Été 2019. Kehl, Europa Park, Luxembourg Ville, Naples, Stockholm.

Voilà maintenant presque un an que je promets cet article et je ne m’attendais vraiment pas à ce que, ironiquement, j’aie finalement l’occasion de l’écrire pendant une pandémie. Au vu des circonstances actuelles, j’ai d’ailleurs envisagé de l’abandonner, en me disant que ce n’était pas vraiment le moment de parler tourisme… Mais plus le temps passe, plus on reste enfermé-e-s sans trop savoir de quoi le futur sera fait, plus ça me fait du bien de me replonger dans ces souvenirs et plus j’ai pensé que ça vous ferait peut-être aussi plaisir de voyager un peu à travers les photos que j’aimerais partager avec vous.

En effet, de mai à septembre 2019, j’ai eu la chance de pas mal bouger ! Parfois loin, et d’autres fois, pas tant que ça, mais en tout cas, j’ai pu visiter de très beaux endroits… Et aujourd’hui, je vous propose qu’on se pose sur le canap’ pour une bonne vieille soirée diapo.


Kehl, Allemagne

Si le nom ne vous évoque rien, nul besoin de remettre votre culture générale, Kehl n’est pas exactement une destination touristique… c’est simplement la ville allemande à la frontière de Strasbourg, accessible en tram. Il n’est donc pas rare que les strasbourgeois-es s’y rendent pour tous les avantages que l’Allemagne a à offrir, à commencer par des prix beaucoup plus abordables dans les supermarchés et, pour celles et ceux que ça intéressent, dans les bureaux de tabac. J’ai eu l’occasion d’y aller plus d’une fois au cours de cette année universitaire, mais jusqu’à la toute fin de ma L2, je n’y avais encore jamais mis les pieds ! Mais à un moment, avec une amie, on s’est dit que c’était « maintenant ou jamais » et tout de suite après nos derniers examens, on a sauté dans un tram. Notre objectif : le Weißtannenturm.

Je n’étais pas sûre que cette escapade ait sa place dans cet article parce que c’était l’affaire d’une après-midi à quelques arrêts de trams de chez nous, donc pas vraiment un « voyage », mais… j’estime avec quand même fait un peu de tourisme ce jour-là ! Et c’est une après-midi dont j’ai un si bon souvenir que je tenais à en garder une trace quelque part.


Hôtel Krønasår, Europa Park

Bon… là non plus, « voyage » n’est pas le terme le plus approprié, ce n’est pas comme si aller à Europa Park était particulièrement dépaysant dans la mesure où ce n’est pas bien loin non plus et que j’ai la chance de pouvoir y aller assez souvent. Ce que je n’avais encore jamais fait en revanche… c’est y dormir ! En effet, Europa Park dispose d’un complexe hôtelier qui n’a rien à envier à celui de Disneyland Paris, mais… ça représente un certain coût et il n’y a pas d’intérêt à investir là-dedans quand on habite assez près pour se permettre de faire l’aller-retour.

Ceci étant dit… une occasion assez exceptionnelle s’est présentée avec l’ouverture du nouveau parc aquatique Rulantica. A ce moment-là, il n’était pas encore ouvert et, officiellement, l’hôtel qui y est rattaché non plus, mais les employé-es du parc avaient le droit à une sorte « d’avant-première » avec une offre très intéressante : 50€ la nuit pour une chambre pouvant accueillir jusqu’à quatre personnes (maintenant, pour une chambre standard, on serait plutôt aux alentours de 90€ par personne…). Franchement, à ce tarif là, pourquoi pas se faire un petit plaisir…

Je n’ai rien à reprocher à cet hôtel et je constate qu’Europa Park place la barre assez haut niveau hébergement mais… je continue à penser que rien ne justifie des prix aussi élevés (auxquels il faut encore rajouter les billets d’entrée au parc) !!! Contente d’avoir eu l’opportunité de faire l’expérience de ce petit luxe que je ne me serais pas permis d’habitude…


Luxembourg Ville, Luxembourg

Avant de passer aux choses sérieuses… j’aimerais encore revenir sur une petite virée d’une journée dans un pays frontalier… le Luxembourg ! Sa capitale n’est pas bien loin de chez moi, c’est un trajet d’un peu moins de deux heures en voiture, mais je n’avais encore jamais eu une bonne raison d’y aller jusqu’au jour où ma famille et moi avions envie de bouger un peu, de voir de nouvelles choses, et qu’on s’est simplement dit… pourquoi pas…

Une bonne sortie ponctuée de quelques déceptions mais, dans l’ensemble, je garde un bon souvenir de cette ville et ça ne me déplairait pas d’y retourner pour explorer les coins que j’ai manqué la première fois !


Naples, Italie

Arrive enfin le mois de juillet et là, on bouge vraiment ! J’ai passé une dizaine de jours à Naples, une destination qui n’a pas manqué de surprendre autour de moi… C’est en effet une ville qui souffre d’une réputation pas très glorieuse à cause de la saleté et des pickpockets mais qui a pourtant tant à offrir ! On entend beaucoup de choses à son sujet, et même moi, en me renseignant avant de partir, j’ai lu tout et son contraire, mais aujourd’hui, je peux enfin partager ma propre expérience…

…et ce que je peux dire, c’est que c’est l’une des plus belles villes qu’il m’ait été donné de visiter. C’est le souvenir que j’en garderai et l’image que j’aimerais que vous reteniez.

Certes… il y a des déchets… partout… mais il faut aussi prendre compte que c’est une ville pauvre (et les conditions dans lesquelles vivent certaines personnes devraient alarmer davantage que la propreté des rues…) et quand j’ai eu peur pour ma sécurité, c’était plus à cause des scooters que des hypothétiques vols à la tire… Même la nuit, je n’étais pas plus sur mes gardes que dans n’importe quelle autre grande ville.

Après, ça ne reste que mon expérience sur une période relativement courte mais je pense qu’à partir du moment où on sait où on met les pieds et qu’on reste ouvert-es d’esprit, rien ne peut se mettre en travers d’un très beau séjour à Naples. C’est une ville riche en histoire et en culture, on y mange mieux que n’importe où ailleurs, on peut y faire de très belles rencontres et… c’est dommage qu’elle soit réduite à quelques idées reçues. J’espère réussir à vous communiquer ça avec les photos ci-dessous…

Je regarde toutes ces photos avec un petit pincement au cœur parce que pas un jour ne passe sans que Naples ne me manque !!! Si vous ne connaissiez pas cette ville, j’espère que vous avez aimé la découvrir à travers ces photos ; j’en ai encore quelques unes en stock et si vous voulez notamment voir des photos de l’intérieur du palais royal et de la Villa Pignatellia, vous pouvez faire un tour dans ma story « 🇮🇹 » (c’est tout bêtement le drapeau de l’Italie, au cas où l’emoji ne s’afficherait pas correctement!) sur mon instagram @lea0ft !


Tokyo, Osaka, Japon

Le mois suivant, après plus d’un an de préparations et d’excitation, je me suis envolée pour le Japon avec deux de mes meilleures amies ! Mais ça… vous le savez déjà. J’en ai déjà parlé dans l’article que voici :

MOI, AU JAPON. SAISON 4.

Je vous invite à le lire si ce n’est pas déjà fait ; même si vous avez déjà suivi mes précédentes aventures au Japon et que vous allez revoir quelques lieux dont j’ai déjà parlé par le passé, ce voyage-là est quand même un peu différent ! C’est la première fois que je partais avec des amies, la première fois que j’étais au Japon en tant que végétarienne (c’est tout un tas de péripéties !) et j’ai vu mais aussi fait plein de nouvelles choses !


Stockholm, Suède

Et enfin… pour bien commencer l’année universitaire… je me suis enfuie à Stockholm !!! Avec ma mère, on rêvait de visiter cette ville depuis longtemps, et on l’a enfin fait à l’occasion de son anniversaire ! Et quelques autres membres de notre famille, avec lesquels je n’avais encore jamais eu l’occasion de voyager!, étaient au rendez-vous, ce qui a rendu ce séjour encore plus sympathique !!

Ce n’était que le temps d’un week-end mais, financièrement, c’est ce qu’il y a de plus raisonnable, et c’est largement suffisant pour tout voir ou presque. C’est grand! mais avec un peu de bonne volonté, on peut tout faire à pieds !

Et avec ce voyage s’achève mon été de globe-trotteuse… J’étais bien partie pour refaire pareil cette année mais tout ne s’est pas passé comme prévu… ! En tout cas, en ce temps particuliers et très difficiles, j’espère que vous et vos proches vous portez bien et que cet article vous aura un peu changé les idées.

Moi, au Japon. Saison 4.

Saison 4 ! Saison 4 !? Non mais vous vous rendez compte ?!

Le plan, c’était avant tout de vous parler des autres petits (et grands) voyages que j’ai fait cet été, parce que je voulais faire les choses dans l’ordre (tout simplement !), mais… comme je ne poste déjà bien pas souvent sur ce blog, autant vous donner ce que vous voulez tout de suite ! Voilà donc le récit de mes aventures japonaises.

Aventures que je ne vais pas non plus vous raconter dans les moindres détails parce que j’ai suivi un itinéraire assez « classique » et je pense que vous avez assez vu mes photos du Sensô-ji… donc je vais surtout me concentrer sur ce que j’ai fait de nouveau, sur ce que j’ai vu pour la première fois,… histoire de vous donner un maximum de contenu *inédit* !

  • C’est toujours et encore en août que je suis partie ! Et à nouveau pour deux semaines (du 9 au 22, si vous voulez tout savoir). J’étais une semaine à Tokyo, une semaine à Osaka.
  • J’étais en la très bonne compagnie de deux de mes meilleures amies, qui allaient au Japon pour la toute première fois ! (D’où l’itinéraire dit « classique », parce qu’il fallait bien qu’elles passent par les « incontournables!! », que j’ai refait avec plaisir… mais qu’il ne serait pas forcément intéressant de vous remontrer pour la troisième ou quatrième fois !)
  • Et quant à moi… c’était la première fois que je voyageais sans la présence d’un parent !? et donc la première fois que j’étais plus ou moins « en charge » de l’organisation !!!

On a volé avec Aeroflot : pas très bonne réputation, on m’avait fait très peur!!!, mais les prix restaient imbattables alors j’ai pris le risque… ! Finalement, c’était pas pire qu’une autre compagnie, nos vols étaient à l’heure, nos valises sont arrivées à bon port (et jusque là c’est tout ce qui compte), l’aéroport de Moscou était… particulièrement chaotique et la nourriture qu’on nous a servi était particulièrement mauvaise même pour de la bouffe d’avion mais ça peut aussi arriver ailleurs… ce qui m’importe, c’est d’arriver en un morceau (et avec toutes mes affaires !) à ma destination.

img_3395

Petit festin qu’on nous a servi non pas une mais deux fois… la chance…

On logeait dans le quartier de la gare de Shin-Okubo ! Encore et toujours, rien de nouveau de côté là ! C’est la quatrième fois que je vais à Tokyo et la quatrième fois que je pose mes valises dans ce quartier là, et pourtant… j’ai failli ne pas honorer la tradition puisque je nous avais d’abord dégoté un appart sympa et pas cher à Nakano mais… au fur et à mesure que le temps passait et que les commentaires se rajoutaient sous l’annonce, les remarques qui revenaient le plus étaient sur la propreté qui laissait à désirer (cafards et compagnie !) et sur le fait que le proprio entrait à sa guise dans l’appartement (?!?!?!). Je me suis empressée de chercher un remplacement, et le destin m’a ramenée à Shin-Okubo.

2e88c926-8ec9-4ca5-9794-83b8e46ec30f

On a commencé notre exploration de Tokyo en… nous couchant dès réception des clefs de l’appartement et en dormant jusqu’à 3h du matin. Notre première sortie aura donc été nocturne !

img_3435

Depuis la dernière fois où j’y ai séjourné pour une semaine (je n’étais restée sur Tokyo qu’une nuit l’année dernière), le quartier coréen est devenu extrêmement populaire ! L’atmosphère y était vraiment particulière à 5h du matin… nous n’avons plus jamais revu le coin comme ça au cours de notre séjour, lui qui est maintenant si animé et où se déplacer est devenu laborieux !

5h, les métros commencent à rouler, on se met en route pour Shibuya. Tôt le matin, c’est un autre endroit ! C’est complètement vide, les grands panneaux publicitaires sont encore éteints, Hachiko est tout seul,… Pas l’ombre d’un touriste, que des gens du coin qui décuvent.

img_3441

Le Shibuya Crossing dépeuplé !

img_3436

J’ai ensuite laissé mes amies à leur sieste pour aller… au cinéma ! Et je suis sûre que vous avez une petite idée de ce que je suis allée voir…

img_3487

J’étais un peu émue, on ne va pas se mentir… Pouvoir aller voir Free! sur grand écran, mais aussi avoir atteint un niveau de japonais qui me permette d’aller au cinéma tout court !? Et rien que le fait d’aller voir une production de Kyoto Animation après tout ce qu’il s’est passé a suffit à me faire lâcher une petite larme dès que leur logo s’est affiché au début du film.

Le film était super, Free! comme on l’aime, et peut-être que j’en ferai une review plus détaillée si j’ai le temps. J’espère qu’il nous parviendra tôt ou tard pour que tout le monde puisse en profiter.

Quelle expérience ce fut en tout cas ! J’avais très peur que le film ne soit plus en salles quand j’arrive et/ou qu’il n’y ait plus de place pour aller le voir, mais finalement, il m’a sagement attendu et comme j’y suis allée une semaine où il n’y avait plus de tokuten, je n’ai pas eu besoin de me battre pour réserver une place.

img_3488

Le cinéma est un luxe au Japon !!! Ca fait 16€ !!!

Non loin se trouve un autre cinéma, celui de la Toho, et j’en ai donc profité pour aller saluer mon ami Godzilla. J’étais trop contente que ça soit aussi proche ; depuis que j’ai commencé à regarder les films, je m’étais mis en tête d’aller voir la « Godzilla Head » de l’hôtel Gracery, hôtel qui a donc des chambres Godzilla avec vue sur sa grosse tête (mon rêve!!!). Je suis juste passée lui dire coucou de loin mais on peut y monter ! Au septième étage, il y a des posters de tous les films Godzilla, et une terrasse où vous pouvez boire un verre et approcher la fameuse tête, qui, de temps en temps, fait du bruit et crache de la fumée. Au coin de la rue, il y a également un magasin Don Quijote avec un rayon Godzilla bien fourni, pour celles et ceux qui aimeraient un petit souvenir !

img_3481

Après cette petite sortie en solo (où je suis donc passée par Kabukichô et là encore : ambiance totalement différente à 8h du matin…), j’ai rejoint mes copines pour une virée à Nakano.

img_3499

Le soir, direction Shimokitazawa (une première pour moi!), quartier connu pour ses friperies, sauf que… les friperies, c’est plus ce que c’était : c’est cher ! Tout était bien au-dessus de notre budget mais le coin est quand même sympa, et en plus, on n’est pas venues pour rien parce que… il y avait un festival ! Super ambiance, on ne s’est pas attardées mais on a quand même eu le temps de profiter d’un peu de Bon Odori.

img_3524

On a eu la chance d’avoir un magnifique ciel lorsqu’on est arrivées !

IMG_20200613_134736.jpg

Le lendemain, on avait pour projet de faire des photos dans un purikura, vêtues de nos t-shirts Super Nanas assortis ! Et pour ça, on s’est rendu au Game Center Sega d’Ikubukuro (qui a un étage consacré), et là… qu’avons-nous eu le plaisir de trouver ?! Un purikura qui faisait une collab’ avec la série ?!?!?! Coïncidence ? Impossible, la vie n’est pas aussi bien faite, c’est le destin.

img_3560

J’ai une amie qui aimerait mieux que les photos qu’on y a prises ne finissent pas sur internet, mais laissez-moi vous dire qu’elle sont trop, trop, mignonnes !!!

Après un petit tour dans Ikebukuro…

img_3556

…où mes amies ont pu découvrir les joies du Animate, on s’est dirigées vers Harajuku, où elles ont pu découvrir les joies des crêpes de Marion Crepes… mais pas celles du parc Yoyogi qui, surprise!, était fermé (en rénovation, en vue des JO, mais qui rouvrira en octobre : tant pis pour nous ! il faudra… revenir…!).

img_3597

Le lendemain, il fallait le faire : Asakusa, le Sensô-ji, le fameux. Celui-ci, je commence à le connaitre… ! Et je ne prends plus trop de plaisir à y aller parce que c’est toujours tellement bondé de monde !!! En plus, il pleuvait un peu, donc tout le monde avait sorti son parapluie, et l’allée commerçante qui menait au temple était par conséquent encore plus étouffante que d’habitude. L’endroit est toujours impressionnant mais pas au point que j’aille le revoir une quatrième fois de moi-même…

Après ça, on avait pour objectif de rejoindre la Tokyo Skytree… à pieds !!! parce qu’on la voyait depuis le Sensô-ji et, comme toutes les tours, elle ne paraissait pas si loin ! Mais finalement, c’était quand même presque 2km. Ce qui ne me fait pas peur ! mais sous cette chaleur, on les sent passer.

img_3688

Traversée de la rivière Sumida !!!

C’était quand même une balade sympa !

