Zootopie, ma réconciliation avec Disney.

flex_tablet_zootopia_selfie_c781d089

Pour une fois, c’est du bien que je vais dire d’un film Disney. Parce que oui, si vous êtes dans anciens, vous savez que j’ai déjà parlé trois fois du studio sur mon blog: l’année dernière, entre février et mars, j’ai publié trois articles à ce sujet. Et c’était pas pour leur faire des éloges. Parce que j’ai beau adorer Disney, ces dernières années, ils n’ont fait que de me faire lever les yeux au ciel. J’ai donc écrit deux articles sur leur problème avec le « same face syndrome », où je parlais du fait que tous leurs personnages féminins les plus récents avaient exactement le même visage, et j’ai aussi posté sur Big Hero 6/Les Nouveaux Héros, film qui m’avait donné l’impression que Disney avait abandonné et se contentait maintenant de faire le minimum strict niveau scénario. Sur mon ancien blog, pour ceux qui s’en souviennent, j’avais aussi bien descendu Frozen/La Reine des Neiges, qui, à mes yeux, était un échec total et une de leurs pires productions.

Et à chaque fois, c’était des problèmes assez grave que je tentais de dénoncer: la misogynie, le racisme,… Rien de bien nouveau chez Disney, ne nous voilons pas la face. Mais à notre époque, c’est assez frustrant, presque révoltant, de voir que le studio se montre si peu progressiste, de constater qu’il n’apprend pas de ses erreurs, alors que ses productions sont distribuées à travers le monde et impactent des millions de personnes.

Du coup, quelle ne fut pas ma surprise quand je me suis retrouvée devant Zootopie ! Le dernier long-métrage de Disney est déjà dans les salles françaises depuis un mois, mais je n’ai pas eu l’occasion de le voir avant ce soir: maintenant que c’est enfin chose faite, voici mes impressions, encore toutes fraîches !

C’est l’histoire de Judy Hopps: une lapine qui vit dans un monde où les animaux ont évolués, et où proies et prédateurs vivent en harmonie. Malheureusement, ce n’est pas parce qu’ils cohabitent qu’il n’y a pas d’inégalités, et Judy va devoir y faire face très tôt, puisque son rêve est de devenir policière, et de rendre le monde meilleur. Seulement voilà, on n’a jamais vu un lapin devenir policier: les proies ne sont pas destinés à ce genre de profession. Mais notre héroïne est pleine de motivation, d’espoir et de ressources, et elle fera tout pour atteindre son objectif, et se rendre à Zootopie, la ville où l’on peut devenir qui l’on veut. Ou du moins, c’est ce que le slogan dit. La réalité est toute autre, et Judy l’apprendra à ses dépends: bien qu’elle fut la première de sa promo, elle sera chargée de la circulation, parce qu’en tant que lapine, personne ne la prend au sérieux. Mais c’est pendant ingrât qu’elle fera la rencontre de Nick Wilde, un renard, roi de l’arnaque qui ne sait pas gagner sa vie honnêtement et qui ne fait que de traîner dans des affaires louches. Leur relation ne partait pas sur de bonnes bases, mais de fil en aiguille, les deux vont être amenés à faire équipe et à se rapprocher…

Après La Reine des Neiges qui était… terrible. Les Nouveaux Héros qui avait des tendances un peu racistes et qui était super mal écrit. Vice-Versa qui, honnêtement, était pas mal du tout mais qui s’est un peu loupé niveau « body positivity »… Zootopie a été une vraie bouffée d’air frais: très axé sur la justice sociale, le film traite de discrimination (principalement de discrimination raciale) et, étonnamment, le fait plutôt bien…

(Et à partir de là, attendez-vous à des spoilers !)

Lire la suite

Hollywood a fait une victime de plus: Light Yagami souffre d’un sérieux cas de whitewashing.

Quand Hollywood décide d’adapter un manga ou un anime au cinéma, on devrait se réjouir ! Ca veut dire qu’un studio avec un gros budget va donner une chance à nos histoires et personnages préférés d’apparaître sur le grand écran ! Et c’est la chance de toucher un très large public, une audience « mainstream », c’est l’occasion de faire découvrir nos œuvres préférées à des gens qui, d’habitude, ne prendraient pas le temps de s’intéresser aux manga. En théorie, ça sonne comme une bonne idée, mais en pratique… on sait que lorsque les studios américains touchent aux manga, c’est jamais une bonne nouvelle. On le sait, parce qu’on a connu ce désastre là:

dragonballevolution_hero_vf1-is-this-finally-the-live-action-dragon-ball-z-we-deserve-light-of-hope-ep1-jpeg-275345

Alors non seulement c’était de la merde, mais en plus, c’était raciste.

