de classiques des années 60 à 2000, comme ici par exemple la chanson de SoBangCha sorti en 1988. (J’avais déjà parlé d’IU dans un autre article pour partager « Palette » où elle chantait accompagnée de G-Dragon, un autre énorme coup de cœur !)

Pendant que je révisais pour mes partiels, les rares pauses que je m’accordais étaient consacrées à What does the fox say ?, un manhwa que je voulais lire longtemps, sans même savoir de quoi ça parlait !, j’en avais juste vu des extraits, très explicites, mais très… alléchants. Ca commence avec Seongji qui rejoint une boîte et tombe très vite sous le charme de sa manager, Sumin; et tout pourrait bien se passer si Sumin n’avait pas un passé chargé et une ex avec qui elle a encore une relation très ambiguë. J’ai été surprise par le ton « mature » de l’histoire, on est loin d’une romance rose bonbon, on a plutôt affaire à des relations toxiques, de la tromperie,… et beaucoup de sexe. Une lecture assez plaisante, et qui change de ce qui se fait d’habitude. (Le prologue et les trois premiers chapitres sont gratuits sur Lezhin !)

J’ai aussi eu l’occasion d’aller voir Coco au cinéma, et je ne suis sûrement pas la première à vous le dire, mais c’était trop bien ! J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, et j’ai dû vite les sécher avant que les lumières ne se rallument, mais c’était trop bien ! Après quelques films décevants, j’ai l’impression de retrouver le Pixar que je connais. (Une bande-annonce au cas où vous n’en aurez pas encore vu !)

A mon grand regret, j’ai aussi vu The Neon Demon. C’est sur le milieu d’une mannequinat, et on y suit une jeune fille qui est maladivement jalousée par ses collègues. Je n’avais jamais vu un film aussi… prétentieux. Et aussi vide. Les « symboles » ne veulent rien dire, les dialogues sont embarrassants tant ils manquent de naturel, et les scènes se voulant choquantes sont tellement dans l’excès que ça en devient ridicule. Le réalisateur adooore ce qu’il fait, et passe le film a faire de longs plans interminables mais « esthétiques ». Rien ne va. Le mal est fait, ce film existe, maintenant je ne peux qu’espérer que ce mec s’abstienne d’écrire des personnages féminins (et surtout des lesbiennes) à l’avenir. (Si malgré tout vous voulez voir la bande-annonce…)

Enfin, ce mois de décembre, j’ai dévoré la première saison d’Unpretty Rapstar, où différentes rappeuses s’affrontent pour gagner une place sur l’album de l’émission. Après en avoir vu quelques extraits, je me suis finalement lancée pour y voir Jessi, une chanteuse que j’adore depuis que je l’ai entendu briller sur une chanson de J.Y. Park. J’ai tout de suite adoré le concept, les participantes, le DRAMA, et surtout, Cheetah ! Depuis, j’écoute sa chanson pour la demi-finale en boucle: Coma 07′, inspiré d’un accident qui l’avait laissée entre la vie et la mort quand elle était encore adolescente. (J’avais les larmes aux yeux quand elle l’a chanté en live !)

Slice of Life #23

xg3a3zm

Crush du mois de février: Tsukishima ‘Tsukki » Kei, Haikyuu!!

Tiens, tiens, comme on se retrouve.

Je n’ai pas écrit de Slice of Life ces deux derniers mois parce que… parce que pas besoin. Mieux vaut ça que de parler pour ne rien dire.

Ce qui m’a motivé à m’y remettre ce mois-ci, c’était l’envie de vous raconter mon voyage en Croatie. En effet, le 21 avril, j’ai atterri à Kaštela, pour une semaine dans une ville non loin: Split.

tumblr_n5swxz8HtU1skw6elo1_500

La première photo que j’ai posté sur les réseaux sociaux, c’était une vue depuis l’avion qui donnait sur les îles; tout le monde en a conclu que j’étais en vacances dans un lieu paradisiaque, mais… on reste dans l’Est de l’Europe, au mois d’avril… la réalité était tout autre. Heureusement, ce n’est pas une bourrasque ou deux qui vont m’empêcher de profiter du voyage.

split

split

Lire la suite