Si on avait fait tout ce chemin, ce n’était non pas pour dépenser 30€ pour monter à la Skytree mais pour aller au Moomin Café qui est à son rez-de-chaussée ! En effet, tout autour, il y a un complexe commercial, « Solamachi », et c’est l’un des nombreux cafés / restaurants qu’on peut y trouver. J’y étais déjà allée l’année dernière à Fukuoka, et ça avait bien fait envie à une de mes amies, donc j’avais promis de l’y emmener à Tokyo ! La queue était beaucoup plus longue ici, on a attendu un peu plus d’une heure avant de pouvoir s’asseoir aux côtés de Little My.

img_3713

Delicious !

On était encore un peu en forme après ça, et comme on était dans le coin, on a décidé d’aller à Akihabara ! C’était maintenant ou jamais !

Il y a finalement peu de choses qui m’y intéressent, et ça valait aussi pour mes amies d’ailleurs, mais on avait quand même mis le quartier sur notre liste de choses à voir, pas pour ses magasins d’otaku ou ses maids cafés, mais pour son sex shop à six étages ! Le M’s Pop Life a une petite réputation, et il y avait d’ailleurs pas mal de touristes à l’intérieur ! On est tout de suite montées à l’étage consacré au plaisir féminin ; beaucoup de choix, il y en a pour tous les goûts !!, et pour tous les budgets ! Et mon budget dans ce domaine là était quasi inexistant donc je suis repartie avec une « magic wand » à… ~7€… J’ai des doutes sur la qualité de la chose !!! mais je ne voulais pas repartir les mains vides non plus… et qui sait, peut-être que j’aurai une bonne surprise…

img_3724

Retour à Shibuya, de nuit cette fois, et au lit !

On se lève tôt, on a des choses à faire à Ginza !

img_3767

Direction le Kabuki-za, un grand théâtre de kabuki qui propose d’acheter des billets pour un seul acte : idéal pour les gens qui veulent avoir un aperçu de ce qu’est le kabuki sans forcément vouloir y passer toute la journée (puisque c’est à peu près la durée d’une pièce). Par contre, pour ce type de billet là, pas de réservation en ligne possible, le seul moyen d’en obtenir est de venir au guichet le jour même et là, c’est premier arrivé premier servi ! Et je vous le dis tout de suite, d’expérience!!!, venir une heure en avance, ce n’est pas suffisant… on voulait voir le premier acte mais il était déjà sold out depuis longtemps quand on est arrivées… Mais du coup, on était très en avance pour le deuxième… alors on a pris des places pour le prochain acte, et certes, on a dû patienter un certain temps en rodant dans les alentours du théâtre, mais au moins, on a pu y aller, et on a même eu des places assises !

img_3778

Les places « single act » sont situé tout en haut, au fond de la salle, et il y a 90 places assises et 60 places « debout ». Le prix dépend de la pièce et là on en a eu pour un peu moins de 15€.

Les photos n’étaient bien sûr pas autorisées pendant la représentation mais vous pouvez vous douter que c’était un spectacle superbe, et une expérience unique ! Il faut dire que rien qu’entrer dans la salle impressionne déjà… Certes, on ne comprend pas grand chose, mais ça n’empêche pas d’apprécier la pièce parce qu’au-delà des dialogues, on peut profiter de la musique, des costumes, des décors, des lumières,… et si vraiment on a peur que la barrière de la langue nous empêche d’apprécier le spectacle, il y a des guides audio ! Donc je conseille vivement de tenter, ça fait un très beau souvenir !

img_3774

Puisqu’on était dans le coin, on est passées par Tokyo Station pour manger, et on a terminé la journée dans notre quartier.

Le lendemain, après un énième passage à Shibuya (pour… manger !), on est allées à Harajuku à pieds !!! en passant par Cat Street, une allée un peu « hipster », pas de grands buildings, juste des petites friperies (chères) et des cafés (chers), sympa pour se balader mais ce n’est pas ce que je qualifierais « d’immanquable ». Elle rejoint Omotesando où on a fait quelques magasins avant de se poser au Starbucks du Tokyu Plaza qui a un sympathique rooftop.

Et pour le soir, on avait de grands projets !!! Aller… au karaoké ! Je n’avais jamais eu l’occasion d’y aller, alors que c’est pourtant un des « trucs à faire » au Japon, mais, peut-être que vous c’est quelque chose que vous faites en famille, en ce qui me concerne, je me voyais mal y aller quand je voyageais avec ma mère et ma grand-mère. Ca tombe bien… là, pour une fois, j’étais avec des amies, et il y avait un Big Echo, juste là, en face de la gare, à quelques pas de notre appartement. On ne pouvait quand même pas l’ignorer !

Alors ce qu’il se passe quand on va au karaoké, c’est qu’on remplit un formulaire avec quelques informations persos (quand on vient pour la première fois) et on choisit la durée pour laquelle on veut occuper une cabine. Comme on n’était ni sûres de trouver des chansons qu’on connaissait ni… d’aimer, tout simplement !, on a commencé avec seulement une demi-heure, ce qui coûte… une somme dérisoire. Je ne sais plus combien exactement, mais… si mes souvenirs sont bons, même pas 3€.

Finalement, le temps de maîtriser la machine et de chanter Baby One More Time, la demi-heure était quasiment passée !!! Il y a un téléphone dans la cabine, et quand il ne reste plus que 10 minutes, on nous appelle pour savoir si on s’arrête là ou si on veut prolonger la session. On venait à peine de commencer donc on a repris une heure, et après, on s’amusait tellement qu’on a repris une heure encore, et avec des boissons cette fois-ci !!! C’était super, on a passé un très bon moment! Je me suis rendue compte que je ne savais pas chanter (et j’ai massacré Shallow), mais qu’est-ce que c’est chouette ! Le problème, c’est qu’on prolonge, on prolonge, mais on ne sait pas à combien ça va revenir ?! On nous demande si on veut continuer mais on ne nous rappelle jamais les prix ! Hé bien, 80€ en tout ! Je ne sais pas quel chiffre je m’attendais à voir s’afficher à la caisse mais… pas ça !!! Je suis tombée des nues ! Petit tuyau : le karaoké, c’est pas forcément cher ; les tarifs dépendent souvent du jour ou de l’horaire donc prenez ça en compte quand vous y allez !

Pour notre dernier jour à Tokyo, nous sommes allées dans le coin d’Akasaka pour voir le Hie-jinja. Avant de le trouver, on est tombées par hasard sur le Toyokawa Inari Tokyo Betsuin ! Une belle découverte !!!

Non loin, nous avons trouvé le sanctuaire !

img_3885

C’est par là que ça se passe !

Il faut un peu grimper pour l’atteindre, et ce en passant par une longue rangée de torii, ce qui nous a fait une petite préparation, un modeste échauffement!, pour Fushimi Inari-taisha la semaine suivante.

J’ai tout de suite enchaîné avec Ikebukuro où j’ai retrouvé mon amie Leticia !!! C’était avec elle que j’avais eu le plaisir de partager un moment au butler café, vous vous souvenez ? Après un rapide tour au game center où j’ai enfin pu tester le jeu d’arcade Love Live! (et je n’étais pas siiiii mauvaise!!), on est allées boire un verre au Milky Way Cafe. Un vrai bonheur que de la revoir !!!

img_3930

Le soir venu, direction Odaiba pour aller au très populaire teamLab Borderless, tellement populaire que les billets étaient sold out… on aurait dû y penser !!! On le saura pour la prochaine fois mais c’était quand même frustrant d’avoir fait tout ce périple pour rien (Odaiba, c’est loin, et le métro, ça coûte cher !).

img_3943

Ce coin, avec centres commerciaux, musées et grande roue s’appelle « Palette Town ».

Du coup, histoire de ne pas être venues pour rien, on a fait un tour au centre commercial Venus Fort. C’est comme une petite virée en Italie…

img_3968

img_3949

La partie la plus intéressante, c’est son ciel artificiel ! Comme vous avez sûrement dû le remarquer en comparant les deux photos, il évolue en fonction de l’heure, et c’est donc très joli le soir, quand le soleil se couche.

Collé au Venus Fort, il y a le Megaweb Toyota City Show Case (si vous voulez voir des voitures… ce qui n’est pas mon cas mais bon, si déjà j’étais là !) et son History Garage qui est un petit musée sympa et gratuit de l’automobile.

Tout ne s’est pas passé comme prévu mais au moins je n’ai quasiment vu que des nouvelles choses ce jour-là ! Et lendemain, il a fallu dire au revoir à Tokyo… mais on se reverra bien assez tôt !!!

On s’installe dans le shinkansen, et on descend à… Osaka ! On récupérait l’appartement relativement tard par rapport à notre heure d’arrivée donc on s’est arrêtées à la gare d’Osaka pour manger, et ensuite, on a rejoint le quartier de Namba où on allait loger pour le reste de la semaine ! L’appartement était… encore mieux que sur les photos, on était euphoriques en arrivant !!! Très spacieux, avec une très grande entrée !!! Un luxe ! Dans notre premier appartement, on n’avait tout juste assez de place pour nos valises !

158309454

boom !

158309427

boom !!

158309421

BOOM !!!

Après s’être installées, on est tout de suite allées explorer Dotonbori, qui était à environ 1km. La nuit était déjà tombée, le quartier était très animé, et mes amies ont adoré !

Le lendemain, on est tout de suite allées à Hiroshima ; de tout ce qu’on voulait faire, c’était la destination la plus éloignée, donc on s’est dit qu’on allait la faire tout de suite, pendant qu’on était encore en forme ! C’est la quatrième fois que j’allais à Hiroshima donc c’est typiquement le genre d’endroit sur lequel je ne vais pas trop m’attader parce que j’en ai déjà parlé en long et en large sur le blog, mais en gros : on a eu plusieurs imprévus qui nous ont beaucoup retardées, on a commencé la journée tard!, et on était un peu dans le rush pour voir tout ce qu’on avait prévu, mais on a réussi à faire le musée du mémorial pour la paix et son parc ainsi qu’un (très) rapide tour par Hondori Street.

Après cette grosse expédition, journée tranquille à la découverte d’Osaka. Juste en bas de chez nous, il y avait le Namba Yasaka-jinja, connu pour son gros bâtiment en forme de tête de lion !!!

img_4086

On s’est ensuite dirigées vers Dotonbori où on a fait un peu de shopping et où on avait repéré un Pasela avec un étage restaurant, consacré aux Honey Toast !!! C’était quelque chose qu’on s’était dit qu’on devait absolument manger au Japon, mais jusque là, l’occasion ne s’était pas vraiment présentée !

img_4110

Pas déçues, on a eu ce pour quoi on était venues, le nom ne mentait pas : c’est un gros toast recouvert de miel (et d’une garniture au choix). Un conseil : il faut s’y attaquer à deux au grand minimum pour espérer en voir le bout !!!

Le ventre plein, nous sommes allées au château d’Osaka. C’était la première fois que je le voyais de jour !

img_4131

J’ai ouïe dire que l’intérieur ne valait pas vraiment le coup, donc on s’est contentées de faire le tour du parc, et ça fait déjà une bien belle balade.

On a terminé la soirée dans le coin d’Amerika Mura et on est allées se reposer parce que pour une journée « tranquille », on avait quand même pas mal marché, et le lendemain, une grosse journée nous attendait !

En effet, nous avions rendez-vous à Kyoto ! L’année dernière, j’avais adoré la cérémonie du thé proposée par Ami Kyoto et je voulais absolument pouvoir partager ça avec mes amies !!!

img_4274

Des professionnelles nous enseignent les principes de la cérémonie du thé, font des démonstrations et dégustations, nous apprennent à faire notre propre thé,… C’est une expérience mémorable, que je ne pourrais jamais assez recommander ! (Et il y a aussi des ateliers de calligraphie et d’ikebana, si ça vous tente davantage…)

#tea #ceremony #kyoto #ikebana #calligraphy #class #workshop #tour #guide #thingtodo #kimono #geisha #samurai #ninja #flower #garden #experience #culture #travel #hotel #guesthouse #accommodation #sake #food #restaurant #craft #art #townhouse #history

Quelques ustensiles de la cérémonie du thé, toujours via Ami Kyoto. Cuillère à thé « chashaku » en bambou, bol à thé (« chawan »), louche hishaku, aussi en bambou, furo (foyer portatif) et mizusashi (récipient à eau froide).

En plus, les hôtes sont tellement gentilles et bienveillantes, on ne peut que se sentir à l’aise ! J’avais d’ailleurs gardé contact avec l’une d’elles et quelle joie c’était d’enfin pouvoir se revoir !!!

img_4271.jpg

Mais là, je ne vous raconte pas tout dans l’ordre ! Ledit rendez-vous étant à 16h, on avait la journée devant nous pour explorer Kyoto. Le problème, c’est que l’incontournable Pavillon d’or est particulièrement excentré et il faut bien une heure de bus pour y arriver (et aussi pour revenir du coup !). C’était une visite qui, rien qu’à cause du trajet, allait nous prendre du temps, donc on ne savait pas si on allait pouvoir voir autre chose, mais on s’est bien débrouillées, et on a aussi pu faire le Kiyomizu-dera ! Je commence enfin à maîtriser les déplacements en bus (ma kryptonite), ce qui a aidé…

Le Pavillon d’or, je vais vous le dire franchement, au bout de la troisième fois… il m’impressionne toujours mais je peux concevoir une visite à Kyoto sans… Là, c’était passage obligatoire parce que je ne pouvais quand même pas faire venir mes amies ici sans les y emmener ! Mais en ce qui me concerne, c’est bon, j’ai fait le tour.

img_4186

Et le Kiyomizu-dera… j’y étais allée une fois mais je n’étais pas rentrée ! Je l’avais vu de l’extérieur, ce qui est sans intérêt parce que la « vue » la plus intéressante, c’est celle sur la magnifique structure en bois du bâtiment principal… Ce dernier est visible seulement une fois qu’on pénètre dans le complexe, et cette fois-ci, j’y comptais bien ! Sauf que… il est en pleine rénovation…

img_4245

Et ce depuis 2017 !!! Morale de l’histoire : j’aurais dû y entrer en 2016 quand j’en avais l’occasion. Conclusion de l’histoire : je n’ai plus qu’à y re-retourner en 2020, après la fin des travaux !

Heureusement, il y a d’autres choses à voir, notamment le Jishu-jinja ou la Otowa no Taki. Donc, malgré tout, très très belle visite !

img_4234

Le Jishu-jinja est dédié au dieu de l’amour ; on y trouve notamment deux pierres séparées de 18 mètres, et quiconque arrivant à franchir cette distance les yeux fermés rencontrera ~le grand amour~.

img_4231

En contrebas, vous pouvez voir la Otowa no Taki, une cascade dont boire l’eau conférerait santé et longévité.

Juste après qu’on eut fini de redescendre l’interminable rue commerçante qui mène au temple, c’était le déluge ! Une vraie tempête ! Heureusement qu’on avait une activité intérieure de prévue ! Mais même après la cérémonie du thé, le temps n’était pas propice au tourisme, donc on a vu un bout de Gion (mais pas celui que je voulais!!), et quand le restaurant dans lequel on avait tellement hâte d’aller s’est avéré être exceptionnellement fermé pour la soirée, on s’est dit qu’il était temps de rentrer.

img_4284

Les abords de la rivière Kamo ont leur charme, même sous la pluie…

Le jour suivant, encore un rendez-vous ! Cette fois-ci, pour louer des yukata ! Et le lieu… Arashiyama ! On est passées par l’agence Wargo que… je ne suis pas sûre de recommander (en tout cas sur Arashiyama). J’ai eu un problème avec ma réservation (un mail pour me dire que j’avais annulé alors que non !?), le choix n’est pas très vaste, le personnel un peu froid, des suppléments surprise (mon amie a payer un supplément de presque 10€ parce que ses cheveux étaient soi-disant trop longs ?),… Une expérience bien différente de celle que j’avais eu l’année dernière, chez Kiwami Fujinoka (à Kyoto), mais bon, rien de dramatique non plus !

Le processus était le même (à quelques détails) : on commence par signer un papier qui stipule qu’on s’engage à payer des frais supplémentaires si on abîme, ou rend en retard, le yukata, yukata qu’on va ensuite choisir parmi une sélection qui correspond à la formule choisie (on avait la formule standard à 2900 yen, soit environ 24€, qui incluait la tenue et les accessoires, mais il y a des formules plus coûteuses qui incluent, par exemple, des kimono dits « luxueux » ou encore « modernes » avec du tissu de qualité supérieure ou des motifs plus originaux). On monte à l’étage où on va se faire habiller pendant une trentaine de minutes : où on nous enfile dans un premier temps un hadagi (sous-vêtement), et, une fois qu’on est bien serrées dans le yukata, on peut choisir un obi (ceinture), un sac (kinchaku) et un accessoire pour les cheveux (kanzashi). Avant de partir, on enfile les sandales (zôri) de notre choix, et c’est parti ! N’est-ce donc pas un attirail approprié pour une balade dans la forêt de bambous ?