Vous venez peut-être de vous étonner: « Raciste ?! », et ça ne m’étonnerait même pas que vous ayez pensé que « Ah!, elle voit encore du racisme partout… », parce que… …c’est quelque chose qu’on dit souvent sur moi… Mais vous savez, je ne vois le racisme que là où il est, et la triste réalité, c’est qu’il est partout.

Laissez-moi vous expliquer où est le problème avec ces adaptations hollywoodiennes d’anime et de manga…

.

Vous savez combien de personnages sont joués par des personnages de racisés au cinéma ? Ridiculement peu. Voyez par vous-mêmes:

Les personnes racisées ont très peu d’opportunités dans le milieu du cinéma. Et comme si ces chiffres n’étaient pas déjà assez bas comme ça, Hollywood est adapte du whitewashing. Si vous ignorez ce que c’est, c’est la mauvaise manie qu’à l’industrie du cinéma à engager des acteurs blancs pour jouer des personnages racisés. Si ce concept vous est totalement inconnu, permettez-moi de vous recommander deux très bons articles:

Ça vous apportera toutes les informations dont vous avez besoin pour comprendre le whitewashing, plein d’exemples y sont cités, et le deuxième article s’affaire à expliquer pourquoi ça marche dans un sens, et pas dans l’autre.

Ce problème affecte donc aussi les anime et les manga sur lesquels Hollywood jète son dévolu. J’ai cité le cas de Dragon Ball Evolution, sorti en 2009 (et, fun fact, c’était un 1er avril), où Goku (entre autres) est joué par Justin Chatwin, mais on peut malheureusement citer des exemples plus récents.

Au début de cette année, Paramount a annoncé que Scarlett Johansson serait le rôle principal dans le remake de Ghost in the Shell qui sortira fin mars 2017.

scarlett-johansson-ghost-in-shell

Et, si j’écris cet article aujourd’hui, c’est parce qu’il y a seulement quelques semaines, à la fin du mois de septembre, Vanity Fair a révélé que ça sera Nat Wolff qui incarnera Light Yagami dans le remake de Death Note, par Warner Bros.

Nat-Wolff-Light-Yagami

La nouvelle est donc tombée récemment, et au début, je ne comptais pas en parler parce que j’étais tellement énervée, révoltée, et aussi fatiguée parce que ça arrive de plus en plus souvent. Les rares fois où il y a des personnages racisés dans une histoire, ce qui est synonyme de plus de visibilité/représentation, mais aussi de plus d’opportunités pour les acteurs racisés, hé bah on efface l’identité des personnages, bibbidi-bobbidi-boo: ils sont blancs ! Et une adaptation par une studio américain de Death Note, ça sentait déjà pas super bon à la base, mais maintenant, ça y est, je suis convaincue: pour rien au monde je regarderais cette daube.

Et bref, si j’ai finalement de consacrer d’y consacrer un court article, c’est premièrement pour attirer votre attention sur le sujet, mais aussi parce que je voulais à tout prix partager une vidéo postée il y a une semaine par Edward Zo, un acteur asio-américain qui débute dans le métier et qui s’indigne que les directeurs de casting de ce fameux remake de Death Note ne recherchaient pas d’asiatiques pour le film. Il parle très bien de ce phénomène qu’est le whitewashing, dénonce le racisme dans l’industrie du cinéma et raconte à quel genre de problèmes les acteurs de racisés doivent faire face,… C’est une super vidéo, un super témoignage, et si vous comprenez l’anglais, je vous encourage vivement à la regarder, c’est presque uniquement pour la partager avec vous que j’écris ce billet.

C’est tout ce que j’ai à dire pour aujourd’hui. Vous l’aurez compris, mon but, c’était pas vraiment de faire une thèse sur le whitewashing: les deux articles que j’ai cité le font bien mieux que moi. Suite à l’annonce de l’acteur qui jouera Light, je voulais juste dire deux/trois mots sur ce fléau et vous montrer cette vidéo. N’hésitez pas à me faire part de vos réactions dans les commentaires!