Chose à laquelle vous devez vous préparer si jamais vous sortez en yukata : on va beaucoup vous prendre en photo sans vous demander votre avis !!! Mes amies ont eu un peu de mal à s’habituer à ça au début (et je le comprends parce que ça m’avait mise tellement mal à l’aise la première fois…!!! j’hésitais presque à réitérer l’expérience), mais on a quand même bien profité de notre promenade. Ceci dit, quand on n’a pas l’habitude de porter ce genre de sandales, ça fatigue très vite ! Donc comme au bout de deux heures, on n’en pouvait plus!!!, et qu’on voulait encore faire autre chose de notre après-midi, on est allées les rendre (il était aux alentours de 14h, mais on peut normalement les garder jusqu’à 17h).

En effet, on voulait encore se rendre au Inari Fushimi-taisha ! Celui-ci non plus, ce n’est pas la première fois que je le fais, mais je l’ai redécouvert avec grand plaisir. Cependant,  mes amies étant épuisées (et n’étant moi-même pas si en forme que ça), je me suis arrêtée exactement au même endroit que la dernière fois ! Donc je serais prête à y retourner une troisième fois rien que pour faire la randonnée en entier.

On arrive au dernier jour… qu’on a passé à Nara ! A ce stade-là de l’aventure, on était un peu radines, et on a donc tout fait à pieds !!! Ce qui nous a permis de voir un peu le centre-ville, et notamment de passer devant Nakatanidou, magasin de mochi (spécialisé en yomogi mochi) qui, tous les jours, offre un spectacle aux passant-es, à savoir… une démonstration de mochitsuki, c’est-à-dire la préparation du mochi.

On a rejoint le Kôfuku-ji…

img_4601

…fait un tour au parc de Nara, où nous étions en très bonne compagnie…

img_4615

…et on a, sur un coup de tête, décidé de faire un tour au Nara National Museum.

img_4669

Je lui connais une autre entrée, plus belle…

Il a une bien belle collection, et on a aussi pu profiter d’une sympathique exposition temporaire sur les créatures du folklore japonais.

img_4625

On ne pouvait bien sûr pas repartir sans avoir vu le Todai-ji…

img_4660

…et pour la première fois, je suis montée jusqu’au Nigatsu-dô ! C’est un des principaux bâtiments qui constituent le Todai-ji mais comme il est un peu éloigné du reste et qu’il se trouve sur une colline, tout le monde ne passe pas forcément lui rendre visite (les alentours étaient quasiment déserts quand on y était!)… C’est un tort, car il est superbe !!!

Sur le chemin du retour, on s’est arrêtées dans une petite boutique qui proposait diverses confiseries et boissons, toutes accompagnées d’un petit biscuit cerf. Moi, pigeonne, grosse touriste… je sors le porte-monnaie…

La fin était proche… et le voyage s’était passé sans trop de galères, dans la joie et la bonne humeur ! Mais pas jusqu’au bout, ça aurait été trop facile… Il faut dire que depuis le début, une ombre planait au-dessus de nos têtes, un problème non-négligeable nous guettait et nous avons fait de notre mieux pour l’ignorer, vivre dans le déni et profiter du voyage, mais les faits étaient là : le dernier jour, à cause de notre distance assez conséquente avec Narita, nous allions avoir très peu de temps pour rejoindre l’aéroport depuis la contrée lointaine d’Osaka, et le meilleur itinéraire (gratuit) que je ne vous avais trouvé nous faisait arriver, au plus tôt… une heure avant la fermeture des portes… C’est peu ! Jouable quand même, mais tout mon entourage m’a dit que je jouais avec le feu et mes amies craignaient le pire, puis je n’étais moi-même pas totalement confiante, donc j’ai quand même essayé de trouver une solution !

Au début, j’ai envisagé de prendre un Nozomi, un shinkansen particulièrement rapide, qui ne s’arrête quasiment pas, mais auquel les détenteur-ices de JR Pass n’ont pas accès, ce qui veut dire qu’il aurait fallu payer ! Mais ça nous aurait fait arriver à 9h30, bien en avance, nous laissant tout le temps dont on aurait pu avoir besoin… HyperDia nous avait annoncé l’équivalent d’une cinquantaine d’euros, somme qui faisait un peu mal mais qu’on était prêtes à dépenser pour avoir l’esprit tranquille. Sauf qu’au guichet, on nous en a demandé 140 !!! Demi-tour.

Finalement, on a opté pour un itinéraire qui nous faisait emprunter le Keisei Skyliner (au départ de Nippori) et qui nous faisait gagner une demi-heure, demi-heure qui allait sans doute s’avérer précieuse !!! Là encore, il fallait payer, mais une moindre somme ! Un peu plus de 1000 yen ! On a donc acheté les billets au début de la première semaine et après, on était plus ou moins sereines…

C’est lui !

Mais on avait raison de rester sur nos gardes car nous voilà prêtes à monter sur le quai lorsqu’on nous arrête pour nous dire qu’il nous manque un billet !!! En effet, pour prendre ce train, il faut payer le prix de la réservation d’une place, ET le prix du trajet ! Ce sont deux tickets séparés ! Mais nous n’avions que 15 minutes entre notre arrivée à Nippori et le départ du Skyliner, et on en avait déjà perdues quelques unes à simplement aller d’une gare à l’autre !!! Le temps qu’on comprenne ce qu’il nous manquait, comment ça fonctionnait, et surtout à combien ça revenait!!!, d’autres précieuses minutes s’étaient écoulées ! En plus, c’était la fin du voyage, on avait dépensé tous nos yen, aucune de nous n’avait prévu d’encore devoir sortir 20 balles pour payer un ticket surprise, et même s’il y avait eu un bureau de change non loin, on savait pertinemment qu’on n’avait plus le temps d’aller changer des sous !!!

Il était 10h, le train partait à 10h05, le suivant partait 30 minutes plus tard (donc bien trop tard pour qu’on puisse avoir notre vol), et on stressait à tour de rôle : je parlais au mec, je stressais, une de mes amies prenait la relève, puis elle stressait, donc c’était la troisième qui tentait de trouver une solution mais de toute évidence il n’y en avait pas, donc elle stressait, et là c’était à moi de gérer, et ainsi de suite,… Tout se passe très vite mais comme on était pressées par le temps, j’avais l’impression qu’on perdait des heures entières, et je me voyais louper notre avion, je commençais à me faire une raison, quand soudain, j’entends « credit card ? ». Je renais. « Credit card, yes. »

Comment !!! ça avait pu !!! ne pas me traverser l’esprit avant !!! Je n’utilise jamais ma carte au Japon, les japonais-es ne sont pas très carte de crédit de toute façon, la plupart des établissements ne l’acceptent même pas, puis c’est sans compter sur les frais à l’étranger ! Bref j’avais oublié jusqu’à son existence, mais ça y est, c’était son moment de gloire. Je la sors, je lui donne, je signe un reçu, tout se fait très vite. Si j’ai bien compris, on n’était même pas au bon endroit pour acheter le ticket manquant, mais ce qu’il a pu faire, c’est nous vendre les deux tickets en même temps, et me rembourser en liquide le prix de ceux qu’on avait déjà acheté, vous me suivez ? évidemment, j’ai tout acheté x3 parce qu’une de mes amies n’avait pas sa carte et, quand bien même, on n’avait pas le temps de chacune effectuer le paiement !

On voit le bout du tunnel, les tickets sont en cours d’impression, je ne suis toujours pas tout à fait calme parce qu’il est quand même 10h03, mais le type de l’autre côté du guichet m’assure « you have time ». Pas convaincue. On les a enfin en main, on fonce, on arrive sur le quai, le train arrive pile à ce moment là, on monte dedans et il repart aussi tôt. WAW ! 24 secondes chrono ! On s’assoit à nos places et on se liquéfie. Pendant un instant, la possibilité de rater notre avion était devenue très réelle !!! Tout ce qui nous attendait après ça ne nous faisait plus peur, une fois qu’on serait à l’aéroport, même si on venait à manquer de temps, on savait qu’on trouverait des solutions, parce que, au moins, on serait sur place !!!

Ceci dit, Narita étant Narita, nous n’avons pas rencontré le moindre problème et nous sommes même arrivées avec quelques minutes d’avance à notre porte d’embarquement… C’est donc la fin de ce voyage, mais pas la fin de cet article !!!

Avant de vous quitter, quelques remarques que je me suis faite pendant ce voyage et que je n’ai pas eu l’occasion de caser dans l’article plus tôt :

  • J’ai beaucoup plus parlé en japonais !!! L’année dernière, j’avais déjà un an de japonais derrière moi, mais j’étais encore un peu timide et pas tout à fait capable de comprendre tout ce qu’on me répondait, et là, même si c’est encore loin d’être parfait, et que, prise de court, je ne formule pas toujours des phrases aussi élaborées que ce dont je suis capable, hé bien, je vois quand même que j’ai fait bien des progrès, et je n’utilise quasiment plus du tout l’anglais ! J’ai vraiment hâte de voir quel sera mon niveau dans un an (et voilà donc une bonne excuse pour retourner au Japon !!!).
  • Comme je lis aussi de plus en plus, et que j’ai maintenant accès à plus de choses qu’avant, j’en profite!!! Et, résultat, je n’ai quasiment acheté que des livres ! Et quasiment pas de goodies ! Je suis devenue une autre femme : maintenant, quand je rentre dans un Animate, je peux en ressortir les mains vides ! Il faut dire que je regarde aussi de moins en moins d’anime, donc toutes les nouvelles séries qui sont en rayon me parlent moins, mais je suis aussi moins matérialiste, je ressens moins le besoin d’acheter des produits dérivés des séries que j’aime, donc mes achats étaient bien différents des années précédentes. (Notez que je ferais toujours une exception en ce qui concerne Nitori !)

rzigib17um831

Pendant que j’étais à Osaka, j’ai notamment lu « I’m loved by genderless boy » de Tamekou, dont la couverture me faisait fort envie et dont j’avais déjà un peu entendu parler, et j’ai adoré ! J’en parlerai plus en détails dans un article mais en attendant, sachez qu’il sortira en anglais sous le nom de « My Androgynous Boyfriend » l’année prochaine !

  • Moins personnel, plus général : manger végé en dehors de Tokyo, c’est une vraie galère ! Déjà à Tokyo, c’était pas trop ça, mais on a réussi à se nourrir même si on ne peut pas entrer dans le premier restau qu’on voit, qu’on doit parfois faire du chemin pour trouver un endroit correct où manger, et qu’on a vite fait le tour du peu d’options qu’offrent les konbini,… Mais bon, on n’est pas mortes de faim. En dehors de la capitale par contre, ça se complique… On a eu beaucoup de mal à manger à Osaka, et je m’y attendais, mais je pensais m’être suffisamment préparée, sauf que dans les faits, les restaurants sont parfois très loin d’où l’on se trouve, les magasins n’ont pas toujours les quelques produits sans viande qu’on s’attend à y trouver, et on se retrouve… au Domino’s ! Il y en avait un juste en bas de chez nous, vraiment la porte à côté!, et autant dire que… le personnel nous a beaucoup vues (on en était au stade « on n’a même plus besoin de passer commande parce qu’iels savent ce qu’on va prendre »). Et le comble, c’était qu’on prenait même pas de pizzas, parce que c’était hors de prix ?!, donc on prenait des sandwiches avocat-crevettes sans crevettes… voilà… notre alimentation à Osaka…

On a connu des galères, on a connu la faim, mais on a aussi bien mangé, et j’aimerais partager avec vous quelques repas et adresses mémorables. C’était mon premier voyage au Japon depuis que je ne mange plus de viande et tout ce que j’ai testé là, c’est vraiment « la base », les références en la matière, les adresses les plus connues des végétarien-nes et végétalien-nes, donc rien de bien intéressant si vous êtes déjà allé-es sur Tokyo en tant que vg mais ça peut servir pour celles et ceux pour qui ce n’est pas encore le cas, et même pour les non-vg qui seraient curieux-ses de savoir ce qu’on peut se mettre sous la dent.

Notre QG, à quelques minutes à pieds de chez nous ! Pas très typique comme cuisine, certes, mais une valeur sûre pour les végés ! Ain Soph est une chaîne dont les différents restaurants ne servent pas tous forcément la même chose : cuisine traditionnelle japonaise dans des bentô à Ginza, curry et hayashi rice à Kyoto, ou encore… burgers et burritos à Shinjuku ! En tout cas, peu importe la branche, tout est 100% vegan. Et 100% délicieux aussi !!! Le cheeseburger vegan est l’un des meilleurs burgers végés que j’ai eu l’occasion de manger ! Le fauxmage est particulièrement bon, et pourtant j’étais sceptique, parce que je n’en avais encore jamais goûté un qui m’avait convaincue, mais celui-ci… c’est d’un tout autre niveau !!! Tellement bluffée que j’ai testé leur mac and cheese et : un régal aussi, j’y repense encore souvent avec nostalgie.

Autre valeur sûre : T’s TanTan, restaurant de ramen vegan à la gare de Tokyo ! Là aussi, on a affaire à une chaîne, qui a une carte un peu plus variée dans son T’s Restaurant à Jiyugaoka, mais qui se spécialise avant tout dans les ramen. Je pensais que je n’aimais pas les ramen, mais c’était avant que je mange là-bas !!! J’ai testé celles que vous pouvez voir au milieu, les « tantan au sésame blanc » avec des carottes, des cacahuètes, plein de bonnes choses. C’était sa-vou-reux !!! (Aussi : on a acheté leurs nouilles instantanées pour des ami-es et elles ont eu un franc succès !)

Autre chose que j’ai récemment appris à aimer : les sushi ?! Je n’ai jamais vraiment mangé de poisson donc je ne me suis jamais trop penchée sur les sushi, ça n’avait pas l’air pour moi!!, mais à partir du moment où j’ai commencé à me pencher sur les options végés, je me suis rendue compte qu’en fait, je pouvais aussi y trouver mon bonheur ! Je me délecte maintenant d’inarizushi, de tamago sushi, ou encore de kappa maki. Mais où ?! Nous avons testé la chaîne Genki Sushi, qui, j’ai l’impression, est très populaire auprès des touristes, parce qu’on y est allées un soir où, sur la liste d’attente, y’avait pas un seul nom japonais… On peut comprendre pourquoi : le concept est rigolo ! On commande sur une tablette, et notre commande arrive sur un tapis roulant, exactement comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessus et les prix sont très raisonnables (pour les plus basiques, c’est 108 yen pour deux sushi ou six maki, donc même pas un euro !, et les prix augmentent en fonction de la rareté/qualité/quantité de la garniture). Si on s’était tournées vers ce resto là, c’est parce que quand j’ai cherché une adresse avec une assez large sélection de sushi végés, c’est celui-ci qui est sorti en premier.

Un classique ! connu de tous et toutes ! CURRY HOUSE COCO ICHIBANYA !!! Qu’une de mes amies n’a pas aimé donc où on n’est allées qu’une fois mais !!!… que je recommande quand même fortement si vous n’avez pas peur des épices ! C’est une chaîne, pas vegan, mais dont certains restaurants proposent un menu végétarien : en voici la liste. Il y en a partout, c’est bon!, tout à fait correct pour une chaîne, saura mettre tous les amateur-ices de curry d’accord, végés ou non.

Le problème de la majorité des currys, c’est que, même si à priori ils ne sont pas accompagnés de viande, la sauce, le roux de curry, est généralement à base de viande (de bœuf, souvent), même si ce n’est pas visible (la plupart du temps il n’y aura pas de morceaux mais on garde la graisse pour faire la base). Donc méfiez-vous ! Si maintenant, vous allez par exemple dans un Coco Ichibanya qui n’a pas d’option végétarienne, mais que vous prenez un curry aux légumes, le curry ne sera pas végétarien pour autant ! Et ça vaut aussi pour les autres restaurants, du coup. Maintenant, si vous voulez vous faire un curry maison, la marque qu’on trouve le plus en France dans les épiceries spécialisées, le « Golden Curry », ne contient pas de viande, donc faites-vous plaisir…

img_3866

On s’éloigne des adresses végés un instant, mais il faut que je mentionne « Cha Te », parce qu’une de mes amies et moi-même sommes de grandes fans de bubble tea, et on a touché le jackpot en logeant à Shin Okubo où on peut en acheter tous les deux mètres… Et par un heureux hasard, le meilleur du coin était le plus proche de nous !!! Et je ne peux décemment pas vous parler de ce que j’ai mangé pendant ce voyage sans parler de boba étant donné que notre alimentation en était quand même composée à quasi 70%. Je n’ai pas pu tester Gong Cha, à Shibuya, qui fait fureur en ce moment (ça sera pour la prochaine fois !), mais je conseille Cha Tea, en particulier celui que vous pouvez voir ci-dessus (chocolat-sucre brun), si vous passez par le quartier coréen…

img_3996

Obligée de mentionner au moins une adresse à Osaka… Encore un restaurant de ramen ! Celui-ci s’appelle « Chabuton », et il est loin d’être vegan, mais il y a quand même deux options végés sur la carte : les ramen ci-dessus, et des gyoza aux légumes (c’est assez courant en France mais allez trouver des gyoza aux légumes au Japon ! une denrée rare). Moins séduite que chez T’s Tantan mais c’était quand même très bon !

Il y a d’autres établissements végés réputés à Osaka mais je n’ai malheureusement pas pu les tester car trop loin, pas ouverts,… multitude de raisons, mais si vous visitez la ville dans d’autres circonstances que moi, je suis sûre que vous tomberez dessus et pourrez en profiter. Le souci, c’est que, comme vous avez pu le voir, c’est une semaine où on était souvent en dehors de la ville, et quand on rentrait après une longue journée à Kyoto par exemple, on n’avait pas forcément le temps, l’argent, ou l’énergie, de faire des kilomètres pour aller dans un resto précis. Et, pas de chance, mais autour de chez nous, les options étaient limitées ! Il y avait bien un petit restaurant une rue plus loin qui précisait sur sa devanture que les végétarien-nes étaient les bienvenu-es, mais une fois à l’intérieur, on nous a proposé du riz, des fèves de soja, et… du calmar.

En tout cas, si jamais vous avez besoin d’une liste plus complète pour un futur voyage, que ça soit pour Tokyo ou Osaka, j’en encore bien d’autres adresses en stock et je partagerais avec plaisir… tout n’a pas pu être testé et approuvé par mes soins mais j’imagine que tout est toujours bon à prendre !

Et avant de vous quitter, je vais aussi rapidement vous faire part de mon budget, histoire que vous puissiez vous faire une idée d’à combien un tel voyage peut revenir !

  • Avion : 556€ par personne (aller-retour, pour un voyage en août avec Aeroflot à partir de Paris CDG, avec escales de 2h40 à l’allée comme au retour). Août est la période la plus chère, mais si vous pouvez partir… littéralement n’importe quel autre mois, vous vous en tirerez pour beaucoup moins cher (en admettant que vous preniez vos billets assez tôt ! Là, par exemple, j’avais regardé 9 mois à l’avance).
  • Tokyo : 616€ pour trois, en appartement, sur AirBnb. C’est CHER, vous pouvez vous loger pour bien moins (au moins 100€ de moins), mais comme on a changé d’appartement sur le tard, on a un peu douillé.
  • Osaka : 351€ à trois, en appartement, sur Booking.
  • JR Pass : 236€ par personne pour 7 jours.
  • Métro : au minimum 80€, avec une carte Suica. Ca pique !!! mais comme au bout de la deuxième semaine, on avait le JR Pass, on a pu réduire le coût des transports en utilisant des lignes JR.
  • Nourriture : 300€.
  • Et enfin, vos budgets « visites » et « souvenirs » dépendent de vous !

Comme je le disais, c’est juste pour vous donner une idée, mais chaque voyage va demander un budget différent qui dépendra de plein de facteurs !


Fin ! J’espère que cette lecture vous a plu… Si c’est le cas, hé bien, je ne demande qu’à vous reproposer le même type d’article l’année prochaine… on croise les doigts pour que ça se fasse… En attendant, il faut aller en cours !!! Je poste cet article à la mi-septembre donc la plupart d’entre vous sont sûrement déjà retourné-es à la fac ou au lycée, et… j’espère que ça se passe bien ! Je vous souhaite plein de réussites cette année. Quant à moi, j’ai aussi repris la semaine dernière, et vous allez donc encore moins me voir que d’habitude par ici, mais je ferai de mon mieux pour passer donner des signes de vie de temps à autre.

Cap sur Tokyo DisneySea !

img_6951

Hé oui, comme vous avez pu le lire dans mon dernier article, j’étais à Tokyo DisneySea pas plus tard que la semaine dernière, et maintenant que je suis de retour, je vais tout vous raconter.

On va d’abord faire les présentations pour celles et ceux qui ne connaissent pas : il y a deux parcs Disney au Japon, Tokyo Disneyland et Tokyo DisneySea. J’étais au premier il y a 5 ans, et j’ai toujours regretté d’être allé à celui-ci plutôt qu’à DisneySea. Vous voyez, Tokyo Disneyland est à l’image des autres parcs Disney ; si vous êtes allé-e-s à celui de Paris, vous ne serez pas tant dépaysé-e-s à Tôkyô. Même son château n’a rien d’original, puisqu’il est une copie de celui de Magic Kingdom, à Disney World en Floride. DisneySea en revanche… est un parc unique au monde. Il vaut davantage le détour que son voisin avec qui il partage le resort, mais à l’époque, compte tenu du prix des tickets, il fallait faire un choix, et j’ai porté le mien sur le parc que je considérais comme « le parc principal ». Mais bon, ce n’était que partie remise ! Continuons avec les présentations.

Contrairement aux autres parcs Disney, qui sont divisés en « lands »/ «pays », Tokyo DisneySea est constitué de différents « ports », qui sont au nombre de 7.

On entre dans le parc par Mediterranean Harbor. Parfaite reconstitution d’une ville italienne de la Renaissance. Un de mes endroits préférés du parc, on s’y croirait !

 

 

American Waterfront, l’Amérique au début du XXème siècle. Une partie évoque New York, et l’autre, Cape Cod. Probablement dans mon top 3 si j’y faisais un.

 

 

Port Discovery se veut un peu plus futuriste ; c’est un peu notre Discoveryland parisien si c’était un port. On y trouve aussi la Marine Life Institute du Monde de Dory.

 

 

Lost River Delta, si on compare toujours, ressemblerait un peu à notre Adventureland, sauf que c’est une jungle d’Amérique Centrale ; d’où la pyramide aztèque.

 

 

Arabian Coast est, je crois bien, l’endroit que j’aime le plus avec Mediterranean Harbor. Inspiré de l’univers d’Aladdin, on y retrouve le palais d’Agrabah et son marché.

 

 

Quant à Mermaid Lagoon, c’est l’univers de la Petite Sirène. Cet endroit du parc est sous-terrain, pour donner l’impression d’être « sous l’océaaan », et recréé le royaume de Triton.

img_7084

 

 

Enfin, Mysterious Island est l’espace au cœur du grand volcan qui trône au centre du parc. C’est un peu lui, le « château » du parc (et à certains moments de la journée, il entre en éruption et du feu en sort !). Cette partie s’inspire de l’œuvre de Jules Vernes.

 

 

Certains endroits sont majestueux au point qu’aucune photo ne puisse vraiment leur rendre justice, mais j’espère que cette petite présentation vous aura donné un bon aperçu. Beaucoup le considèrent comme le plus beau parc du monde… et je suis assez d’accord.

Mais qu’en est-il des attractions ?

On ne se voilait pas la face, on savait qu’on n’allait pas en faire autant qu’on voulait à moins de passer la journée dans des files d’attente. On aura finalement réussi à en faire quatre, et honnêtement, c’est quatre attractions de plus que ce que j’aurais imaginé…

On a commencé avec Journey to the Center of the Earth à Mysterious Island. Considérée comme une attraction incontournable du parc, on s’est dit que si on devait faire la queue pour quelque chose, c’était bien ça. Alors à peine arrivée au parc, on a fait deux bonnes heures de queue ; dans aucun parc je n’avais encore fait autant d’attente dans une attraction, mais je savais qu’ici c’était la « norme » et que j’allais bien devoir le faire au moins une fois. Il faut reconnaître que la file a de biens beaux décors.

 

 

Comme c’était dans la catégorie des montagnes russes, je m’attendais au pire !!! J’avais comparé la vitesse maximale à celle des attractions à sensations fortes que je fais d’habitude dans d’autres parcs, et ce n’était pas de la rigolade !!! Mais la majeure partie de l’attraction est en fait un dark ride ; c’est-à-dire qu’on est dans un wagon qui nous emmène dans les « profondeurs de la Terre », et c’est aussi tranquille quoi qu’un peu bruyant, jusqu’à qu’on tombe nez à nez avec un monstre de lave, duquel on est sauvé-e-s par une éruption volcanique qui nous expulse du volcan à une vitesse de 75km/h. Attraction à la hauteur de sa réputation, c’est très fun !, mais j’ai été surprise par le bruit !!! moi qui suis sensible à ça, l’éruption m’a fait me boucher les oreilles.

Juste à côté, il y a 20,000 Leagues Under the Sea, l’autre attraction de ce « port ». On l’a faite en fin de journée, il y avait environ 40 minutes de queue. On est là dans un sous-marin du capitaine Némo, et cette fois-ci, c’est les profondeurs de l’océan que l’on explore. Mais tout ne se passe pas comme prévu !!!……  Je ne sais pas si c’est classé comme un dark ride ? mais c’est un parcours dans un wagon quoi, on voit des décors à travers les vitres, et on a l’impression d’être sous l’eau (à ma connaissance, il y a une attraction similaire au parc californien, mais qui est vraiment sous l’eau ; ce n’est pas le cas ici, mais c’est bien fait donc c’est quand même assez immersif).

A Mediterranean Harbor, on a fait les Venitian Gondolas, une balade en gondole sur le Palazzo Canal et le Porto Paradisio. Gros coup de cœur, c’était vraiment sympa, exactement comme à Venise, dans un décor immersif, avec des gondolier-ères ! La nôtre a même chanter ! Comme ! à ! Venise ! Et on a attendu seulement 30 minutes pour cette attraction quand même assez populaire.

View this post on Instagram

Venise, Japon.

A post shared by @ lea0ft on

Moins intéressant, mais à Arabian Coast, on a aussi fait Jasmine’s Flying Carpets, parce qu’il n’y avait vraiment pas beaucoup d’attente (15 minutes si je me souviens bien), et comme on n’avait pas fait grand-chose d’autre, c’était toujours ça de pris, mais c’est exactement la même chose qu’à Paris. L’attraction est quand même plus jolie, on « vole » autour d’une magnifique fontaine, mais ça reste un manège qui tourne, qui monte et qui descend, rien de spécial.

img_7060

Mes regrets, au niveau des attractions, c’est de ne pas avoir pu faire :

  • La Tower of Terror, mon attraction préférée à Disney Studios en France, dont la version japonaise vaut apparemment le coup d’œil. Rien que son apparence est totalement différente, et l’attraction n’est pas basée sur Twilight Zone mais a sa propre histoire en lien avec le port d’American Waterfront.
  • Toy Story Mania !, peut-être l’attraction LA plus populaire en ce moment. C’est un ride interactif sur le thème de la fête foraine, tout en 3D et apparemment c’est super. L’attraction se situe aussi à American Waterfront mais dans une zone à part, « Toyville ».

img_7096

  • Sinbad’s Storybook Voyage, pas le type d’attraction que je préfère mais apparemment elle est très réussie ; c’est du même style que It’s a Small World mais sur le thème des Contes des Mille et Une Nuits, avec Sinbad et son compagnon Chandu, un bébé tigre. La bande-son est signé Alan Menken, compositeurs des musiques de pas mal de grands films Disney, comme Aladdin, La Belle et la Bête, La Petite Sirène, Hercule,…

Cette dernière attraction est à Arabian  Coast, et maintenant que j’y pense, j’ai quelques autres regrets là-bas. La gourmandise fard du parc, c’est la Chandu Tail, une brioche à la vapeur au poulet et au maïs à la crème en forme de queue de tigre. C’est trop mignon, et, à ce qu’on dit, trop bon, mais je n’ai pas eu l’occasion d’en goûter et maintenant je regrette !

Ils ont aussi du popcorn en curry, et en grande fan de curry, je me dis que j’aurais pu en prendre. Ca sentait à des kilomètres à la ronde d’ailleurs. Fun fact : le popcorn des parcs Disney japonais a la particularité d’avoir des goûts un peu farfelus en fonction des ports. A Arabian Coast, c’est donc le curry, à American Waterfront, on en trouve à la crevette, j’en ai aussi vu à la fraise à Port Discovery,… Même chose avec les churros d’ailleurs : il y en a la patate douce, au matcha,… (et ils sont en forme de Mickey bien sûr !). Sauf que bon, je n’avais pas l’appétit pour un pot de popcorn… j’aurais dû, juste pour goûter, pour une fois que je suis là !!! En tout cas, des japonais-e-s se lancent le défi et testent tous les goûts. Et on ne rigole pas non plus avec les seaux à popcorn. Regardez celui-ci !!! :

Ce que j’ai fait, par contre, c’est manger au New York Deli à American Waterfront ; on y mange des sandwiches et des salades, rien de très « Disney » dans la présentation et donc rien qui mérite vraiment une photo, mais c’était bon, et, pour un parc Disney, pas trop cher.

Après, l’une de nous s’est pris un petit roulée à la framboise à la Sebastian’s Calypso Kitchen.

DSCN5624

Et plus tard dans l’après-midi, on a pris un petit goûter à la Mamma’s Biscotti Bakery, à l’entrée du parc à Mediterranean Harbor.

 

 

On pouvait garder la tasse !

Et d’ailleurs, en parlant de souvenirs, les prix sont très élevés dans les boutiques. J’ai vu des sets de stylos, certes très beau, mais qui coûtaient aux alentours de 30€ ! Pour vous donner une idée… En plus d’un cadeau pour mon père, je n’ai acheté qu’un t-shirt.

 

 

Il fait partie de la nouvelle collection des 35 ans de Tokyo Disneyland: TOUT LE MONDE  en avait un ! On aurait pu se croire à une Pride Mickey. J’aurais pas pu imaginé un meilleur t-shirt en souvenir, et en plus il m’a coûté tout juste plus de 15€ (mais c’est une taille enfant) (les tailles adultes coûtait au-dessus de 20€ ?! mais c’était taillé vraiment très grand, et comme je rentrais dans une taille enfant, j’ai fait quelques économies). Une chemise hawaïenne Minnie me faisait de l’œil mais elle était à 40€… c’était dur mais j’ai été raisonnable.

Maintenant qu’on en parle : les japonais-e-s ne déconnent pas avec leurs tenues pour Disneyland. Je me pensais préparée avec mon t-shirt et mon short Stitch, mais je me suis vite rendue compte que ce n’était rien de plus que le minimum strict : les gens étaient habillé-e-s Disney de la TÊTE aux PIEDS. J’ai vu beaucoup de « disneybouding », je n’ai jamais eu l’impression que c’était une pratique très répandue en France mais je sais que ça l’est aux US, et visiblement, au Japon : c’est le fait de composer une tenue « casual » en s’inspirant d’un personnage Disney (du « casual cosplay » peut-on dire; c’est pas un costume, mais une tenue de tous les jours, inspirée d’un personnage). Y’avait une fille en dalmatien ! une fille Stitch ! une fille Duffy !

Duffy, c’est la mascotte de Tokyo DisneySea. A sa droite, sa copine ShellieMay, et à sa gauche, Stella Lou et Gelatoni.

Si je ne me trompe pas, il n’est pas « né » au Japon, mais il n’a connu aucun succès aux US, probablement parce qu’il n’appartient pas à l’univers cinématique Disney, mais en tout cas, il a trouvé sa place au Japon, qui lui a donné une identité : un nom, une histoire (qui justifie sa présence dans le parc) et des ami-e-s. C’est un vrai phénomène là-bas, les produits dérivés partent comme des petits pains, et Duffy est le visage du parc. Il vole totalement la vedette à Mickey ! Et la marque se développe aussi à Hong Kong Disneyland, qui rajoute même de nouveaux personnages au groupe cette année : la chienne Cookie et la tortue Olu.

Je n’ai malheureusement croisé aucune des mascottes dans le parc. Par contre ! j’ai aperçu Mickey de loin, à l’ouverture du parc, et à Arabian Coast, j’ai pu prendre des photos avec un Abu 100% dans son rôle, c’était trop drôle !

On n’a pas non plus eu l’occasion de voir des spectacles ou des parades, pas le temps, trop de monde, etc. Comme on longeait à Nagoya, on ne pouvait pas rester jusqu’à la fermeture sous peine de rater notre dernier train, alors on n’a pas pu voir le spectacle sur l’eau qu’on voulait voir, mais de toute façon, je doute qu’on aurait pu avoir une bonne place sans camper quatre heures avant… (on a VRAIMENT vu une tonne de gens installé-e-s pour un spectacle qui ne commençait pas avant quatre ou trois heures ! alors je n’imagine pas le gros spectacle du soir…).

Ce n’était pas possible de tout faire en une journée, mais on a quand même bien exploité le parc et on a passé un moment MAGIQUE à DisneySea. C’est un peu ma revanche sur Tokyo Disneyland 2013, parce que, peut-être que celles et ceux qui me lisaient déjà à l’époque s’en souviennent, on avait eu une énième dispute qui avait coupé court à la visite et on a vraiment pas assez profité de la journée. Là, tout s’est merveilleusement bien passé, on a eu un coup de cœur pour ce parc, et je n’ai que des bons souvenirs.

Je vous laisse sur quelques conseils, si jamais vous prévoyez d’aller au parc !

  • Je répète ce que j’ai dit en début d’article mais si vous devez choisir entre Tokyo Disneyland et Tokyo DisneySea, n’y pensez même pas, allez à DisneySea.
  • Si vous pensez qu’une après-midi vous suffit et que vous voulez faire des économies, il existe des tickets appelés « Starlight Passport », valables à partir de 15h. Ca fait une différence de 2,000 yen, ce qui est déjà pas mal !
  • Achetez vos billets en ligne, il peut y avoir des sacrées queues pour acheter des tickets à l’entrée alors que vous gagnerez un temps considérable si vous les avez déjà. Vous pouvez les prendre directement sur le site du Tokyo Disney Resort (il existe aussi des intermédiaires mais de ce que j’ai constaté, c’est les mêmes prix).
  • Ne comptez pas trop sur les Fast Pass… les gens se ruent dessus dès l’ouverture (sans compter le fait que les visiteur-euses qui logent à l’hôtel MiraCosta peuvent accéder au parc 15 minutes en avance et ça fait déjà une grande différence au niveau des Fast Pass), ils partent à toute vitesse, et aller en chercher ne serait-ce qu’une heure après l’ouverture, c’est la garantie de ne pas en avoir (ou alors pas avant 21h). Ce n’est pas mission impossible non plus, mais vous ne pourrez probablement pas en avoir pour toutes les attractions qui en proposent, contrairement à Paris où là c’est tout à fait faisable.
  • En revanche, il y a deux attractions avec des files single riders : Temple of the Crystal Skull et Raging Spirits, les deux attractions de Lost River Delta. Certes, vous devrez faire l’attraction seul-e, séparer le groupe, mais si vous voulez vraiment faire ces attractions sans perdre de temps, c’est un bon moyen car les files single riders sont généralement très peu utilisées, vous n’aurez sûrement pas d’attente.

Fin ! J’espère que cet article vous a plu ! En tout cas, moi ça m’a fait plaisir de revivre cette journée en vous la racontant !

Moi, au Japon. Saison 3. Fukuoka, Karatsu, Nagasaki, Sasaguri, Nagoya, Kyôto, Kanazawa.

Le plan, au départ, c’était un article par jour, ou au moins, un article tous les deux jours. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Rien ne s’est vraiment passé comme prévu. Dans cet article, je vais vous raconter comment se sont passées mes deux semaines au Japon, qui, ne vous méprenez pas, se sont BIEN passées, mais commençons par le commencement, quand la Menace a commencé à planer au-dessus du voyage.

Il faut revenir au mois de juin. Le voyage qu’on préparait depuis plus d’un an approchait à grands pas, et tout était prêt ! Le logement était l’une des premières choses dont on s’était occupées et on avait donc effectuées nos réservations sur AirBnB depuis plusieurs mois déjà. C’était sans compter sur la nouvelle loi sur les locations touristiques ! Pour louer un appartement sur AirBnB, il faut maintenant faire plein de démarches longues et contraignantes pour obtenir un permis, chose que tous les propriétaires n’ont pas voulu ou n’ont pas pu faire, et en conséquence, 80% des annonces sur AirBnB ont été supprimées. Quand ces histoires ont commencé à se concrétiser en avril, on a bien sûr envoyé un message à nos proprios pour vérifier qu’ils étaient réglos, qu’ils faisaient lesdites démarches, que la police n’allait pas frapper à notre porte au moins d’août, etc. Les deux nous assurent que oui… pas besoin de s’inquiéter pour nos réservations… puis la loi entre en vigueur en juin, et là, leurs annonces disparaissent du site, impossible de les contacter, notre argent est déjà encaissé, et on se retrouve sans logement à deux mois du départ. C’est le drame.

On cherche de nouveaux logements dans la panique, sans trop savoir où on va trouver l’argent pour, on pense même à annuler le voyage mais on ne peut plus annuler nos billets d’avion,… et finalement, au bout d’une semaine de FIGHT avec AirBnB, on se fait rembourser et dédommager. On nous a remboursé le double de ce qu’on avait payé, et on nous a donné deux bons de 100$ chacun pour des « AirBnB experiences ». On avait donc le double de notre budget pour trouver de nouveaux logements, ce qui est généreux, mais, à deux mois du voyage, et avec les trois quarts des annonces supprimées du site, on avait le choix entre une dizaine d’apparts à tout casser. Mais on a trouvé ! Fukuoka, Nagoya, on arrive !

Presque ! Avant ça, notre unique voiture a lâché la semaine avant le départ. Panique. Drame. Encore un signe de la Menace. Mais on a trouvé une solution ! Fukuoka, Nagoya, on arrive !

On a voyagé avec Turkish Airlines. Ils ont une super sélection de films, j’ai enfin pu regarder « I, Tonya » que je n’avais pas eu l’occasion de voir quand il était en salle. Un peu sceptique quant à l’objectivité de ce genre de « biopic » mais c’était bien ! J’aime Margot Robbie maintenant ! J’ai presque failli enchaîner avec Suicide Squad, mais dès que j’ai vu Jared Leto j’ai malheureusement dû couper le film. Allergie et tout ça, vous comprenez.

Escale de 4 heures à l’aéroport d’Istamboul. A ce stade de l’aventure, y’avait déjà eu une dispute (pour rappel, je suis partie avec ma mère et ma grand-mère) (celles et ceux qui me lisent depuis mon premier voyage en 2013 savent que c’est ni plus ni moins que la routine). En plus, je m’étais assise sur un chewing-gum. La Menace. Mais alors que j’étais assise seule dans un Starbucks bondé, j’ai fait une super rencontre, une sœur et son frère qui venaient d’Irak ; ça m’a bien remonté le moral, et c’était reparti pour 10 heures de vol.

On arrive le 7 août à 19h à Narita. Sous la pluie ! Sale temps à Tôkyô. Un typhon se préparait, et pour la première fois, j’ai eu FROID à Tôkyô au mois d’août ! Inconcevable ! On a passé la nuit dans un hôtel à Ôkubo (troisième fois qu’on vient à Tôkyô, et troisième fois qu’on loge dans ce quartier !), et on est parti pour Fukuoka à la première heure le lendemain.

Si toutes ces heures d’avion ne suffisaient pas, c’était maintenant parti pour cinq bonnes heures de shinkansen.

On arrive dans un petit appartement, sympa mais cher pour ce que c’est ! Pour notre budget, c’est correct, sauf que là, on en avait le double ! Mais on n’en demandait pas plus à la base. Des bars, des restos, trois konbini et un supermarché à proximité,… seul inconvénient, c’était peut-être qu’on était un peu loin de la gare (à la fin d’une longue journée à gambader partout, les 1,3km de la gare à l’appart, on les sent !), et pas de wifi ! Contrairement à ce qui était indiqué en majuscules dans l’annonce ! On avait bien une Pocket Wifi, mais sur ses 15 GB, 12,70 étaient déjà utilisés… Peut-être encore un coup de la Menace, mais c’était pas non plus trop grave, c’était juste pas pratique.

A peine a-t-on posé les valises que l’on s’en va explorer la ville. On se met en direction de la Fukuoka Tower.

img_6543

234m de haut !

Avant d’entrer dans l’ascenseur, petite séance photo avec accessoires fournis. A la fin de la visite, on la reçoit gratuitement en petit format, avec possibilité de l’acheter en grand format.

Magnifique vue sur la baie d’Hakata de nuit.

Le lendemain, ça y est, le vrai voyage commence vraiment. Direction Karatsu ! C’était pas la porte à côté, mais c’était sur une ligne JR à partir d’Hakata, alors autant en profiter et rentabiliser un peu le JR Pass.

Ville super agréable, et son château est magnifique. J’ai adoré voir la mer tout autour, la vue est superbe.

Evidemment, Yuri et Victor étaient partout. Les produits de la collaboration entre Yuri !!! on Ice et la préfecture de Saga étaient, il faut le dire, pas donnés, mais je me suis quand même permis un acrylic stand avec Makkachin au château, une pochette Phichit, et un blind pack avec un badge à l’intérieur. Je me rends compte que je n’ai rien de Yuri et Victor !, mais à la caisse, on me fait tirer un numéro au sort, et en tirant le 2, j’ai gagné un sticker Victor !, et plus tard, je découvre que dans le blind pack, il y avait un badge Yuri ! Le pouvoir de ce couple. En cadeau, j’ai aussi reçu un badge du château de Karatsu. Les produits sont peut-être chers, mais on vous gâte au passage en caisse.

img_7327

A partir de Karatsu, on n’est pas bien loin des grottes Nanatsugama, qu’on peut explorer en bateau. Alors après notre visite du château, on prend le bus pour une bonne grosse demi-heure… tout ça pour apprendre qu’à cause des vagues, les bateaux avaient arrêté de circuler…la Menace tenait à nous faire comprendre qu’elle ne nous lâchait pas. Alors on a repris le bus dans l’autre sens, que voulez-vous qu’on fasse (les 15€ d’aller-retour dépensés pour rien ont piqué plus que l’heure qu’on a perdu à faire le trajet inutile).

Résultat de recherche d'images pour

Ca ressemble à ça… photo de Hello Tokyo.

Malgré cette déception, on a beaucoup aimé notre journée à Karatsu. Ca a aussi été l’occasion pour moi d’enfin tester un peu mon japonais. D’abord à un passage piéton, où une dame âgée a commencé à me couvrir de compliments, en particulier sur mes jambes, et, à ma grande surprise, j’ai tout compris ?! Alors on a eu une mini-conversation, elle m’a posé des questions assez simples donc j’ai pas eu trop de problèmes à communiquer.

Ca m’a un peu boosté, alors plus tard, quand on nous a demandé d’où on venait dans une petite boutique de thé, j’ai répondu en japonais ; s’en est suivie une conversation où je ne comprenais pas tout mais je pense m’être bien débrouillée ! On nous a servi un thé délicieux et rafraichissant, exactement ce dont on avait besoin.

Pendant ce voyage, j’ai pu me rendre compte de l’étendu de mes progrès en japonais : je partais de rien, y’a deux ans j’osais à peine dire « merci », et maintenant, je peux tenir des conversations simples, je comprends des choses, j’en lis d’autres,… ça fait plaisir, mais en même temps, je me rendais aussi compte de tout ce qu’il me restait encore à apprendre ! Tout ce que je ne comprenais pas, tous les kanji que je ne connaissais pas,… j’ai hâte de voir à quel point j’aurai progressé quand j’y retournerai.

En rentrant sur Fukuoka, on est allées à Canal City, grand centre commercial. Ca s’appelle comme ça parce que y’a un canal en plein milieu.

DSCN2582

C’est énorme, y’a tout : des restaurants, des boutiques, un ciné, des hôtels,… Et en ce moment, il y a un spectacle « sons et lumières » avec Godzilla qui est EXCELLENT.

Mon objectif principal ici, c’était d’aller au café Moomin ! On était le 9 août : le Moomin’s Day ! C’était aujourd’hui ou jamais ! J’ai adoré… on y accède par la boutique Moomin, où j’ai acheté un UNO MOOMIN (qui a été fait spécialement pour moi, je pense). Ca occupe pendant qu’on attend d’avoir une place : le café n’est pas énorme, mais très populaire, et en plein après-midi, il fallait s’inscrire sur une liste d’attente. Cela dit, l’attente n’a pas dû excéder 10 minutes.

Déco, menu, tout est 100% Moomin. Il y a des peluches des personnages partout ; elles sont là spécialement pour qu’on puisse poser avec et les gens faisaient de vrais photoshoots. L’ambiance est super sympa. Le menu est bien sûr dans le thème, tout est à l’image de Moomin ; cependant, ce n’était pas l’heure du repas, donc on s’est contentées de boissons. Ma mère a pris un latte matcha avec un latte art Moomin : trop beau !

img_6633

C’était une bonne journée, mais la Menace nous a poursuit le jour suivant. On est allés à Nagasaki, mais sur le chemin, il y avait Kashima. On voulait voir le sanctuaire Yutoku Inari, un des plus beaux, mais arrivées sur place, le bled était mort, pas un seul autre touriste, le sanctuaire à l’autre bout de la ville et pas un seul bus. A la gare, on te propose seulement d’y aller en taxi, mais l’aller-retour revenait bien trop cher. On était probablement mal préparées parce qu’il devait bien y avoir moyen de choper un bus quelque part, on l’a juste pas trouvé (et on avait peur que, si on arrivait à y aller, on arriverait pas à revenir…). Echec.

Image associée

Ca ressemble à ça… photo de Welcome Kyushu.

On se remet en route pour Nagasaki. C’était le lendemain de la cérémonie commémorative du bombardement de la ville, donc le Parc de la Paix était en chantier parce qu’on y démontait toutes les installations mises en place la veille pour l’événement. On était quand même libres de le visiter.

On est ensuite allée à Dejima, ancienne île artificielle où résidait les portugais, et plus tard, les néerlandais quand ils sont arrivés au Japon. Depuis, la ville a englouti l’île qui n’en est plus une, et l’endroit a été restauré et reconstitué. On peut visiter l’intérieur de certains bâtiments et voir à quoi ressemblait les lieux de vie des occidentaux.

Là-bas, on a goûté le castella, gâteau japonais, importé par les portugais à l’époque. C’est bon ! Je m’attendais à ce que ça soit sec, mais c’est en fait très léger.

img_6685

Tatami Galaxy, anyone ?

Résultat de recherche d'images pour

On a presque eu du mal à profiter tant il faisait chaud ; c’était de loin la journée la plus chaude du voyage.

On a fait un tour par Chinatown, vu le temple Shofukuji, et le Meganebashi.

img_6693

Avec son reflet, on dirait des lunettes, d’où le nom « pont lunettes ». Vous les voyez ?

On a terminé la journée à l’arcade commerçante Hamamachi.

Là-bas, il y avait un Curry House CoCo Ichibanya, une chaîne de restos de curry que j’adoreeee, mais, la Menace ne nous quittant pas, on est parties avant même de pouvoir passer commande parce que y’avait des américains super bruyants. Y’avait qu’eux et nous à l’étage, une salle assez petite, et on ne s’entendait même pas penser tant ils parlaient fort. A un moment, ils ont hurlé, j’ai sursauté. Je me voyais pas manger dans ces conditions.

On est rentrées mais je voulais toujours mon curry donc on est allées dans un restaurant à une rue de notre appartement, « Karii Maato », super bon, pas cher, bonne ambiance. Je me suis régalée, et j’y suis même retournée plus tard dans la semaine. Je recommande si jamais vous êtes à Hakata et que vous avez envie d’un bon curry.

5-7-8 Sumiyoshi, Hakata Ward, Fukuoka, Fukuoka Prefecture 812-0018, Japon

Le samedi, on reste dans le coin, on prend un train local pour Sasaguri, où l’on va visiter le temple Nanzo-in.

DSCN2664

Le site est connu pour son daibutsu, « Nehanzou », une statue de Bouddha en bronze, la plus grande au monde. C’est très impressionnant à voir ! Il fait 41 mètres de long, et 11 mètres de haut. C’est généralement ce que les gens viennent voir au Nanzo-in, mais le Bouddha couché n’est pas tout seul, il y a plein de choses à voir sur la colline où il se dresse. Tout autour, on peut explorer, grimper dans la forêt, et voir d’autres temples et sanctuaires. C’est très beau, on peut y passer des heures.

L’après-midi, petite virée shopping à Tenjin : la station de métro mène à un grand centre commercial sous-terrain, menant lui-même à un autre centre commercial, le Tenjin Core. J’ai dépensé quelques yens ce jour-là…

Le dimanche, on est retournées en terres connues : on a décidé d’aller à Miyajima et Hiroshima. Je ne vais pas trop m’étaler dessus parce que c’est la troisième fois que j’y vais, et la troisième fois que j’en parle sur ce blog, et je n’y ai rien fait de très nouveau donc je risquerais de pas mal me répéter. Mais en tout cas, ça nous a fait plaisir de revoir ces endroits. Et pour une fois, on a vraiment bien profité de Miyajima, et ses commerces. On venait toujours trop tard, quand tout était sur le point de fermer : on faisait l’erreur de venir en soirée, mais même « tôt » en soirée, c’est déjà tard à Miyajima où tout ferme vers 18h. Cette fois-ci, on est venu vers 11h, on a fait notre tour, et on est traîner à Hiroshima.

Je dois quand même vous raconter que là-bas, j’ai réussi à mettre la main sur la nendoroid Heiji Hattori dont j’avais dû annuler ma précommande,  ET sur le premier tome de Yuri+Kanojo dont je vous avais parlé dans un article, j’avais tant galéré (en vain) pour l’avoir et voilà que je tombe par hasard dessus sans même le chercher. Voilà pour l’anecdote weeb. J’ai aussi trouvé une coque chez Wego que je convoitais, je l’avais repérée sur internet mais la photo datait d’il y a deux ans donc je pensais n’avoir aucune chance de la trouver en magasin, mais à Hiroshima ils ont un Wego « second-hand » et elle était là, en promo. Puis, à Miyajima, j’ai acheté un sifflet que j’avais déjà vu y’a deux ans mais que j’avais pas acheté parce que je pensais ne pas en avoir besoin, et c’est seulement en partant que j’ai réalisé qu’il manquait un sifflet à ma vie, et je l’ai trouvé sous forme de strap, puis, arrivée à la caisse, je vois une petite fille qui l’avait en collier ?! c’était trop beau pour être vrai, j’ai maintenant un sifflet avec un petit cerf autour du cou. Beaucoup de rêves se sont réalisés ce jour-là.

Et devinez ce qu’on a mangé ce soir-là ? Si vous avez deviné curry, vous avez tout bon. On a mangé dans un restaurant qui était juste en face de notre hôtel y’a deux ans, et qu’on avait adoré : Curry de Café. Je recommande si jamais vous êtes à Hiroshima et que vous avez envie d’un bon curry.

3-17 Hondori, Naka Ward, Hiroshima, Hiroshima Prefecture 730-0035, Japon

Dernière journée à Fukuoka : on va faire un tour à Dazaifu pour voir le Dazaifu Tenman-gû. Très bel endroit ! C’est un sanctuaire dédié à Sugawara no Michizane, poète et politicien de de l’époque Heian, et, attention là je vais vous recracher un de mes cours d’histoire, il a été déifié après sa mort parce qu’elle a été suivie de plein de catastrophes naturelles et la cour a cru que c’était son esprit vengeur qui revenait leur faire des misères parce qu’ils l’avaient rétrogradé et exilé. Il est donc devenu Tenjin, le kami des études, et les étudiant-e-s viennent le prier en période d’examens.

L’après-midi, j’ai fait les derniers achats que j’avais besoin de faire à Tenjin, et le matin suivant, les valises étaient prêtes pour Nagoya.

On arrive dans un nouvel appartement, un tantinet plus spacieux et chaleureux que le précédent. Moins bien situé mais pas bien loin d’une station de métro. Il y avait un polaroid, des post-its et un cahier à disposition pour laisser des photos et/ou des mots à l’hôte sur un tableau en liège ; j’ai beaucoup aimé l’idée !

Oh, et comme la Menace ne voulait vraiment pas que j’aie internet pendant ce séjour, y’avait bien sûr pas de wifi (contrairement ! à ! ce qui était ! indiqué dans l’annonce !), mais encore une fois une Pocket Wifi, plus généreuse que la précédente celle-ci : 3 GB par jour.

On ne perd pas de temps, on va tout de suite visiter un temple à proximité : le Ôsu Kannon.

img_6845

Juste à côté, une arcade commerçante dans laquelle on a pu passer une petite partie de la soirée. C’était très grand, souvent les arcades comme ça, ça n’en finit pas ! Mais on ne s’est pas non plus trop attardées parce qu’on était fatiguées du voyage et que le lendemain, on se levait tôt et une longue journée nous attendait… parce qu’on allait à Tokyo DisneySea !

img_6951

Il y a tant à dire que j’y ai consacré un article à part !

Une journée presque aussi chargée nous attendait le lendemain. Vous vous souvenez de ces bons de 100$ pour des « expériences AirBnB » dont j’ai parlé au début de cet article ? C’est là qu’ils interviennent.

Comme pour les logements, à deux mois du voyage, nos options en terme « d’expériences » étaient limitées, surtout dans les villes où on était. On a cherché du côté de Kyôto et on a finalement trouvé deux activités, la première proposée par Ami Kyoto, charmant endroit qui organise des ateliers d’initiation à la calligraphie, à l’ikebana, et, à la cérémonie du thé. Et la cérémonie du thé, en japonais « chanoyu », c’est justement ce qu’on a fait.

b520cddd-17c1-4768-8edb-112f23b9e12f

Ca a duré une petite heure : on a d’abord passé du temps avec une première hôte qui nous a introduit à la cérémonie du thé, qui nous en a expliqué les principes, l’histoire,… elle nous a appris comment « entrer » dans la pièce, devant quoi et qui il fallait se prosterner et dans quel ordre,… on était au nombre de cinq, et trois d’entre nous s’y sont essayées ! Ensuite, elle a laissé sa place à la seconde hôte, qui nous a préparé et servi le thé dans le silence le plus complet. C’était si calme et captivant. Personne n’est censé parler pendant la cérémonie, donc c’est seulement après qu’elle est revenu sur certains de ses mouvements, elle nous a expliqué ses gestes, nous a présenté les différents ustensiles,… C’était très intéressant, on a appris énormément de choses.

Photo provenant du site officiel.

和敬清寂

Les quatre principes de la cérémonie du thé :

l’harmonie, le respect, la pureté, et la tranquillité.

Et une fois qu’on était rodées, c’était à notre tour de préparer du thé dans les règles de l’art. Avec une spatule (chashaku), on a mis deux doses de poudre de matcha dans un bol (chawan). L’hôte y a versé de l’eau chaude avec une louche (hishaku). On devait ensuite battre la préparation avec un fouet en bambou (chasen) jusqu’à ce que le thé est la bonne consistance. Il fallait trouver le bon geste !

4b150e70-0021-4328-b41b-aa796d64f71f

Moi, en train de boire le thé que je viens de préparer.

Cette expérience a été un de mes moments préférés du voyage ; c’était un honneur de pouvoir assister à cette démonstration, et de faire la rencontre des hôtes ! On a même gardé contact avec l’une d’elles ! Un très bon souvenir. Je vous recommande d’y passer si vous en avez l’occasion !

Site officiel : https://www.whattodoinkyoto.com/

On avait ensuite un peu moins d’une heure pour rejoindre le lieu de notre deuxième activité : Kiwami Fujinoka, une boutique qui loue des kimono, située dans l’hôtel Gozan. Alors, étonnamment, pour une fois le hasard a bien les choses : les deux endroits n’étaient pas loin l’un de l’autre, et on a donc pu y aller à pieds.

Dans un premier temps, on nous a conduit dans un petit local où on tenait tout juste à trois mais qui renfermait une quantité de yukata. On a choisi un yukata, une ceinture (obi) assortie, et on est passées dans une autre pièce pour se faire habiller. On échange nos sous-vêtements pour un hadagi, puis on nous enfile le yukata, et on nous attache le obi. C’est une drôle de sensation, on est serrées là-dedans ! Ca fait se tenir bien droit.

Se faire habiller prend en général entre 20 et 30 minutes. On choisi encore un sac (kinchaku), des sandales (zôri), et un accessoire pour les cheveux (kanzashi). Ma mère a aussi pu se faire coiffer. Après ça, on était prêtes à partir ! On a fait un tour dans Gion, qui était non loin. C’était chouette, c’est quelque chose que je voulais faire depuis longtemps. On a pu se balader pendant une heure et demi avant de devoir rendre les yukata.

Site officiel : http://kiwami-fujinoka.com/

Après ça, un peu de shopping à la Teramachi. On n’avait pas choisi ce jour par hasard pour venir faire nos « expériences à Kyôto » ; le 16 août, c’était le jour des feux de Daimonji. Cinq grands feu de joie qui forment des kanji, allumés sur les montagnes entourant la ville. Malheureusement, ce soir-là, on a essuyé un énième échec parce qu’on a tout simplement pas réussi à les voir ! On connaissait, ou disons qu’on croyait connaître, un bon endroit pour les apercevoir le long de la rivière Kamo. Sauf que c’était bondé, quasi impossible de se déplacer, et bien sûr, de voir quelque chose. J’ai… vu… quelque chose au loin mais pas distinctement, rien de concluant, et en photo, comment dire…

img_7139

Ce que j’ai vu.

Résultat de recherche d'images pour

Ce que j’étais censée voir.

On a l’habitude de pas toujours voir ce qu’on veut voir à force, donc on a abandonné et on est rentrées.

Le jour suivant, je me devais de faire un tour à la KyoAni Shop. Ou KyoAni&Do Shop, devrais-je dire. Depuis mon premier passage il y a deux ans, la boutique ne s’est pas seulement renommée, elle a déménagé : elle est maintenant à deux pas de la gare, elle a un bâtiment pour elle toute seule, elle est plus spacieuse, et a une bien jolie déco, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il y a même une terrasse ! Avant, elle était un peu plus loin, au premier étage d’un bâtiment ; elle partageait l’étage avec un karaoké, et elle était toute petite !

img_7158

img_7153

Je ne suis pas venue pour rien, j’ai acheté quelques goodies Nitori, un blind pack (avec un badge Haru à l’intérieur !), et les cartes postales du calendrier Take Your Marks et de l’ending de la nouvelle saison, Gold Evolution. Ces deux sets de cartes postales devaient sortir la semaine suivante, j’étais donc agréablement surprise de déjà les voir dans le magasin ! J’avais hésité à les commander quand elles ont été mises en précommande… j’ai bien fait d’attendre ! Je me suis épargnée les frais de port, et l’attente.

Avant de rentrer, on est passées par Osaka. Là encore, je n’ai rien fait de nouveau par rapport à mon précédent voyage, donc je ne vais pas m’étaler, mais comme pour Hiroshima, c’était un petit bonheur que de retrouver les rues de cette ville.

Onzième jour, ça y est, on ne sent plus nos jambes, on fait enfin une vraie pause, une journée tranquille où on arrête de courir. Presque. Le matin, on est allées voir le Togan-ji et son Bouddha vert qui était tout près de chez nous.

img_7189

Et on est allées voir l’Oasis 21. C’est un terminal de bus mais son architecture, qui se veut futuriste, vaut le détour. On y trouve aussi quelques magasins et restaurants, et on peut monter sur le toit où il y a un grand bassin d’eau ; il y avait aussi une grande aire de jeu avec des châteaux gonflables et jeux d’eau pour les enfants.

Mais après ça, on est restées dans notre quartier, à l’appartement, et on a repris des forces.

Et on en avait besoin, parce que le matin suivant, on est parties pour Kanazawa ! Et on y a tout fait !

On a commencé par la visite de Nagamachi, le quartier des samouraï. Ils y résidaient à l’époque féodale et aujourd’hui le quartier est encore intact : on peut y visiter des musées, ainsi que la maison de la famille Nomura.

Ensuite, passage au sanctuaire Oyama. Sa porte est vraiment originale. J’avoue qu’on ne connaissait pas l’endroit, on est passées devant la fameuse porte en bus et, intriguée, on est revenue sur nos pas pour le voir. Après quelques recherches, il se trouve que l’architecte de l’arche était hollandais et a mélangé des inspirations japonaises, chinoises et européennes.

On enchaîne avec la visite du Kenroku-en. C’est l’un des trois plus beaux jardins du Japon ; on en avait déjà visité un il y a deux ans, le Koraku-en à Okayama, et le dernier, Kairaku-en, est situé à Mito. Il est magnifique mais si je devais le comparer, j’ai une préférence pour celui d’Okayama.

Juste à côté, il y avait le Musée d’art contemporain du XXIème siècle mais le plus intéressant était payant, et un peu au-dessus de notre budget, alors on a finalement décidé de ne pas y aller.

On a terminé notre visite de la ville au quartier Higashi, le quartier des geisha, plus précisément le quartier des maisons de thé où travaillaient les geisha. Et à ma connaissance, il y a encore une dizaine de geisha qui travaillent dans ce quartier : moins qu’à Gion, mais à Kyôto comme à Kanazawa, c’est un art qui se perd. En tout cas, c’est un très bel endroit qui a conservé son charme de l’époque.

Et on peut y manger la spécialité de Kanazawa : la glace à la feuille d’or. On a pu y goûter chez Hakuichi, et autant la glace était délicieuse, autant la feuille d’or c’est rien de spécial au niveau du goût, on paye plus pour l’aspect, pour « l’expérience ». Les prix varient (en fonction de la quantité d’or généralement), ici on a eu pour environ 9€.

img_7272

En rentrant, avant de se reposer, il était temps de faire nos valises pour la dernière fois. Le lendemain soir, on s’envolait pour la France. Déjà.

Mais j’étais bien décidé à profiter du dernier jour. On avait notre vol à Narita aux environs de 21h, ce qui nous laissait une journée entière à Tôkyô, et je l’ai passé aux côtés de Liloun. Rien que d’y repenser, je souris niaisement ! C’était court, mais c’était trop, trop, trop bien.

On était bien sûr à Ikebukuro, avec un passage obligatoire à l’Animate. On ne connait que trop bien. En revanche, je n’avais jamais posé un pied dans le SEGA Game Center, mais Liloun a rapidement corrigé ça.

On y a fait un purikura ! J’avais toujours voulu faire ça mais je n’avais jamais eu quelqu’un avec qui le faire… et pour mon baptême, j’étais entre de bonnes mains, parce que quand on se sert d’une machine comme ça pour la première fois, c’est compliqué ! J’étais dépassée par toutes les options ! Il y a tellement de façons différentes de customiser les photos, et même les vidéos, qu’on a pris dans le photomaton, mais Liloun savait exactement ce qu’elle faisait et elle a mis plein de stickers, de cœurs, d’étoiles et de nourritures sur nos clichés, que je garde précieusement avec moi depuis.

Et puisqu’on était quand même dans un « game » center, Liloun m’a initiée aux jeux de rythme. J’aime bien les jeux de rythmes, mais sur mon téléphone. Dans une arcade comme ça, c’est à une autre échelle, et ce n’est pas aussi simple ! J’ai fait des scores honteux… mais je me suis bien amusée ! Une fois que j’étais lancée, j’aurais bien aimé en faire plus (il y avait même un jeu Love Live ! avec exactement le même gameplay que sur téléphone), mais nous étions pressées par le temps. En effet… on avait un rendez-vous… et pas des moindres… on avait une réservation dans le butler café Swallowtail… !

img_7294

Mais comme pour Tokyo Disney Sea, c’est une histoire pour un autre article, que je tâcherai d’écrire au plus vite. Lien à venir !

Je suis vraiment reconnaissante envers Liloun pour cette après-midi où j’ai pu faire plein de choses que je n’avais jamais eu l’occasion de faire avant, et c’était une joie de la rencontrer ; je l’adore et j’espère la revoir au plus vite. Grâce à elle, j’ai fini le voyage en beauté.

A 21h, j’étais dans l’avion (toujours avec Turkish Airlines) (6 heures d’escale cette fois-ci) (j’ai regardé le cross-over Highschool Musical x Shake It Up, aussi appelé « The Greatest Showman »), et à 11h le lendemain, j’étais au Luxembourg, sur le chemin pour rentrer en France. Me dire que 24 heures avant, j’étais en train de me faire servir du thé par un butler, ça paraissait irréel.

C’était un sacré voyage, j’ai pu voir tant de nouvelles choses, même si la Menace planait, et qu’il y a eu des hauts et des bas, j’ai des tas de bons souvenirs plein la tête, et je ne pense qu’à une chose, c’est… d’y retourner. Je prépare déjà mon prochain voyage mais je préfère ne pas en dire trop avant que ça se concrétise… par superstition… En attendant, j’espère que lire mes aventures de cet été vous a plu !

 

Slice of Life #18 – Italian Horror Story

LLSS_S1Ep1_109

Bae du mois d’août – Tsushima « Yohane » Yoshiko, Love Live! Sunshine!!

Ne vous méprenez pas, bien que ce titre soit une référence à American Horror Story, je n’aime pas cette série, et dans la longue liste des choses que je n’aime pas, il y a encore autre chose: mon escale à Milan. Si, pendant trois semaines, vous avez lu mes articles sur mon voyage au Japon, alors… déjà, merci, et… vous vous souvenez que je vous avais promis un prochain article écrit depuis l’Italie. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Notre avion a attiré avec une heure de retard, et nos valises ont pris un temps fou à arriver. Suite à ça, nous devions prendre une navette pour aller de l’aéroport à la ville, et le trajet s’étendait sur une longue heure. Avec tout ça, nous sommes arrivées à 20h à la gare de Milan. Pas si tard. Mais déjà plus aucun bus de ville ne roulait. Et c’était le seul moyen de rejoindre notre hôtel qui était quand même assez éloigné de la gare, trop pour s’y rendre à pieds (surtout sans trop connaître le chemin et avec quatre grosses valises) et… en plus, les gens n’étaient pas très commodes ! Un chauffeur de bus nous a hurlé dessus, un chauffeur de taxi nous a remballé,… on a pensé à prendre un autre hôtel mais tous ceux qui étaient prêts de la gare étaient trop chers. A ce rythme-là, on allait passer la nuit dehors.

On a fait marche arrière, on a repris un bus pour l’aéroport, et on a passé la nuit là-bas. Au moins, on était sur place… Parce que finalement, on s’est rendues compte que l’aéroport était très loin de l’hôtel, et les choses qu’on voulait visiter à Milan l’étaient aussi, or, avec un vol à 14h45, on aurait pas eu le temps de voir grand chose. J’aurais pas dit non à une nuit dans un lit cela dit, mais je prenais mon mal en patience en me disant que dans moins de 24h, je serai chez moi et j’aurais tout le temps de dormir confortablement. Mais j’étais si déçue de ne rien avoir pu voir de Milan, si ce n’est sa gare. Au moins, j’ai pu manger une glace italienne donc voilà un truc que j’ai pu cocher sur ma bucket list.

Voilà comment s’achève mon fantastique voyage. Même si ce n’est pas le voyage le plus reposant, que ça soit pour le corps ou pour les nerfs, au final, peu de choses me font autant de bien qu’être au Japon. Et ça me manque chaque seconde qui passe. C’était encore mieux que la fois précédente parce qu’on était quand même un peu plus préparées donc on a pu faire et voir beaucoup de choses, j’ai eu des étoiles dans les yeux pendant trois semaines, j’ai fait plein de petites rencontres très chouettes, et je me suis régalée chaque jour.

Petits conseils bonus en plus de ceux que j’avais déjà donnés dans l’article consacré sur le sujet:

  • HyperDia, c’est un must, un indispensable, si vous voyagez beaucoup en train, c’est un site (et une application!) qui vous dit exactement quels trains empruntés pour arriver à votre destination. On l’a utilisé tous les jours, c’est super pratique, le site indique les horaires, la ligne, le quai,… Rien de plus pratique.
  • Je me suis rendue compte que finalement, les japonais parlaient pas tellement anglais; dans mes souvenirs, tout le monde se débrouillait plus ou moins mais c’était assez loin de la réalité. Chaque « speak english ? » était reçu par un timide « a little ». C’est pas bien grave cela dit, on arrive toujours à se comprendre, et j’ai toujours su obtenir su obtenir les renseignements dont j’avais besoin. Il ne faut donc jamais hésité à demander de l’aide malgré la barrière de la langue parce qu’on peut toujours trouver d’autres solutions pour se comprendre.
  • Si vous voulez la meilleure vue possible sur le carrefour de Shibuya, montez au premier étage du Starbuck en face de la gare; c’est le spot idéal pour des photos cools.
  • Et d’ailleurs, pour les photographes en herbe qui seraient aussi amateurs d’araignées, sait-on jamais, Fushimi Inari est l’endroit parfait. Sur ces milliers de torii il y a plein de toiles d’araignées et j’ai remarqué que des tas de gens s’arrêtaient pour les prendre en photos, on peut d’ailleurs trouver plein de clichés sur internet. (Et au contraire, si vous aimez pas les araignées mais que vous allez à Fushimi Inari, évitez de trop regarder en l’air.)
  • Une bombe anti-moustiques peut s’avérer plus que nécessaire.

Mmh, voilà, je crois que c’est tut ce que j’ai à ajouter… Sinon, pour le petit haul, j’arrive pas à tout rassembler en une photo, peut-être qu’un nouveau « room tour » s’impose, mais en tout cas, voilà un petit aperçu de certaines de mes weeberies.

Mais j’ai aussi acheté beaucoup de fringues et de choses qui ne sont pas des produits dérivés d’anime, tout simplement. Mais mes meilleurs achats restent:

  • Mon chapeau aux bois de cerfs que j’ai acheté à Miyajima: il est trop beau, il est trop… Moi. Je voulais ramener un souvenir avec un cerf dessus mais ça, ça dépasse toutes mes espérances. Et il a su attirer l’attention, j’ai eu le droit à plusieurs « kawaii!!! » enthousiastes dans la rue, autant dire que mes chevilles ont bien enflées !! Franchement, je l’adore, c’est tout ce que je voulais et plus encore, aucun chapeau ne peut plus me correspondre.
  • Tous mes achats Nitori: le mook sur lequel j’avais écrit tout un article, la boîte « my favorite is » que je convoitais tant, la figurine Taito que j’avais failli acheter pour le prix d’un rein sur internet, la pochette avec La Plus Belle Illustration de Nitori, le store « birthday party »,… Si j’étais Hilary Duff je chanterais « this is what dreams are made of » à plein poumons.
  • La figurine Psychedelic!Izaya ! J’ai jamais autant voulu une figurine et c’était toute une histoire pour mettre la main dessus, tout ça pour la trouver si facilement… on était destinées.
  • Mon jeans que j’avais déjà montré. Et aussi mon sac; ce sac, je le voyais partout, et je suis un être humain comme vous, je suis un produit de la société, j’ai fini par craquer. C’est tellement mon style, j’adore ce qui est transparent, j’avais déjà un sac transparent pour ceux qui s’en souviennent.

Voilà ! Désolée de ne pas avoir donné de nouvelles avant, mais évidemment, je suis bien rentrée, mon escale était un désastre mais c’est passé, et je reviens avec de merveilleux souvenirs plein la tête. Je termine en musique comme j’aime bien le faire dans mes Slice of Life.

J’attendais avec impatience les débuts de BLACKPINK, et c’était encore mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Elles ont tout ce qu’il faut: le charisme, l’énergie, le talent, le style. Les musiques sont entraînantes, travaillées, il y a plein de bonnes idées, BOOMBAYAH a ce petit quelque chose d’I AM THE BEST et FANTASTIC BABY. Les filles sont si attachantes, elles sont super sexys et en même temps si mignonnes et espiègles. Je suis à fond. Et elles connaissent déjà beaucoup de succès, ce que je trouve amplement mérité. J’ai écouté leurs chansons durant tout mon voyage, et je ne suis toujours pas lassée. Il m’en faudra un peu plus pour oublier que YG a saboté tous ces autres girls bands, et pour me remettre du fait que Minzy ne fait plus partie de 2NE1, mais… ça fait quand même du bien de voir un peu de nouveauté.

En parlant de YG et de 2NE1, CL essaie toujours de se frayer un chemin sur la scène musicale aux US, et sur ce coup, j’ai envie de dire qu’elle a fait un sans fautes. Je comprends que Doctor Pepper ait fortement déplu, je peux concevoir que HELLO BITCHES ne soit pas pour tout le monde, mais LIFTED… c’est une chanson qui peut mettre tout le monde d’accord. Je pense que vous devriez l’écouter. Moi, en tout cas, je la connais par cœur.

Je m’arrête ici pour aujourd’hui, en espérant que votre lecture fut bonne. Bon courage à tout ceux qui reprennent les cours demain ! On se retrouve dans pas très longtemps pour de nouveaux articles ! En attendant, n’hésitez pas à me raconter vos vacances dans les commentaires !

Moi, au Japon. Okayama, Osaka, Shirakawa.

Hier, nous avons encore quitté Osaka, cette fois pour Okayama. Là-bas, deux incontournables, à commencer par le château d’Okayama. Alors que le château d’Himeji se fait surnommer le héron blanc, celui-ci se fait appeler le château du corbeau. Ca change un peu des châteaux qu’on a déjà pu voir, le noir et l’or rendent très bien et l’endroit est agréable à visiter.

Beaucoup d’artistes en herbe s’amusent à le dessiner. En effet, on peut acheter du matériel de dessin tous les 100 mètres, et plein d’enfants se prêtent au jeu (et je n’ai vu que des chef d’œuvres ?! si jeunes mais tous si doués!!).

De l’autre côté du pont situé devant le château, il y a un des plus beaux jardins du pays; il fait partie des Trois Grands Jardin du Japon, c’est bien sûr le Kouraku-en.

Superbe. Un superbe jardin japonais, très bien entretenu, et même pas trop fréquenté, c’est une visite aussi calme qu’agréable, et pas très chère. Nous n’avons même pas eu le temps d’en faire le tour complet tant il est grand.

J’aimerais vous mettre tellement plus de photos mais ça me bouffe tant de mémoire…

Enfin, on est rentrées, et dans l’après-midi, on est retournées au fameux quartier coréen dont j’avais parlé dans mon précédent article. C’est à Osaka, pas très loin de chez nous, c’était une petite sortie. Alors. Je sais pas ce qu’il se passe avec Korea Town, mais la denrière fois, quand j’ai dit que « tout était fermé très tôt », heu… après y être retournée dans la journée, je crois pas que ça soit un problème d’horaires, je crois que c’est juste mort comme coin.

Peut-être qu’on était là un mauvais jour, ou que les horaires n’étaient toujours pas bons (il était tout juste 17h30/18h cela dit ?), mais la grande partie des commerces étaient fermés (définitivement ou non, ça, allez savoir!). C’est assez paumé, y’a pas grand monde qui s’y balade, on a vite fait le tour,… Y’avait quand même quelques boutiques sympas, on trouve toujours de quoi faire si y’a moyen de dépenser hein, et j’ai trouvé quelques cadeaux pour des amis dans des boutiques de cosmétiques, par exemple.

Bien plus tard dans la soirée, on est allée voir le château d’Osaka de nuit. On aurait pu le voir le jour, mais on tenait à le voir de nuit, parce que je sais pas si ça rend aussi bien sur les photos qu’en vrai, mais comme il est tout de blanc vêtu, quand il est illuminé le soir, c’est tout ce qu’on voit dans la nuit noire et c’est une vue assez fantastique. Et comme ça, on aura vu un château noir et un château blanc dans la même journée ! Et d’ailleurs, pas mal de touristes viennent pour l’admirer de nuit, on était plusieurs à courir sous la pluie pour aller le voir, c’était cocasse. En plus, on ne dit jamais non à peu de pluie dans ce pays.

Et le lendemain, grosse journée. C’était excursion en montagne, pour visiter le village Shirakawa.

J’ai connu Shirakawa en lisant le visual novel Higurashi no naku koro ni/Le sanglot des cigales. Hinamizawa est directement inspiré de ce village, et déjà il y a trois ans, je m’étais mis en tête de le visiter. Sauf qu’à l’époque, c’était beaucoup plus compliqué d’y accéder, peu de bus y allaient ! C’est pas devenu beaucoup plus simple; comme mentionné dans un autre article, on a juste eu besoin d’aller dans une agence de tourisme pour qu’ils nous réservent des places dans un bus.

Par contre, on a très mal géré l’organisation; c’est notre fort d’habitude mais là… En fait, le bus partait de Kanazawa, qui est à un peu plus de deux heures en shinkansen d’Osaka. Et Kanazawa, y’a plein de trucs cools à y visiter: un ancien village de samouraïs !, un autre des Trois Grands Jardins ! On voulait voir tout ça, si déjà on était de passage ! Mais on est arrivées trop tard pour avoir le temps de visiter le jardin, et c’était pas faute d’être partie super tôt d’Osaka; puis le soir, on est rentrées trop tard, on était trop fatiguées, on avait encore plus de deux heures de train à faire,… au final, on n’a rien vu de Kanazawa et c’est très dommage.

DSCN4293

Mis à part ça, on a passé un super moment à Shirakawa. Une heure de bus pour s’enfoncer dans les montagnes, et on débarque dans un endroit unique, qui ne ressemble à rien de ce qu’on a pu déjà voir au Japon. C’est un village magnifique. Ca m’a fait tellement plaisir d’y aller. Bien sûr, il vaut le détour que vous aimiez Higurashi ou pas. Les maisons sont si atypiques ! Et elles sont le symbole même de l’endroit; on les retrouve sur tous les souvenirs, que ça soit des portes-clés ou des gâteaux…

Peut-être qu’on est totalement passées à côté de Kanazawa, mais en tout cas, Shirakawa, on en a profité à fond, et si vous avez le temps d’y passer, en vous en privez surtout pas.

C’est comme ça qu’on a occupé notre journée, c’était un long périple donc c’était bien suffisant. Demain, c’est déjà notre dernier « vrai » jour au Japon (le samedi étant le jour du départ), on ne va pas trop se démener et juste rester dans Osaka.

On se retrouvera bientôt dans un nouvel article, que j’écrirai sûrement d’Italie, pendant mon escale ! Je verrai, j’aviserai. En tout cas, merci de m’avoir suivi pendant maintenant presque trois semaines, merci d’avoir voyagé avec moi; c’est bizarre de se dire que la fin de l’aventure approche…

Moi, au Japon. Osaka, Uji.

DSCN4120

Dans mon dernier article sur mon voyage, je disais être à une station de métro de Namba. En fait, c’est mieux que ça, je suis à deux minutes à pieds de Dotonbori. C’est rue commerçante qui peut se vanter d’être l’une des principales destinations touristiques d’Osaka. On est seulement là depuis deux jours et on y a déjà passé beaucoup de temps!, c’est super chouette d’être situées aussi près.

Lors de notre première journée à Osaka, c’est à peu près tout ce qu’on a fait. Mais il y a de quoi faire à Dontonbori, et il y a galeries commerçantes de tous les côtés. Et c’est une ambiance complètement différentes des rues tout aussi animées de Tokyo. La nuit, c’est carrément un autre monde.

On a passé la journée à traîner là, et à se reposer un peu des épuisantes quatre journées précédentes.

On est très contentes de notre appartement; le seul problème, c’est la petite surprise qu’on a eu en regardant en regardant par le balcon. On a vue sur un énorme chantier. Et il n’a pas manqué de nous réveiller à 8h du mat, un des rares jours où on voulait faire une grasse matinée. Le bruit est infernale, juste en-dessous de notre fenêtre, et c’est comme ça toute la journée ! Heureusement, on est tout le temps dehors à courir les rues, mais ça reste un inconvénient assez conséquent. Sinon y’a vraiment pas à se plaindre.

Et sinon, le soir, on s’est laissées tenter par une expérience culinaire qu’on voulait faire depuis longtemps: le bœuf de Kobe !

Franchement… il est à la hauteur de sa réputation. Et pourtant, je suis pas une amatrice de viande, surtout de viande rouge, mais on a goûté plusieurs sortes de bœuf, et le bœuf de Kobe était si tendre, fondant, un goût délicieux en bouche. Je suis péniblement difficile niveau nourriture, c’est pas souvent que je me « régale », mais là c’était le pied. Cela dit, vous vous en doutez, c’est pas donné un orgasme culinaire; le bœuf de Kobe, et la viande en général, c’est assez cher!!, et là, on a eu 5 morceaux de viande chacun et on en avait pour plus de 50€…  et ça les vaut, mais faut pas être affamé parce que ça nourrit pas vraiment son homme. On avait envie d’en recommander encore et encore mais ça n’aurait pas été très raisonnable !

Voilà pour ma première journée à Osaka ! Je m’y plais déjà beaucoup. Mais le lendemain, on a déjà momentanément quitté la ville pour aller visiter Uji. Plus précisément, le Byodo-in.

DSCN4131

C’est le temple qu’on voit sur les pièces de 10 yen. Mais c’est pas ça le plus important: c’est surtout le temple du phénix. Je le trouve magnifique; je trouve toujours les temples très beaux, mais alors quand ils sont sur l’eau, c’est encore mieux, 10/10.

On peut aussi visiter le hall du phénix/salle Amida, mais il fallait payer un supplément et on s’est contentées de voir le musée du Dit du Genji; il y avait des salles exceptionnelles, des statues de phénix impressionnants, de superbes Bouddha, des portes colorées qui vous en mettaient plein les yeux,… mais les photos étaient interdites dans tout le musée ! Je ne peux donc malheureusement rien vous montrer.

C’est pas plus mal parce que les photos de mon appareil me bouffent énormément de mémoire sur WordPress!; une bonne partie de mes photos sont prises avec mon téléphone mais la qualité n’est pas géniale et il prend pas de super photos de toute façon, le seul avantage étant que les photos sont moins lourdes. Bref !

Vu qu’on était déjà à Uji, je voulais faire un détour par la KyoAni Shop. Ce que j’avais pas prévu, c’est que même si elle est située à Uji, elle est pas du tout proche de la station « Uji », il a fallu aller deux stations de métro plus loin, et descendre à Kohata. En sortant de la gare, on aperçoit tout de suite le studio. Sur la devanture, une carte indique très bien où se trouve la boutique.

C’était le pied. J’ai trouvé très peu de produits dérivés Nitori pendant mon séjour, et, honnêtement, très peu de trucs Free! Eternal Summer en général. En 2013,  Free! était en cours de diffusion et je ne voyais que ça dans les magasins. Maintenant, les rayons sont bien plus petits, et le peu qu’il y a, c’est souvent des produits High Speed… Mais alors à la KyoAni Shop, Free! monopolise plus de la moitié du magasin, et j’ai trouvé tout ce que j’ai toujours voulu en matière de produits dérivés Nitori.

Je vous avais dit que je vous montrerai tous mes achats une fois à la maison, quand tout est bien déballé, et ça vaut aussi pour ça mais pour vous donner une idée, j’ai pris deux badges, un wall scroll -free! ES Birthday Party- (avec tous les articles que j’ai écrit dessus, il était temps que j’en achète quelque chose!), une boîte « My Favorite Character is… », un stand acrylic charm, une pochette inspirée des couvertures des couvertures des Creation Notebooks, et le fameux mook AiMomo. Tout ce que je convoitais depuis toujours. Et que j’aurais bien voulu avoir pour un peu moins cher mais j’ai rien trouvé de tel dans les boutiques d’occas’, malheureusement. Très satisfaite en tout cas, j’étais totalement dans mon élément.

En rentrant, on est allées réservés des places de bus pour Shirakawa-go, où on se rendra donc jeudi prochain ! Très, très, hâte ! C’était pas une mince affaire, il faut passer par un office du tourisme pour réserver des places et acheter les tickets, et c’est pas donné mais le trajet est long donc ceci explique cela, et en plus je pense que ça en vaudra bien la peine, j’en suis même certaine.

Par la suite, on voulait aller à Korea Town mais on s’est retrouvées obligées de reporter ça à demain parce que tout était déjà fermé à 19h ! On s’est déplacées pour rien. Enfin, disons qu’au moins, on sait où c’est maintenant, on a repéré l’endroit, où est prêtes à l’explorer demain. Je me ferai un plaisir de vous montrer ça dans deux jours ! En attendant, j’espère que vous aimez toujours autant suivre mes aventures, merci à ceux qui me lisent tout au long du voyage !

Moi, au Japon. Kyoto, Arashiyama.

Pour notre dernière journée à Kyoto, nous sommes allées visiter le Fushimi Inari Taisha, le plus grand sanctuaire shinto du Japon, connu pour ses milliers de torii. Il est dédié à la déesse Inari, et ses portes sont pour la majeure partie des donations de riches sociétés et hommes d’affaires.

C’est une belle visite, l’endroit est assez original, c’est assez impressionnant de voir autant de torii; mais la randonnée à travers la forêt prend environ deux heures, et se rendre au sommet du mont Inari par une telle chaleur, et avec autant de monde autour… même si, physiquement, on aurait pu, est-ce qu’on aurait vraiment voulu ?

J’ai pas réussi à avoir la célèbre photo parce qu’il y avait beaucoup trop de monde; c’est pas faute d’avoir attendu mais y’avait toujours une personne qui venait s’incruster dans le cadre, au bout d’un moment j’ai dû abandonner l’idée…

C’est aussi assez connu pour ses nombreuses statues de renards, puisque la divinité Inari est symbolisée par cet animal.

A la sortie du sanctuaire, on peut passer par une petite allée de stands très sympa. J’ai pu y goûter un flan glacé ! Et ma mère s’est acheté des takoyaki qui, d’après ses dires, étaient très bons.

Mais qu’on se dise bien une chose: un voyage au Japon, c’est pas de tout repos à la base, mais sous la chaleur du mois d’août, c’est vraiment une épreuve physique. Et le plus raisonnable à faire, c’est, entre deux visites, faire une pause, soit dans un restau bien climatisé, soit à l’hôtel ou n’importe quel logement où l’on peut bien séjourner. Et ça, on le fait d’habitude, mais ce jour-là, on changeait de ville pour Arashiyama, et on récupérait notre chambre là-bas à seulement 16h, et comme on avait déjà rendu la chambre à Kyoto, fallait bien qu’on s’occupe un peu. On a donc tenté Kiyomizu-dera. Erreur monumentale.

IMG_0879[1]

On a vu la porte, l’entrée, cool, mais on se sentait vraiment pas d’aller plus loin, surtout qu’on voyage avec ma grand-mère qui a plus forcément l’âge pour monter des marches et des marches, surtout que, soyez prévenus: Kiyomizu-dera, on y accède en longeant une longue rue commerçante. En pente. Et le chemin est relativement long. On avait évidemment pas le moindre coin d’ombre, et en plus, encore une fois, c’était noir de monde. Si on avait su que la montée jusqu’à l’entrée allait être aussi pénible, on se serait pas risquées à faire une deuxième visite dans la même matinée. Dommage qu’on se soit arrêtées si prêt du but parce que c’est un endroit très joli.

On est carrément rentrées en taxi du coup, on a récupéré nos valises à Kyoto et on a rejoint Arashiyama, où l’on passait, comme pour Kyoto, seulement une nuit.

Arashiyama est un superbe endroit. J’avais déjà eu l’occasion de visiter la ville lors de mon précédent séjour, cette fois c’était l’occasion de l’exploiter un peu plus. On est arrivées assez tard, et les commerces ferment à 19h donc on n’a pas fait grand chose après notre arrivée.

Ce que je peux vous raconter d’intéressant, par contre, c’est qu’on logeait dans une petite auberge de jeunesse. C’était pas la Vraie Expérience Ryokan non plus; la résidence n’était pas bien grande, et comportait pas plus de cinq chambres. Dont deux qu’on occupait. Alors on n’était pas très nombreux, et on n’a d’ailleurs pas trop croisé les autres résidents. On n’avait pas non plus de bains japonais, juste deux salles de douches qu’on devait partager avec les autres; on avait toute l’intimité qu’on pouvait demander. Par contre, on avait bien les petites chambres avec les futons, un couvre-feu,… c’était une expérience, et c’était différent d’être dans un hôtel ou une location.

DSCN4059

Le lendemain, on a visité ! Notre auberge était juste de l’autre côté du Togetsukyou, le pont en bois qui « traverse la lune ». Ce n’est pas la seule attraction touristique d’Arashiyama ! Pour la petite matinée qu’on y passait, on a décidé d’aller se promener dans la forêt de bambous.

J’adore !!! En plus, c’est une promenade très agréable parce qu’en forêt, il fait bien frais, on est à l’abris du soleil, et il tapait particulièrement fort aujourd’hui.

Et après, à quelques pas de notre auberge, on avait Iwatayama, le parc des singes. J’avais super hâte de visiter cet endroit; pour ceux qui seraient dans le même coin que moi, en Alsace y’a un parc au concept similaire: la Montagne des singes. Là c’est pareil, on peut se balader au milieu des magots.

D’abord il faut grimper dans la forêt pendant quelques minutes.

DSCN4087

On atteint alors ce sympathique observatoire. Il offre une superbe vue sur Kyoto.

DSCN4085

Dans le local, on peut acheter de quoi nourrir les singes. Des pommes, des bananes ou des cacahuètes. C’est fait à travers des grilles pour garantir la sécurité des visiteurs comme des singes.

Ils ont l’air d’être plutôt biens: ils ne sont pas vraiment en captivité, ils ne sont pas en cage, ils se baladent dans la nature et ils sont bien nourris. Peut-être que certains trouveront discutable qu’ils soient utilisés comme une attraction ? En tout cas, niveau sécurité, on ne lésine pas!, il y a beaucoup d’avertissements tout au long du parcours: ne pas sortir de la nourriture en leur présence (sauf dans le local prévu à cet effet), ne pas les pointer du doigt ou les regarder dans les yeux, garder une distance de trois mètres,… Tant et si bien que j’ai fini par croire qu’ils étaient agressifs, alors que pas du tout ! C’est juste qu’il vaut mieux prévenir que guérir, mais ils sont très habitués à la présence humaine.

Très satisfaite de cette visite, je suis contente de l’avoir fait et je la recommande si jamais un jour vous passez par Arashiyama !

Près de la station de métro, il y aussi la « kimono forest » qui peut valoir le détour si déjà vous êtes dans le coin.

Et si on était dans ce coin, c’était justement pour prendre le métro et espérer rejoindre Osaka, un jour… Ce fut un trajet raisonnablement long; depuis toutes nos heures de vol, et nos 5 heures de train pour aller de Tokyo à Hiroshima, plus rien ne me fait vraiment peur donc bon…

Dans mon article sur « organiser un voyage au Japon », j’avais dit qu’on louait une petite maison sur Osaka, puis finalement on l’a annulé et sur les bons conseils de MKS on a testé Airbnb et on est maintenant dans un appartement à Nipponbashi. Je vous montrerai des photos d’Osaka non plus; aujourd’hui, on n’a rien fait à part prendre nos marques dans le quartier. On est arrivées un peu trop tard pour entreprendre une énième visite mais on a le temps puisqu’on est maintenant à Osaka jusqu’à la fin du séjour. En tout cas, je suis très satisfaite de notre location, la locataire a pensé à plein d’adorables petites intentions, et on est à une station de Namba ! Je vous en montre plus dans deux jours !

Moi, au Japon. Iwakuni, Kyoto.

IMG_0797[1]

J’ai eu une journée bien fatigante aujourd’hui ! J’y reviendrai plus tard, mais le fait est que cet article risque d’être un peu plus court que les autres. Revenons déjà sur notre dernier jour à Hiroshima.

On l’a passé à Iwakuni, à environ une heure de train plus loin. Je n’ai pas eu l’impression que ça soit une destination très prisée des touristes, peut-être qu’elle l’est davantage au printemps, quand les cerisiers sont en fleurs, rendant le paysage encore plus sublime. C’est très beau en été aussi, en été et toutes les autres saisons d’ailleurs !

C’est ma mère qui a eu l’idée, car c’est une grande amatrice de ponts, et Iwakuni est connue pour son fantastique pont en bois, le Kintai-kyou. A l’origine, il avait été construit pour les samouraïs.

On est passées par le parc Kikko pour se rendre au téléphérique, qui nous a permis de nous engouffrer au plus profond de la montagne. Ca nous évité tout une randonnée en forêt, mais une fois arrivées à destination, il fallait quand même s’y enfoncer un peu et grimper pour arriver jusqu’au château d’Iwakuni.

IMG_0798[1]Entre nous, ce qui vaut le détour, c’est vraiment le pont. Le château est beau mais ne vaut pas forcément son prix; il fait un peu office de musée, des sabres, armures, photographies,… y sont exposés. Ce qui est quand même bien, c’est qu’à partir de la gare du téléphérique, on a une superbe vue sur la ville, et en haut du château il y a un observatoire pas mal non plus.

IMG_0782[1]

Mais le pont, c’est l’attraction principal d’Iwakuni. Il est beau, unique. L’eau est si claire !, et avec la chaleur étouffante, tout le monde allait s’y baigner les pieds, nous y compris.

Il y avait quelques stands le long de la rivière; j’y ai mangé la plus délicieuse des croquettes de pomme de terre, avec de la glace pilée !

Il était déjà tard quand on est arrivées à Hiroshima, on a fait quelques magasins, on est allées au restaurant, puis c’était déjà l’heure de se reposer pour la longue journée qui nous attendait le lendemain.

Réveil à 6h45 pour Kyoto. Le shinkansen partait à 8h05. Environ deux heures et demi de route, en comptant encore le métro pour rejoindre l’hôtel. Pour nos nerfs, c’était la pire journée depuis le début de notre voyage. Tout le monde était fatigué, le manque de nicotine se faisait sentir chez certaines… et pour en rajouter une couche, on était un peu perdues.

En fait, c’est pas qu’on étaient perdues. J’ai demandé notre chemin à trois reprises, et à chaque fois on m’indiquait la même direction, on me confirmait que j’étais sur la bonne route, mais le site de l’hôtel disait qu’il était situé pas loin de la station de métro (entre 4 et 6 minutes) et comme on s’éloignait de plus en plus de cette dernière, on se posait de sérieuses questions. Effectivement, il est un peu loin de là où on pensait être; on est à 20/25 minutes de marche de la galerie Teramachi. Indépendamment de cet incident, le voyage fut quand même très long, on a rejoint Kyoto vers 12h, donc pour le sanctuaire qu’on avait prévu de faire ce matin-là, c’était raté, on était de toute façon trop épuisées.

On a donc vadrouillé à la Teramachi, qui a quand même bien changé en trois ans!, on a reconnu certains commerces, constaté que d’autres avaient été remplacés,… On a mangé nos premiers okonomiyaki!!, on voulait absolument en tester à Hiroshima mais on n’a pas eu le temps… C’était peut-être pas une grande perte parce que pour ma part je ne suis pas convaincue; sacrilège?, peut-être, mais je suis pas fan.

Le soir, on s’est rendues à Gion, dans l’espoir de voir des geisha. Mais au cas où on l’avait toujours pas compris: c’était ! pas ! notre jour ! de chance ! Et on n’en a vu aucune. Dire qu’il y a trois ans, on en avait vu plein ! Dans la mesure où c’est rare; on avait eu la chance d’en voir plusieurs, les deux fois où on était venues à Gion. Pas autant de chance cette fois-ci. C’était quand même agréable de se balader dans les rues du quartier traditionnel de la ville, même si c’était bondé de taxis transportant de sûrement très riches clients et de touristes faisant la chasse aux geisha…

C’était une journée un peu gâchée, on n’a pas fait grand chose et c’est dommage parce qu’on ne passe pas beaucoup de temps sur Kyoto. On a un meilleur programme qui nous attend demain, vous verrez tout ça dans deux jours ! Ma valise est pleine à craquer et je n’ose pas trop la défaire, je pense que je vous ferai un ~haul~ seulement quand je rentrerai en France, parce que là j’ai déjà bien casé la plupart de mes emplettes et Dieu sait que c’était pas chose facile parce que j’ai un peu trop d’achats et pas tellement de place.

Merci à ceux qui me suivent depuis maintenant plus d’une semaine, j’espère que vous aimez toujours autant me lire !

Moi, au Japon. Hiroshima, Miyajima.

DSCN3933

Comme promis, après une petite interlude sur Free!, voici la suite de mes aventures japonaises. Dans mon dernier article, j’étais arrivée à Hiroshima ! Après une bonne nuit de sommeil, on est allées explorer notre quartier, qui consiste surtout en la rue commerçante Hondori dont j’ai déjà posté quelques photos.

L’après-midi, nous avons visité le coin historique, au parc du mémorial de la paix, avec le dôme et les différents mémoriaux. On les avait déjà vu lors de notre précédente visite, mais ce n’est pas pour autant que ça laisse indifférent.

Le dôme a plusieurs noms: dôme de Genbaku, dôme de la bombe atomique, mais aussi « le mémorial de la paix ». Quand la bombe atomique a explosé à quelques mètres du sol, elle se trouvait au-dessus de ce qui était alors le Palais d’exposition industrielle. Pourtant, le bâtiment est resté en partie debout, et a été conservé tel quel et représente maintenant l’espoir de la paix à travers le monde, et l’abolition de l’arme nucléaire.

Bon, ces photos sont pas superbes, celles d’il y a trois ans étaient mieux, mais… on y reconnait le cénotaphe du parc; beaucoup de gens s’y recueillent et prient. L’inscription, je ne saurais la traduire avec justesse, mais en gros, elle dit « reposez en paix car nous ne répéteront pas l’erreur »; vous avez compris l’esprit. Quant à la Flamme de la paix, elle symbolise ce même espoir d’abolir l’utilisation de l’arme nucléaire, et ne s’éteindra que lorsqu’elle sera complètement éradiquée.

IMG_0495[1]

Le moment de la paix aux enfants rend hommage à Sasaki Sadako, décédée à un bien trop jeune âge d’une leucémie causée par l’exposition à la bombe atomique. Le mémorial est également dédié à tous les enfants victime du bombardement. Lors de son hospitalisation, Sadako a confectionné mille grues en papiers pour espérer voir son souhait se réaliser: guérir. C’est elle que l’on voit au sommet du monument, une grue entre les mains. Encore aujourd’hui, des milliers de grues sont déposées ici.

Etant déjà venue, j’étais un peu plus préparée à ce que j’allais voir, et ressentir. Ce que je n’avais jamais vu, en revanche, c’était le musée du mémorial pour la paix. Encore un choc, encore une claque.

Pour des raisons évidentes, je n’ai pas pris énormément de photos à l’intérieur du musée. Je n’avais pas vraiment la tête à ça, et de toute façon, je n’étais pas à l’aise avec l’idée de photographier certaines choses. C’était une visite très dure, et éprouvante. Beaucoup de photos difficiles à voir étaient exposées, mais aussi énormément de vestiges; beaucoup de ruines ont été récupérées, des volets en acier qui ont été complètement tordus, des vêtements déchiquetées, des ongles déformés, et même l’ombre d’une victime. Une partie plus scientifique explique la bombe, ses mécanismes, ses dégâts, on nous explique tous les détails des maladies qu’elle a engendré. Une autre partie est consacrée à Sadako, et retrace toute son histoire. Une autre partie encore parlait de la pluie noire; le musée a pu récupérer des traces de pluie noire, c’est l’une des seules photos que j’ai prise.

La pluie noire s’est abattue sur Hiroshima et Nagasaki après le bombardement, elle doit sa couleur aux cendres et aux poussières radioactives. Les survivants étaient assoiffés et se sont retrouvées à la boire. Comme elle était contaminée, elle leur a donné les mêmes symptômes qu’à ceux qui avaient directement été exposés, et a accéléré leur décès.

Sur l’autre photo, on peut voir les grues réalisés par Barack Obama lors de sa visite en mai dernier.

Je le redis, c’est une visite dure. Mais nécessaire. C’est une réalité atroce, mais il faut l’affronter, la reconnaître, en parler, bien l’encrer en nous, et il faut qu’elle nous serve de leçon.

En tout cas, ça m’a beaucoup marqué et je pourrais vous bassiner avec de longs discours sur la paix si je m’écoutais. Mais pour faire court, et pas trop idéaliste, utopiste, je vais juste dire que j’y crois, à la paix. Les gens à qui je parle d’Hiroshima, et en particulier de la flamme qui ne s’éteindra pas tant que l’arme nucléaire ne sera pas éradiquée, me disent qu’ils ne pensent pas voir ce jour arriver de si tôt. Ce que je comprends; j’imagine qu’on a encore du chemin à faire. Mais j’y crois. Je ne peux pas me permettre de ne pas y croire.

Si vous avez envie de vous exprimer sur le sujet, n’hésitez pas.

Sur ce… nous avons changé d’air. Le lendemain, on a pris le train, puis le ferry, pour Miyajima. Ou Itsukushima, comme on l’appelle aussi. J’attendais cette journée avec impatience parce que Miyajima est un de mes endroits préférés au Japon.

DSCN3961

C’est une île sacrée, l’île du shintoisme; elle est notamment connue pour son torii flottant, au milieu de l’eau durant la marée haute.

C’est un endroit peuplé de cerfs sika ! Et les cerfs sont mes animaux préférés, donc d’un côté je suis aux anges!, et d’un autre… un peu moins. On peut apprécier la présence des cerfs, mais il faut malgré tout prendre connaissance du fait qu’ils ne sont pas à leur place ici, et qu’ils meurent de faim. Ici, ils sont sacrés, donc bien traités par les locaux. Ils se nourrissaient principalement des galettes avec lesquelles les touristes les nourrissaient. Mais depuis plusieurs années, il est interdit de nourrir les cerfs de l’île. Le problème est qu’ils se sont habitués à cet environnement et sont incapables de retourner vivre, survivre, dans la nature. Donc ils meurent de faim, la plupart n’a franchement pas l’air en forme, ils sont maigres. C’est désolant.

L’Itsukushima-jinji est le superbe, et très grand, sanctuaire de Miyajima. On regrette de ne pas l’avoir vu à marée haute.

IMG_0584[1]

La plus grande spatule à riz du monde.

L’incontournable, la spécialité, c’est les momiji manjuu, dérivés du mochi. Les garnitures sont diverses et variées; on a pris chocolate cream! et red beans ! C’est très bon !

On aurait bien voulu manger notre repas du soir sur place, mais les commerçants et restaurateurs remballent très tôt: à 18h, Miyajima était quasiment désert.

Nous n’avons pas fait grand chose après être rentrées, donc je crois qu’on peut dire que la journée s’est achevée sur ça. D’habitude, je termine sur un petit haul mais je n’ai pas encore fait de photos de mes achats de ces derniers jours donc ça sera dans un prochain article ! J’espère que vous serez toujours de la partie dans deux jours; je pars de ce principe et vous dis donc à bientôt !